Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Réforme territoriale

Régions : le lobbying des capitales en sursis

Publié le 11/12/2014 • Par Emeline Le Naour • dans : France

Les villes, qui risquent de perdre leur statut de capitale régionale, se regroupent au sein d'un collectif. Emmenées par le député-maire (UMP) de Châlons-en-Champagne, Benoist Apparu, elles ont réclamé, le 9 décembre un maintien de l'emploi public.

« Nous souhaitons peser sur les choix du gouvernement quant à l’organisation de la fusion des régions. » À la suite de la première réunion du groupe de travail « Défense des capitales et des équilibres régionaux », Benoist Apparu, tête d’affiche du collectif et député-maire de Chalons-en Champagne, a annoncé clairement son objectif : obtenir de l’État des contreparties pour les futures ex capitales « déclassées » suite, notamment, au vote, par l’Assemblée nationale le 9 décembre, de la loi relative à la réforme territoriale. Dans cette nouvelle organisation qui fait passer le nombre des régions françaises de 22 à 13, neuf chefs-lieux devront céder leur place à des villes plus influentes.

Maintien des agents des régions – Si le nom des grandes gagnantes ne sera connu par décret qu’après la promulgation de la loi, c’est à dire pas avant le début de l’année 2016, le sort de Châlons-en-Champagne et de Metz est, lui, déjà scellé.
C’est Strasbourg qui a, à ce stade, été désignée comme capitale de la région « Grand Est », Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne.

Initié par « Villes de France » et l’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF), ce lobby des probables futures-exs, a rassemblé aux côtés de Benoist Apparu, Pascal Curie (PS), conseiller municipal à Besançon, Patrick Trannoy (PS), conseiller régional dans le Limousin, Jean-Luc Bohl (UDI), président de la communauté d’agglomération Metz Métropole, et Bruno Bourg-Broc, président de la communauté d’agglomération de Châlons-en-Champagne (UMP).

Ce collectif hétéroclite s’est fixé plusieurs missions dont la première sera de dresser un bilan chiffré des conséquences économiques et démographiques de la réforme sur leurs circonscriptions : « Combien de salariés sont employés par le Conseil régional sur ces territoires ? Combien dépendent des directions régionales de l’État ? Nous ne le savons pas, s’étonne Benoist Apparu, c’est pour cela que nous demanderons des données détaillées à L’État. »

… et de l’Etat – Autre objectif : « faire des recommandations à l’État pour réorganiser les régions en respectant les équilibres territoriaux ». En clair, Châlons-en-Champagne et ses partenaires souhaiteraient convaincre le gouvernement de leur laisser quelques prérogatives, en ne concentrant pas tous les services de l’Etat dans les futures capitales régionales.

Ainsi, les agglomérations déchues voudraient conserver les rectorats, les Agences régionales de santé ou encore les directions régionales des finances publiques laissant le Conseil régional aux nouveaux chefs-lieux.

Si pour le moment, le gouvernement laisse la question de l’organisation de ses services en suspens, c’est bien sur ce point que les perdants du mercato institutionnel veulent abattre leurs dernières cartes.

Car, comme le rappelle Jean-Luc Bohl, l’enjeu est de taille : « Perdre le statut de capitale régionale n’est ni anecdotique ni anodin. » Et pour Châlons-en-Champagne, après l’annonce en octobre de la fermeture du 1er régiment d’artillerie de marine, le sort semble s’acharner.
L’ancien ministre du Logement qui se défend de toute « démarche revancharde », veut rencontrer au plus vite le Premier ministre ainsi que Thierry Mandon, secrétaire d’État chargé de mener la réforme de l’Etat : « Nous voulons simplement garantir un équilibre et une équité territoriale. »

Vers une France à deux vitesses ? – La crainte des élus ? Que les zones rurales pâtissent de la fusion et que cette nouvelle carte engendre « une France à deux vitesses. »

Ambitieux, le collectif entend rassembler les neuf villes déchues pour peser sur les décisions du gouvernement. Mais à l’heure où certaines villes jouent encore leur place, beaucoup d’élus gardent leur distance de peur d’envoyer un mauvais signal en rejoignant prématurément ce club des ex. À l’image de Brigitte Fouré, la maire d’Amiens, qui ambitionne de faire de sa ville une capitale administrative face au géant Lillois a refusé l’invitation de Benoist Apparu. L’élue UDI, a déclaré n’avoir « aucun intérêt à rejoindre un collectif des capitales défuntes. »

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Régions : le lobbying des capitales en sursis

Votre e-mail ne sera pas publié

ssrw38

12/12/2014 08h49

Cette réforme n’a pas fini de faire parler et d’animer voire ré-animer des querelles. Il faut reconnaitre que Strasbourg qui a, à ce stade, été désignée comme capitale de la région « Grand Est », Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne.’ n’augure pas de réelles économies ou de service public de tout aussi bonne qualité. En effet comment vouloir mutualiser en choisissant la ville la plus exentrée de cette immense région ? Par contre jackpot pour Strasbourg qui a déjà un rôle européen. Et les arguments défendus ici sont pour certains justifiés. Les communautés de communnes n’ont pas générées les économies at-pré-tendues cela se serait su et les finances publiques n’en seraient pas arriver là.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X