Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Gestion des risques

Salon des maires : les risques naturels suscitent l’inquiétude

Publié le 25/11/2014 • Par Jean-Marc Joannès • dans : Actu juridique, France

L’administration française sous-estime les risques naturels côtiers. C’est ce qui ressort de l’atelier organisé dans le cadre du Salon des maires et des collectivités locales ce mardi 25 novembre.

L’Etat ne semble pas parvenir à tirer les leçons de la  succession de tempêtes et autres inondations dont la fréquence et l’intensité ne cessent de croître. Tous les ingrédients sont là pour entretenir une certaine inertie, qui se révèle par un manque de gouvernance et de concertation.

Principal ingrédient : un imbroglio juridique. Le littoral relève juridiquement du domaine public maritime, et donc de la compétence de l’État. Et ce malgré une organisation régionale, une mobilisation et des responsabilités locales… qui nécessiteraient une clarification nationale. Et surtout une révision des textes, dont certains remontent à 1807 ! Une clarification des textes d’autant plus nécessaire que, concrètement, face à un risque naturel, comme l’érosion du trait côtier, les solutions évidentes ne se révèlent pas toujours les plus pertinentes à long terme : déconstruire un immeuble, c’est risquer de mettre d’autres immeubles en danger.

Information participative – En matière de prévention, le tableau dressé n’est guère plus satisfaisant : la qualité des « données sources » est critiquable, la transparence des informations « relative » et la gestion des données ( le « Big data ») difficile.  Autrement dit, la prévention des risques côtiers se révèle  inefficace en raison d’outils de communication peu intelligibles. Les participants à l’atelier ont cependant relevé l’émergence d’une prise en main « citoyenne »  par l’utilisation des réseaux sociaux. Mais l’information participative, ce n’est pas de la prévention ! » ont-ils regretté.

Attentes – La reforme territoriale en cours suscite des attentes. Mais la crise des finances locales vient les atténuer. Techniquement, la création des grandes régions devrait favoriser  une gestion homogène des évolutions du  trait côtier. Mais elle amènera aussi à revoir les partenariats financiers, question cruciale alors que chacun constate une augmentation du coût de la protection côtière.

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Salon des maires : les risques naturels suscitent l’inquiétude

Votre e-mail ne sera pas publié

Jacques

26/11/2014 10h20

La 1ère chose à faire est de ne pas délester les Préfet de leur « décodeur » de proximité or dans le cadre de la fameuse RGPP, on a demandé à Météo-France de supprimer un Centre Départemental sur 2, ce qui a été fait.
Or dans l’exemple de La Faute sur Mer et L’aiguillon sur Mer, non seulement l’ingénieur météo de La Roche sur Yon était parti depuis 6 mois à … Nantes pour faire du « commerce météo » qui n’a rien à voir avec la sécurité des biens et des personnes … or, normalement dès une vigilance orange un Préfet sérieux monte une cellule de crise avec présence de son … « décodeur », à fortiori comme tel était le cas quand la vigilance est rouge!
De plus il y avait changement en cours de Préfets … ils étaient dans leurs cartons et c’est la sous-préfecture des Sables qui assurait l’intérim et la veille de crise!
L’ingénieur météo de La Rochelle avait parfaitement vu le problème de conjonction entre le passage de la tempête et de l’heure de la forte marée haute.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X