Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Déficits

Le plan ambitieux de Paris pour convaincre Bruxelles

Publié le 02/02/2010 • Par Euractiv.fr • dans : A la une, France • Source : EuroActiv.fr

Bercy moderne
Getty Images
Paris prévoit de réduire son déficit, équivalent à 8,2% du PIB en 2010, à moins de 3% d'ici 2013.

La France a fait parvenir à Bruxelles, le 1er février, son programme de stabilité et de convergence pour l’année 2010. Paris a remis sa copie pile à l’heure, puisque la Commission européenne avait accordé aux Etats jusqu’à la fin janvier pour lui envoyer leurs programmes nationaux.

Ces textes rentrent dans le cadre du volet préventif du pacte de stabilité et de croissance, qui contraint les Etats membres de la zone euro à maintenir leur déficit sous la barre des 3% du PIB.

Le document français propose un échéancier précis pour arriver à cet objectif en 2013, date butoir fixée par la Commission à la France pour appliquer à nouveau les règles européennes.

Ainsi, de 8,2% du PIB en 2010, le déficit passerait à 6% en 2011, puis 4,6% en 2012 avant d’atteindre 3% en 2013, a détaillé le premier ministre François Fillon dans un entretien publié par le journal Le Figaro le 30 janvier.

Ce scénario repose sur deux hypothèses très volontaristes :  une croissance de 2,5% dans les quatre ans à venir, et le maintien des dépenses publiques, analyse l’économiste de l’OFCE Jacques Le Cacheux. Ce sont deux paris importants, poursuit-il, en estimant que ces objectifs exigeront notamment le maintien d’effectifs serrés dans le secteur public, la maîtrise des dépenses sociales et de celles des collectivités territoriales.

Une situation « relativement plus facile »

 Et si Paris ne tient pas ses promesses ? Si la croissance n’est pas de retour dans la zone euro, la France ne sera pas la seule à ne pas pouvoir rentrer dans les clous [du pacte de stabilité] en 2012-2013, répond Jacques Le Cacheux. Avant d’ajouter que le pays est dans une situation relativement plus facile que des Etats comme l’Irlande, la Grèce ou l’Espgane, qui sont confrontés à la fois à des déficits plus importants et à des perspectives de croissance plus faibles.

En février 2009, Bruxelles avait lancé une procédure de déficit excessif contre six pays, dont la France. Paris y était notamment «invitée» à mettre en œuvre les mesures du plan européen de relance économique, tout en évitant une nouvelle détérioration des finances publiques, et à accélérer le rythme de son assainissement budgétaire lors du retour à la croissance. Fin avril, le Conseil des ministres de l’UE avait donné à la France jusqu’à 2013 pour repasser sous la barre des 3%.

Jusqu’au 2 juin 2010 pour engager une action suivie d’effets

Même s’il contient des preuves de la bonne volonté française en matière budgétaire, le programme de stabilité ne met pas fin à la procédure engagée par la Commission début 2009. Dans une recommandation du 30 novembre 2009, le Conseil donne jusqu’au 2 juin 2010 au gouvernement français pour qu’il engage «une action suivie d’effets en vue de mettre en œuvre en 2010 les mesures prévues dans la proposition de loi budgétaire pour 2010».

 Les autorités françaises devraient faire état des progrès accomplis dans la mise en œuvre de ces recommandations dans un chapitre distinct des versions actualisées du programme de stabilité, qui seront élaborées entre 2010 et 2013, ajoute le Conseil.

 La Commission européenne se donne cinq mois pour évaluer les programmes nationaux. Elle devrait rendre un avis d’ici à la fin mai, avant que le Conseil ne les examine formellement. Les ministres analysent notamment le caractère réaliste des hypothèses soulevées par les Etats membres et l’existence d’une marge de sécurité pour garantir l’absence de déficit excessif.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Le plan ambitieux de Paris pour convaincre Bruxelles

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X