Climat

COP 21 : la feuille de route des régions pour un accord mondial en 2015

| Mis à jour le 04/12/2014
Par • Club : Club Techni.Cités

Meteo France

L'Association des régions de France (ARF) a souligné son engagement pour participer à l’obtention d'un accord mondial pour la conférence internationale sur le climat à Paris en 2015 (COP 21). Reconnus désormais comme l'un des participants à part entière de ces négociations, les élus locaux entendent bien jouer leur rôle. Et l'ARF organisera en ce sens deux évènements internationaux.

L’Association des régions de France (ARF) a présenté le 26 novembre son plan d’actions, un an avant la grande conférence internationale de Paris sur le climat. Soulignant  » la très forte mobilisation de la France pour arriver à un accord mondial en décembre 2015 « , Jean-Jack Queyranne, président de la région Rhône-Alpes et de la commission développement durable de l’ARF, a rappelé que les régions bénéficiaient désormais  d’une réelle reconnaissance dans les négociations et qu’elles comptaient bien y participer, après  » avoir été à peine tolérées dans l’antichambre  » (comme ce fut le cas lors de la conférence de Copenhague).

 » Aujourd’hui, nous sommes des participants à part entière « , s’est-il réjoui, avant de souligner que  » l’accord mondial de Paris sur le climat résultera d’un accord étatique, mais aussi d’une pression très forte de la société civile « . Pour Ronan Dantec, sénateur et porte parole climat de Cités et Gouvernements Locaux Unis (CGLU), il s’agit de faire comprendre que  » sans les élus locaux et les territoires, on n’arrivera pas à atteindre les objectifs (de lutte contre le réchauffement climatique, NDLR) « .

Un recueil de bonnes pratiques dans les 27 régions – Pour amorcer ce travail, l’ARF a présenté un « agenda positif » visant à réunir des bonnes pratiques déjà à l’œuvre dans les 27 régions françaises, et dont le but est de développer les filières d’énergies renouvelables, adapter les territoires au changement climatique, former les professionnels au nouveaux métiers, promouvoir les mobilités durables, mobiliser la société civile, mettre en place de nouveaux dispositifs financiers… Des initiatives qui sont amenées à se multiplier dans les prochaines années avec le projet de loi sur la Nouvelle organisation territoriale (NOTRe) qui sera examiné par le Sénat à partir de la mi-décembre et qui confère aux régions le rôle de chef de file de la transition énergétique et de la biodiversité, estime l’ARF.

Pour baliser le terrain jusqu’à décembre 2015 et organiser la mobilisation des territoires, deux rencontres internationales réunissant collectivités locales et acteurs privés seront organisées en France en 2015 :

  • un sommet « Med-Cop » réunira à Marseille en mai  élus locaux, entreprises et acteurs de la société civile du pourtour méditerranéen, zone très exposée au changement climatique. Ouvert par le président de la République, il fera le point sur les stratégies d’adaptation engagées en Méditerranée et les questions de financement de la transition énergétique, selon Annick Delhaye, vice-présidente de Paca, région co-organisatrice.
  • début juillet, ce sera à Lyon un  » sommet mondial climat et territoires « , réunissant la  » quasi-totalité des grands réseaux de collectivités locales, ONG et représentants d’entreprises « , selon Bernard Soulage, vice-président de la région Rhône Alpes. L’idée est faire des propositions au texte de la négociation internationale et de  » prendre des engagements concrets « .

Tout au long de ce processus, il s’agira, selon Jean-Jack Queyranne, de  » faire monter la pression pour arriver à un accord à Paris, car rien n’est gagné à ce jour « .  » Aujourd’hui, il ne faut plus trop craindre le climatoscepticisme. Le vrai danger, c’est le climato-fatalisme ! « , a conclu Ronan Dantec.

Valls : le climat « grande cause nationale en 2015 »

« Nous avons décidé que la lutte contre le dérèglement climatique serait grande cause nationale en 2015 », a déclaré M. Valls, en soulignant que la France « en accueillant la conférence (de l’ONU) sur le climat portera une grande responsabilité », soulignant : « Nous devons limiter nos émissions de carbone. Pour cela, il faudra que le carbone ait un prix ». Sur ce dossier également, je veux vous assurer de la détermination de la France à trouver les compromis possibles », a-t-il assuré.

Paris accueillera en décembre 2015 la 2e conférence de l’Onu sur le climat, qui doit déboucher sur un accord multilatéral et contraignant pour limiter le réchauffement climatique à 2°C par rapport à l’ère pré-industrielle. « Car cet accord, il faudra le construire, il faudra l’obtenir », a insisté Manuel Valls.

Commentaires

0  |  réagir

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X