Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Service public

Traité transatlantique : réunion attendue du Conseil européen des affaires étrangères

Publié le 20/11/2014 • Par Brigitte Menguy Hugo Soutra • dans : Actu juridique, Europe

Le Conseil européen des Affaires étrangères se réunira à Bruxelles vendredi 21 novembre 2014. A son ordre du jour, figure un point sur les négociations en cours concernant le partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TTIP, également appelé « Tafta »). Des éclaircissements attendus afin de dédiaboliser un traité non encore finalisé.

La réunion du 21 novembre du Conseil européen des Affaires étrangères est doublement importante. Tout d’abord, parce qu’elle se réunira  sous la présidence de la nouvelle commissaire européenne au commerce, la suédoise Cecilia Malmström, membre du groupe politique ALDE (Alliance des Démocrates et Libéraux pour l’Europe) connue pour son ambigüité sur le principe des tribunaux d’arbitrage, mesure pourtant phare du traité transatlantique. Ensuite, parce que la transparence à l’égard du traité Tafta est régulièrement dénoncée, au point où, le 4 octobre dernier, le Conseil de l’Union européenne a dû rendre public son mandat de négociation.

Car le sujet reste sensible. Au-delà de la question des tribunaux d’arbitrage, c’est la nature juridique même du traité qui pose problème : accord de libre-échange ou accord mixte ? Devant la Commission des affaires économiques du Sénat, le 12 novembre 2014, Matthias Fekl, Secrétaire d’Etat chargé du Commerce extérieur a affirmé qu’il s’agit d’un accord mixte, « qui suppose à la fois une ratification européenne et nationale ». Dans ce cas, ce sont donc les parlements nationaux qui auront le dernier mot une fois qu’il aura été finalisé. Mais la Commission pourrait retenir la qualité d’accord de libre-échange en privilégiant la nature commerciale du traité comme elle l’a déjà fait pour les nombreux accords commerciaux bilatéraux dont elle est partie et pour lesquelles la ratification nationale n’est pas imposée.

Agenda – La réunion du 21 novembre permettra donc au Conseil européen des affaires étrangères de rassurer les citoyens de l’Union en faisant le point sur les négociations en cours sur cet accord, les dernières ayant eu lieu à Washington du 29 septembre au 3 octobre 2014.

Et de donner (enfin) une date de finalisation. Car si en juin 2014, le Conseil européen a demandé que les négociations soient terminées, « dans un esprit de bénéfice mutuel et la transparence réciproque » d’ici à 2015, Matthias Fekl s’est montré moins enthousiaste sur ce délai considérant que « l’horizon se situant, à mon sens, au-delà de l’année 2015 ».

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Traité transatlantique : réunion attendue du Conseil européen des affaires étrangères

Votre e-mail ne sera pas publié

Tanson Henri

20/11/2014 11h21

Un accord qui s’élabore en secret, à l’insu des gouvernements de l’UE, ça n’est pas très clair… La grand-mère de Martine Aubry aurait dit: quand c’est flou , c’est qu’il y a un loup…
S’il était respectable et dans notre intérêt, ce traite transatlantique serait élaboré au grand jour, à grands renforts de médiatisation.
Bizarrement, quand on regarde l’historique de la construction européenne, du traité de Rome à celui de Lisbonne, on s’aperçoit que toutes les évolutions de la construction européenne sont cachées au public. Jamais les députés des parlements n’auraient voté ces traités s’ils les avaient lus, et pour cause, puisqu’ils sont dessaisis désormais de leurs pouvoirs par ces textes!
La déclaration Schuman me revient à la mémoire: la Construction européenne ne se sera pas en une fois mais par étapes successives, de telle sorte qu’elles soient irréversibles (ou quelque chose comme ça)…
L’application du traité de Lisbonne aurait pu se faire dans les jours suivant la ratification? Mais non, chaque jour qui passe, une petite avancée… La réforme des professions réglementées: ça prendra le temps qu’il faut et un beau jour, ce sera irréversible. Comme pour la suppression de nos Services publics: patience…
Pour le TAFTA? Même façon de faire; ce ne sera qu’une affaire de temps. Il prendra quelques années à être appliqué; on aura oublié toutes nos craintes et on dégustera… Mais il sera trop tard.
On peut encore agir, mais c’est bientôt trop tard…
Il nous faut dire non au TAFTA et non à l’UE: même combat, mêmes causes, mêmes effets.

Norton

25/11/2014 10h17

C’est même encore pire…!!!…

http://theatrum-belli.org/infoguerre-linfluence-americaine-dans-le-dispositif-europeen-du-ttip/

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X