Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Fermeture de maternité

La ville de Decize entre en conflit avec son centre hospitalier

Publié le 11/02/2010 • Par Alexandra Caccivio • dans : Régions

Le 2 février 2010, la commune de Decize (6.000 habitants) a déposé, auprès du tribunal administratif de Dijon, un dossier de référé-suspension, alors que son centre hospitalier a annoncé la fermeture de la maternité où, en 2008, sont nés 338 bébés.

Notre dossier s’appuie sur un abus de pouvoir de la part du directeur de l’établissement, précise Alain Lassus, le maire de Decize. Car la décision a été prise contre l’avis du conseil d’administration. Mais, surtout, elle constitue une mise en danger pour les femmes, en les plaçant à plus d’une heure de la première maternité

Ce n’est d’ailleurs pas anodin : l’Agence régionale de l’hospitalisation, qui avait pourtant fermé la maternité de Clamecy il y a deux ans de cela, recherche une solution, aux côtés des élus, pour dénouer une situation inédite dans la Nièvre.

Le tissu des généralistes menacé

Car le directeur de l’établissement justifie cette décision par le départ en retraite, imminent, de Patrick Scherrer qui, il y a 32 ans, avait créé le service (où il est assisté d’un seul médecin). Il se trouverait dans l’incapacité de trouver un candidat à sa succession.

Un argument que fustige le maire. J’ai travaillé avec un cabinet de consulting pour trouver des candidats, dit-il. Nous avons identifié cinq profils intéressants, des médecins prêts à venir, dont l’ARH a vérifié les dossiers, avant de les transmettre au centre hospitalier, précisément le 10 février. Dès lundi 15, ils sont prêts à prendre leurs fonctions

La situation frôle l’urgence : le CH a en effet annoncé suspendre les accouchements à compter du 20 février. Mais déjà, depuis le 3 février, l’activité chirurgicale gynécologique a été suspendue, provoquant la colère, dans ce département rural, où 3.000 personnes sont venues manifester le 30 janvier dernier dans les rues de Decize.

Médecin, aujourd’hui à la retraite, Alain Lassus relève des enjeux qui dépassent la seule maternité. À Decize, la moyenne d’âge des généralistes s’élève à 61 ans, dit-il. En détruisant les services de proximité, nous réduisons nos chances d’attirer de jeunes médecins.

Personne ne s’en rend compte mais c’est bien tout le tissu sanitaire qui est fragilisé, voire voué à la destruction.  Le bassin fait partie des plus fragiles, en Bourgogne, où les médecins généralistes ont déjà pourtant déjà une moyenne d’âge relativement élevée (51 ans).

Dans les 15 ans, plus de la moitié d’entre eux seront partis à la retraite, et il y a fort à parier que la relève élira en priorité les pôles les plus attractifs.

6 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La ville de Decize entre en conflit avec son centre hospitalier

Votre e-mail ne sera pas publié

Cabarat

17/02/2010 10h38

Bonjour,

Un seul gynéco ds une petite ville, ce n’est pas sérieux…
Il vaut mieux faire quues km de plus et être plus en sécurité avec une équipe de gynéco et un service bébés pédiatirie d’aplomb…
Nous pouvons en parler avec qui veut… HC

cabarat

17/02/2010 11h16

Bonjour,

Dans une petie maternité avec un gyneco une Maman et son enfant ne sont pas en sécurité.
Mieux vaut faire qques km de plus ou qques mn de plus en voiture.
Les vies n’ont pas de prix…
Nous pouvons en parler d’expérience avec Decize.
Cordialement. Hélène

tatazaza

19/02/2010 08h48

je ne crois pas que faire 50 kms soit une securite pour une maman et un bebe. l’hopital de decize a une tres bonne reputation et si probleme tranfert directement dans un grand hopital (piste helico) j’en ai fais l’experience. je ne comprend votre commentaire comment peut on penser que c’est bien de fermer une maternite de proximite qui fait plus de 300 naissances par an et je dis 50 km mais d’autre devront en faire 80.

luclelo

19/02/2010 08h51

Mes 5 enfants sont nés dans cette maternité de Decize.
J’ai accouché dans cette maternité avec une sécurité maximum. Avec un service à la pointe de la prise en charge mère-enfant.
Beaucoup de grandes maternité envient cette qualité de service présente à Decize….Nous n’avons rien à envier à Moulins ou Nevers !!!
Nous soutenons notre maternité !!!

Un groupe FaceBook est même très actif….

http://www.facebook.com/group.php?v=feed&story_fbid=336152617958&gid=260022137958#!/group.php?v=wall&gid=260022137958

Flavien

19/02/2010 08h56

Bonsoir Cabarat,
présentez vous donc avant d’émettre de telles sottises.
A vous lire, vous ne vivez pas dans notre région, peut-être êtes vous un allié du directeur …
Quand vous dites quelques kms, nous nous parlons de 45 kms en plus … réflechissez, et pour vous exprimer, contacter moi sur Facebook sur le groupe « pour que la maternité de DECIZE dure toujours ».
A bientôt

Flavien M

majuluca

19/02/2010 08h59

ce n’est pas l’avis des 329 personnes qui ont accouchées à Decize en 2009 ni de celles qui ont manifestées à nos cotés le 30 janvier. Et qu’en pensent toutes ces mamans dans l’attente ? auront elles les mêmes chances en parcourant tous les kilomètres qui à partir de cette nuit les sépareront de la 1° maternité ? pensez donc à toutes ces femmes qui habitent à la campagne et veulent fuir les usines à bébés.
Ce message est une réponse à cabarat

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X