En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X

Club Prévention Sécurité

 

Réagir

Toxicomanie

Des drogues désormais envoyées par La Poste, et de plus en plus pures

Publié le • Par • dans : Actu prévention sécurité

0

Commentaire

Réagir

Ecstasy drogue © Public domain Willy Turner

L'approvisionnement de drogues par internet et voie postale se développe en France, et la "pureté" des produits consommés est en hausse, constate l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies, dans une étude publiée le 15 décembre, qui note aussi une paupérisation croissante de certains usagers.

 

Des usagers de plus en plus pauvres, des drogues de plus en plus accessibles. Tel est l’un des premiers enseignements de l’étude Trend (Tendances récentes et nouvelles drogues) de l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT) portant sur 2013 et début 2014.

Autrement dit, une précarisation accrue de certains usagers – qui ne font pourtant pas partie des couches sociales pauvres – est observée avec « l’adaptation de l’offre de drogue », qui se caractérise par « des doses de plus en plus fractionnées, pour être vendues à des prix plus accessibles », notamment pour la cocaïne.

Signes de paupérisation - De même, « la pratique de l’achat en groupe d’un simple gramme », le détournement de médicaments, la modification des voies d’administration (passage du sniff à l’injection pour les usagers de cocaïne, renforcement des consommations d’amphétamine, considérée comme la « cocaïne du pauvre ») sont d’autres signes de cette paupérisation de certains usagers.

Modes d’approvisionnement - L’étude souligne par ailleurs une diversification des modes de diffusion des substances illicites. Si internet continue de jouer un rôle majeur dans le développement des nouveaux produits de synthèse (NPS), « l’approvisionnement par voie postale se développe en parallèle », et concerne aussi des produits comme le cannabis, la cocaïne ou la MDMA (principe actif de l’ecstasy). Mais ce mode de trafic ne véhicule pour l’instant que de petites quantités.

Autres innovations, les ventes via les sites du « deep web » ou « dark net », qui échappent aux moteurs de recherche et sont centrés sur des activités illicites, semblent plus fréquentes, tout comme la production locale d’amphétamines ou de MDMA, qui était jusqu’ici très rare en France.

Pureté des produits - Enfin, l’étude constate une « hausse des teneurs moyennes » des différents produits. Déjà sensible ces dernières années, la pureté du cannabis sous ses deux formes (herbes et résine) s’est intensifiée: les teneurs moyennes en principe actif de l’herbe ont doublé en cinq ans et celles de la résine en dix ans.

Un phénomène similaire touche la MDMA sous sa forme poudre, mais concerne désormais également la forme comprimés connue sous le nom d’ecstasy.

La pureté de l’héroïne est elle aussi en hausse (teneur moyenne de 13%, et 8% des saisies comportaient plus de 30% d’héroïne). Si le phénomène se confirme, « une croissance du nombre de surdoses d’héroïne est à craindre », note l’OFDT, qui met aussi en lumière l’augmentation de la pureté moyenne de la cocaïne alors que le produit se caractérisait ces dernières années par de faibles teneurs.

Haut de page

0

Commentaire

Réagir
Publicité
Publicité

Télécharger
l'appli!

En savoir plus

Formations d’experts

Mots-clés

Thèmes abordés AddictionsEtablissement de santéPrévention de la délinquanceSantéSocial

0 Commentaire

Ajouter un commentaire
  1. Ajouter un commentaire

      Votre e-mail ne sera pas visible

    Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - 17, rue d'Uzès 75018 Paris cedex 02 ou en cliquant ici.