Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

Départements : le vent du boulet

Publié le 16/12/2014 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Dès ses premiers pas, en 2008, à la tête du conseil général de la Corrèze, François Hollande se forge une conviction : la collectivité départementale, dans sa forme actuelle, est à bout de course. A ses yeux, le canton, y compris en milieu rural, n’a plus guère de sens. Le financement des allocations sociales mène le conseil général à la ruine, puis à la mort. Lors de la campagne de 2012, le candidat Hollande évoque la suppression des départements… mezzo voce.

Ballons d’essai – Arrivé au pouvoir, il fait preuve de la même prudence de sioux. Son parti domine la plupart des conseils généraux. Le département est inscrit dans la Constitution. Il peut être dévitalisé, en aucun cas éradiqué.

Fidèle aux préconisations du think tank Terra nova, l’exécutif place les métropoles « au cœur de l’organisation territoriale ». Ces grands ensembles urbains et mondialisés sont destinés à absorber l’antique conseil général… à terme. Ailleurs aussi, les intercommunalités ont vocation à prendre le dessus. Mais pas tout de suite.

Bombardé à Matignon en 2014, Manuel Valls accélère le tempo. L’ancien maire d’Evry, enfant de la deuxième gauche antijacobine, n’entend rien au conseil général. Chantre du socialisme de l’offre, il ne veut plus de ce guichet d’aides sociales, cette collectivité qui ressemble tant à un démembrement de l’Etat. « Le conseil général a vécu », surenchérit François Hollande. A coup sûr, la plus belle prophétie autoréalisatrice de l’année qui s’achève.

Car le pouvoir ne se donne pas les moyens de ses ambitions. Il refuse de mettre devant ses responsabilités une UMP acquise à la fusion département- région. De majorité d’idées, il n’y aura pas. François Hollande et Manuel Valls écartent toute révision constitutionnelle, seul moyen pourtant d’en finir avec la collectivité honnie.

Boulimie – Ragaillardis par leur succès aux sénatoriales, les présidents de conseil général relèvent la tête. A la Haute Assemblée, en commission des lois, ils viennent d’obtenir le scalp du transfert des collèges, des routes et des transports scolaires aux régions. Toutes ces attributions, ils entendent les conserver.

Leur chef de file, Claudy Lebreton (PS), lorgne même la responsabilité pleine et entière des services départementaux d’incendie et de secours. Avec tous les coûts que cela implique. A force de se montrer gourmands, les présidents de département pourraient bien renouveler leur erreur historique de 2004. Déjà menacés dans leur existence, ils avaient réclamé et, naturellement, obtenu quantité d’onéreuses compétences. Un choix directement à l’origine de leurs tourments financiers présents.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Départements : le vent du boulet

Votre e-mail ne sera pas publié

Groucho

17/12/2014 11h07

UUn proverbe affirme que ce n’est pas le changement qui est stressant, mais la manière de le mener.
En peu de temps nous avons eu la mise en place des métropoles, la rféduction drastique du nombre de syndicats, la révision du nombre d’intercommunalités et la décision de « supprimer » les départements… avec quelques évolutions sur ce dernier point.

A l’heure du tout internet, certains affirment que la rupture de notre société se trouve entre les grandes métropoles (sources d’ouverture à la mondialisation, d’emploi…) et le reste du territoire qui se paupérise.
D’autres indiquent qu’il faut éloigner les centres de pouvoir pour les questions importantes donc donner plus de pouvoirs aux régions.
Enfin, tout le monde est d’accord pour dire qu’il faut évoluer mais sans toucher à leur pré carré!

Comme disait un certain « De Gaulle », « un pays qui a mille fromages est ingérable ».
L’expérience aurait tendance à démontrer que ce n’est pas faux.

Mais une question se pose: alors que l’Etat met tout en place pour donner la plupart des missions des communes aux intercommunalités, rien n’est dit sur le devenir de ces dernières. Ce silence est assourdissant!

Bien entendu il faut que l’organisation de la Nation évolue.
Mais afin de lever les peurs, ne serait-il pas plus simple de donner l’objectif final plutôt que de présenter un chemin, trop souvent remis en cause, là aussi sans aucun objectif sinon « garder son pré carré »?

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X