Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Stationnement

Le Conseil d’Etat conforte une DSP de la ville de Chartres

Publié le 10/02/2010 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

La décision du Conseil d’Etat, en date du 8 février, clôt 7 ans de procédures judiciaires sur le stationnement dans la ville.

Après examen le 20 janvier, le Conseil d’Etat a annulé, le 8 février, l’arrêt de la cour administrative d’appel de Nantes qui avait déclaré illégale une DSP passée entre la ville et la société Q Park pour la construction d’un parking, son exploitation ainsi que celle de trois autres parcs de stationnement. Ce jugement clôt 7 ans de procédures judiciaires.

C’est en effet fin 2003 que l’Adicca (Association de défense des intérêts des contribuables de Chartres et de son agglomération) et trois conseillers municipaux d’opposition saisissaient le tribunal administratif d’Orléans contre la DSP signée deux mois plus tôt.
Le 5 décembre 2006 le tribunal administratif déclarait cette DSP illégale au motif notamment que des tarifs de stationnement trop élevés étaient susceptibles de financer d’autres projets urbains.
Après appel de la ville, la cour administrative d’appel de Nantes confirmait, le 26 septembre 2008, la décision de première instance, mais avec un autre motif : la durée de la DSP, trop longue -32 ans – et supérieure à la durée maximale de l’amortissement du parking qui était de 30 ans.

Le Conseil d’Etat vient donc d’infirmer ce jugement en considérant que « la cour administrative d’appel a commis une erreur de droit » et que « la période nécessaire à la réalisation » du parking « s’ajoute à la durée normale de son amortissement ».
La DSP de 32 ans (30 ans +2 ans de construction) était donc légale.

« Depuis le début, a expliqué Jean-Pierre Gorges, maire UMP de Chartres, j’ai toujours pensé qu’il n’y avait aucun problème de légalité ». Il dénonce pourtant ces recours qui ont contraint la ville à provisionner 5 millions d’euros pour dédommager éventuellement le délégataire Q Park, somme qui aurait empêché ou retardé plusieurs investissements municipaux.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le Conseil d’Etat conforte une DSP de la ville de Chartres

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X