Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Politique de la ville

L’INSEE alerte sur la situation des nouveaux quartiers prioritaires

Publié le 21/11/2014 • Par Hugo Soutra • dans : Actu prévention sécurité, France, Veille documentaire prévention-sécurité

Un chapitre du document "France, portrait social" de 2014 est entièrement consacré à la nouvelle géographie prioritaire de la politique de la ville. On y retrouve des statistiques sur ces 1 300 territoires, mais aussi les principales caractéristiques régionales, ainsi qu'une cartographie, le tout comparé aux données disponibles sur l'ancienne géographie prioritaire composée des zones urbaines sensibles (ZUS) et des contrats urbains de cohésion sociale (CUCS).

Suite au vote de la loi Lamy en février 2014 qui devrait se concrétiser sur le terrain en janvier 2016, la géographie prioritaire de la politique de la ville a d’ores et déjà été recalibrée sur 1 300 quartiers. Dans le « portrait social » que l’INSEE livre chaque année de la France, une étude dévoile les premières statistiques disponibles sur ces nouveaux quartiers prioritaires concentrant une part importante de populations à bas revenus.

Lus au niveau national, ces nouveaux chiffres – collectés avant les allers-retours entre l’Etat et les collectivités sur les contours précis des territoires prioritaires – nous apprennent que la population ciblée par cette nouvelle politique de la ville est, dans l’ensemble, « plus jeune que dans les anciennes zones urbaines sensibles (ZUS), confrontée à des situations économiques et sociales plus dégradées, que traduisent des parts de familles monoparentales ou nombreuses et d’allocataires chômage plus élevées qu’ailleurs. L’habitat social reste, dans ces quartiers, largement dominant. »

Spécificités régionales – Il est, toutefois, nécessaire de se pencher sur les spécificités régionales. Si en région parisienne et dans l’Est, les quartiers prioritaires se distinguent par la part importante de logements HLM accueillant des familles nombreuses, ceux de la moitié Nord ou proches du littoral atlantique se distinguent par la primauté des quartiers situés en centre-ville et la concentration de familles monoparentales. Les territoires de la politique de la ville situés dans le Sud de la France abritent, pour leur part, une population plus âgée, mais aussi plus mobile.

La cartographie de ces quartiers permet de s’apercevoir que les équilibres géographiques sont maintenus, et que les grandes agglomérations (Paris, Lille, Lyon, Marseille) concentrent toujours la grande majorité des territoires urbains fragilisés ciblés par la politique de la ville. Environ 70% de la population ciblée par la politique de la ville habite dans une agglomération d’au moins 200 000 habitants. Et six communes sur sept figuraient déjà dans la géographie prioritaire précédente favorisant les quartiers de grands ensembles.

Cliquez sur la carte pour l'agrandir

Cliquez sur la carte pour l’agrandir

Pour autant, la politique de la ville ne peut plus seulement être réduite à une politique des banlieues. Ainsi, de plus en plus de quartiers populaires décrochent dans les territoires périphériques : le poids des régions Centre, Languedoc-Roussillon et Picardie dans l’ensemble de la politique de la ville « augmente fortement » estime l’INSEE.

INSEETypedeCommunes

Cliquez sur le tableau pour l’agrandir

D’ailleurs, comme le démontre le tableau ci-dessus, les habitants des nouveaux quartiers prioritaires vivent davantage que lors de la précédente dans des centres-villes dégradés que des banlieues composés de grands ensembles (sauf Ile-de-France).

Cet article est en relation avec le dossier

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

L’INSEE alerte sur la situation des nouveaux quartiers prioritaires

Votre e-mail ne sera pas publié

TOI Ghislaine

25/11/2014 05h30

Nouvelle géographie prioritaire: les DOM oubliés !
début 2014, il a été dit et écrit que le critère prioritaire demeuraii le revenu médian, et les quartiers ou la population était en dessous de ce dernier étaient éligibles du qualificatif et du classement en géographie prioritaire.
Curieusement avec le calendrier contraint que tout le monde connait, à ce jour pour les DOM, Guadeloupe en particulier et l’agglomération Centre, qui a nécessité la venue du ministre de l’Intérieur VALLS et d’autres hauts responsables du Gouvernement, RIEN !
pas un mot sur les intentions des pouvoirs publics en la matière.

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X