Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité intérieure

Le texte prévoit une « meilleure coordination » des polices municipales

Publié le 09/02/2010 • Par avec l'AFP Virginie Fauvel • dans : Actu prévention sécurité, France

Le projet de loi d'orientation et de programmation pour la performance de la sécurité intérieure (Loppsi II), qui est examiné en première lecture à l'Assemblée nationale depuis le 9 février 2010, dresse la feuille de route de la police et de la gendarmerie jusqu'en 2013.

Retardée à maintes reprises et finalement présentée en mai dernier au Conseil des ministres, cette Loppsi II (après celle couvrant la période 2002-2007) prévoit 2,5 milliards d’euros sur cinq ans. Au contraire de la précédente, limitée à la police et à la gendarmerie, la Loppsi II intègre aussi la sécurité civile.

Le texte couvre un spectre très large : du terrorisme à la délinquance routière et aux violences au sein de la cellule familiale en passant par la lutte contre la cybercriminalité ou encore le renforcement de la Police technique et scientifique (PTS).

Le projet fixe les grandes orientations stratégiques de la politique de sécurité intérieure : mutualisation et coopération des forces de sécurité (police et gendarmerie relevant désormais de la même administration), modernisation de leurs moyens, rénovation du management et de l’organisation des services.

Eviter la concurrence

Le texte prévoit notamment une meilleure coordination avec les polices municipales. Selon le rapporteur du texte, Éric Ciotti, député UMP des Alpes-maritimes, avec 20.000 agents, et même 23.000 en y intégrant les gardes champêtres, les polices municipales participent pleinement à la mise en œuvre de la politique de sécurité. […] Un nouveau chapitre a donc été intégré à la Loppsi contenant diverses mesures pour faciliter au quotidien le travail des policiers municipaux et leur coordination avec la police et la gendarmerie nationales (articles 32 ter à 32 septies).

Ces mesures, explique le rapport, ont une même inspiration : améliorer la complémentarité entre polices municipales et forces étatiques et ne surtout pas instituer une concurrence entre elles. Ainsi, la majorité des dispositions proposées visent à permettre d’améliorer la coordination entre policiers municipaux et policiers nationaux ou gendarmes. Les pouvoirs nouveaux qui leur sont donnés sont en effet accordés sous le contrôle des OPJ de la police ou de la gendarmerie nationales. Il s’agit de tenir compte de la réalité des polices municipales qui, bien souvent, assurent la majorité de la présence sur la voie publique. Dans ces conditions, il faut améliorer la complémentarité de leur action avec celle des forces de police et de gendarmerie.

 Recours plus important à la vidéo-protection

 Sur le plan juridique, le texte vise à renforcer les outils permettant de lutter contre les nouvelles formes de la délinquance tels que cybercriminalité, pornographie enfantine, nouvelles formes de délinquance collective, notamment à l’occasion de manifestations sportives. Il prévoit aussi un recours plus important à la vidéo-protection et un passage à une « PTS de masse pour lutter contre l’insécurité au quotidien ».

Le rapporteur du projet, le député UMP Eric Ciotti, indique à cet égard que l’objectif à moyen terme est de réaliser des prélèvements d’empreintes génétiques sur 100% des cambriolages et des voitures volées retrouvées (en 2009, respectivement 85% et 60%).

Une série d’amendements adoptés le 27 janvier par la commission des lois de l’Assemblée est venue « muscler » le texte, selon l’expression employée par Eric Ciotti.

 Parmi les principales dispositions retenues, la possibilité, pour les préfets, d’instaurer un couvre-feu pour les mineurs de 13 ans.

« Contrôle social total »

Pour la députée socialiste Delphine Batho, c’est un projet de loi « fourre-tout » avec quelques « mesures tape-à-l’oeil » qui « ne répond pas aux enjeux de la montée des violences urbaines et contre les personnes ». Un projet « destiné à cacher la réduction drastique des moyens proposés aux forces de sécurité », alors que, remarque-t-elle, « on en est à moins 9.000 policiers et gendarmes depuis 2007 ».

 La Ligue des droits de l’Homme dénonce  dans un communiqué du 9 février une volonté de « contrôle social total ».

 Ce projet de loi est porteur d’un saut qualitatif considérable dans la construction d’une société de la surveillance, du soupçon et de la peur, écrit l’association de défense des droits de l’Homme. Sa logique est claire : il s’agit de renforcer, d’intégrer et de concentrer tous les instruments disponibles de fichage, de traçage et de contrôle social dont les gouvernants actuels sont sans cesse plus demandeur, poursuit-elle.

La LDH déplore notamment « la multiplication des systèmes de vidéosurveillance, y compris désormais des manifestations », « l’interconnexion des fichiers de police alors que la Cnil a établi que ces fichiers sont truffés d’erreurs, le filtrage policier des sites Internet et la chasse aux internautes, la création d’une justice virtuelle par la systématisation de la visioconférence pour les auditions de détenus ou d’étrangers en rétention administrative ».

Elle condamne « la légalisation des ‘mouchards électroniques’ introduits dans les ordinateurs personnels à l’insu des citoyens espionnés », le « couvre-feu pour les mineurs à partir de 13 ans, un nouveau contrat de responsabilité parentale renforçant la pénalisation des familles en difficulté, et la création d’une véritable milice policière accompagnée de l’élargissement des pouvoirs des polices municipales ».

Les syndicats de la magistrature (SM) et des avocats de France (SAF) avaient également appelé le 8 février 2010 les parlementaires à s’opposer au projet de loi Loppsi II, qu’ils jugent « liberticide » et qualifient de « cauchemar sécuritaire ».

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le texte prévoit une « meilleure coordination » des polices municipales

Votre e-mail ne sera pas publié

snpm31

10/02/2010 06h11

Un cauchemar sécuritaire??? Que pensent les victimes quotidiennes de la violence sous toutes ses formes, des dénégations de la LDH, SAF et SM?

Pourquoi se sentir espionné? Perso, je manifeste, je me promène sous les caméras et s’ils veulent me prendre en photo, me ficher, je m’en moque. On finit tous au même endroit. Il est normal que la Police Municipale soit reconnue pour son travail par une amélioration de son statut et de prérogatives modernes. Soit on avance soit on disparait. Ca s’appelle l’évolution! Au lieu de critiquer construisons ensemble un société plus juste. Pensons aux victimes! Pas aux crevures!

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X