Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Déchets radioactifs

Gueugnon : des déchets encombrants

Publié le 05/02/2010 • Par Alexandra Caccivio • dans : Régions

Malgré les travaux entrepris, le parking du stade Jean-Laville est toujours radioactif, relançant la polémique à Gueugnon (Saône-et-Loire), où le maire se trouve dans une situation inconfortable.

Le site, aujourd’hui interdit au public, sous lequel sont stockées près de 225.000 tonnes de déchets radioactifs, déchets ultimes de l’usine de traitement de l’uranium que la Cogema (aujourd’hui Areva) a été exploité jusqu’à sa fermeture en 1953.
Des contrôles effectués par le laboratoire de la CRIIRAD (commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), confirmés par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), y ont révélé une radioactivité supérieure à la normale.

À la demande de la DRIRE (aujourd’hui la DREAL), deux options ont été définies par Areva :

  1. la décontamination complète du parking, par transfert des déchets et le traitement du site, pour un montant qui s’élève à 700.000 euros ;
  2. le décapage superficiel des emplacements les plus actifs et le recouvrement par une couche d’enrobé, pour un montant estimé à 500.000 euros. C’est cette deuxième option, moins onéreuse, qu’Areva a entrepris de mettre en œuvre.

Les travaux ont débuté en juillet 2009, par le décapage de la zone. Les résidus ont été confinés dans une cellule, puis recouverts de concassés et d’un enrobé de 50 millimètres. Mais, le 25 janvier 2010, les mesures effectuées ont révélé l’insuffisance des moyens déployés. Les taux relevés restent quatre fois supérieurs à la norme.

Aujourd’hui, Areva propose la mise en place d’une membrane « colétanche » sur le concassé, avant de refaire l’enrobé. Cette proposition a reçu un avis favorable de la CLIS, la commission locale d’information et de surveillance, mise en place en janvier 2009, sans les voix, toutefois, des représentants des deux associations de protection de l’environnement qui y siègent. Le préfet, qui a autorité en la matière, n’a pas encore statué.

La situation met le maire, une fois de plus, dans l’embarras. L’opposition lui reproche, depuis le départ, de ne pas s’être battu pour obtenir le décapage en profondeur du parking, seul moyen de se débarrasser du problème, selon la conseillère municipale Christine Bernard. La solution retenue relève du bricolage, dit-elle, s’inquiétant de l’étanchéité, dans le temps, du coffrage.
Nous avons pris en compte l’avis des organismes et structures compétentes (la DRIRE et l’ASN), se défend Dominique Lotte, le maire (PS), qui rappelle l’obligation de résultat à laquelle Areva est tenue, sous peine de recommencer les travaux.

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Gueugnon : des déchets encombrants

Votre e-mail ne sera pas publié

Christine Bernard

06/02/2010 06h10

Un stade qui a couté plusieurs millions d’euros aux collectivités, et bientôt des collectivités qui seront obligés d’investir d’autres millions d’euros pour faire un parking… Et tout ça parce que les élus, maire en tête, n’ont pas fait leur travail… L’autre parking, côté sud, a lui aussi des déchets radioactifs, mais à plus de 2m de profondeur. Radioactivité en surface = 0. C’est ce qu’il fallait obtenir d’Areva depuis le début : décaper à 2m et on en parlerait déjà plus. C’était le demande des associations et la mienne. C’était tout simplement le bon sens…
Christine Bernard, conseillère municipale.

Christine Bernard

06/02/2010 06h13

Correction : quand je parle de l’autre parking, il s’agit du parking OUEST, et non le parking sud ! on y perd le nord avec la radioactivité !

Une ancienne Gueugnonnaise

09/02/2010 05h14

Si vous parlez radioactivité à Gueugnon, on parle tout de suite du stade : quel dommage de ne pas avoir de parking pour le stade, quel dommage de priver de spectateur des joueurs largement rémunérés ???S’est-on inquiété de l’entrepreneur qui a réhabilité les locaux de l’ancienne COGEMA ? Se préoccupe-t-on des habitations sur le bord du terrain de la COGEMA ? Se préoccupe-t-on des personnes qui ont des problèmes de santé qui relèvent peut-être de cette radioactivité ? NON, pourquoi ? Elles ne rapportent rien de plus à Gueugnon, tout au moins pas autant que les joueurs de foot, et pourtant, je suis sûre qu’elles méritent autant voir plus d’attention.
Mme BERNARD : pourquoi vous en prendre à votre maire actuel ? Il est comme vous, il subit la polémique que les autres maires ont voulu ignorer. Trouvez-vous normal que la COGEMA parte en laissant ses déchets radioactifs ? Pourquoi ne pas s’en prendre à elle directement ? en Bretagne, lors des pollutions, on demande bien à TOTAL de rembourser les frais de nettoyage des plages, pourquoi pas ici ?
Trouvez-vous normal que dans les années 80, alors que l’on parlait déjà de la radioactivité sur cet emplacement, le maire de l’époque, pour faire taire toutes rumeurs, institue un PARCOURS DE SANTE sur le site de la COGEMA ? Cela aussi a coûté à la collectivité…. Arrêtons cette polémique et Mme BERNARD, même si vous êtes dans l’opposition, prenez conscience que ce terrain était déjà radioactif avant l’arrivée de Mr LOTTE. Au lieu de vous mettre contre lui, vous feriez mieux de travailler ensemble = le travail sera plus constructif !
message signé d’une ancienne Gueugnonnaise qui n’a plus de partie pris dans la vie politique de cette ville mais qui ne fait que constater les dégâts laissés par une entreprise

A.Deneuville

09/12/2011 03h21

J’ai été locataire vers 2003 d’un studio/appart dans les environ du « château d’eau qui ne servait à rien ».
Aujourd’hui, j’ai un rein en moins et un suivi de mélanone.
Le résident qui m’avait précédé dans ce même logement et semblait être là depuis plusieurs années, est décédé en souffrances très visibles.
Il serait peut-être intéressant de recenser ce genre de cas avec localisation et de situer les remblais faits avec ces déchets.

AD

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X