Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Interview

Départements : « Nos marges de manœuvre sont insuffisantes ! »

Publié le 15/12/2014 • Par Fabienne Proux • dans : A la Une finances, Actu experts finances, Bonnes pratiques finances

Claude Soubeyran de Saint-Prix, DGS du département de Saône-et-Loire
Claude Soubeyran de Saint-Prix, DGS du département de Saône-et-Loire Conseil général de Saône-et-Loire
Claude Soubeyran de Saint-Prix, directeur général de services du conseil général de Saône-et-Loire, détaille le plan de redressement engagé par la collectivité en 2009. Si ce plan a permis au département de redresser la barre, il a épuisé nombre de marges de manœuvre disponibles. Comme pour l’ensemble des départements, la situation s’annonce d’ores et déjà délicate à compter de 2016.

En quoi a consisté le plan de redressement engagé par le département de Saône-et-Loire en 2009 ?

Il avait pour objectif de rééquilibrer le budget de 2010 fortement impacté par la baisse des recettes liées aux DMTO (-30 millions d’euros sur 2 ans) et l’explosion des dépenses sociales insuffisamment compensées. L’épargne nette était alors négative et la capacité de désendettement de la collectivité se situait à 12,5 ans. Sans réaction elle serait passée à 30 ans dès l’année suivante.

Ce plan de sauvetage a consisté à agir sur trois leviers : les dépenses de fonctionnement qui ont été réduites de 16 millions d’euros, les investissements ramenés de 120 millions d’euros par an à 80 millions, et le levier fiscal (+13,5 %). Réalisée avant la réforme de 2010, la hausse des impôts avait pour objectif, sous la forme d’un impôt local 5ème risque contrôlé par les élus, les citoyens et les associations, de financer l’augmentation des dépenses sociales.

Comment avez-vous réduit les dépenses ...
Article réservé aux abonnés gazette
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous à La Gazette

S'abonner Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Départements : « Nos marges de manœuvre sont insuffisantes ! »

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X