Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Décentralisation

Développement social local : « peut mieux faire »

Publié le 14/11/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : France

Une recherche-action initiée par l'Observatoire national de l'action sociale décentralisée (Odas), présentée ce jeudi 13 novembre 2014 à l'occasion du colloque «Trente ans de décentralisation. Quel avenir pour l'action sociale et médico-sociale ? », a évalué l'appropriation, par les départements, du concept de développement social.

Promoteur du développement social, nouvelle conception de l’action publique visant à la reconstruction des liens sociaux, l’Observatoire national de l’action sociale décentralisée (Odas) est allé se frotter à la réalité du terrain sous la forme d’une recherche-action qui analyse l’implication de dix-huit départements. Autant de collectivités qui, dans une période éprouvante, cherchent une issue, tentant « de passer d’une logique de services rendus à une logique d’implication », comme l’a exprimé un des témoins dans un film présenté en introduction aux échanges. « Aujourd’hui, l’action sociale est organisée en dispositifs, ce qui a entraîné une dilution du sens », a expliqué Didier Lesueur, délégué général adjoint de l’Odas, qui dirigeait, avec Maud Gallay, chargée d’étude à l’Odas, la présentation de cette recherche-action.

Confusions – Premier constat : le développement social est polymorphe. Chacun des départements témoins a appliqué le concept selon ses besoins et les spécificités de son territoire. Dans la Drôme, il s’agit de « réinvestir la solidarité » ; dans l’Eure, il se concrétise par la mise en place d’un dossier unique de demande d’allocations ; dans le Doubs, il se traduit par une expérience de théâtre forum pour des mères de famille suivies dans le cadre de l’action éducative à domicile… Sans compter que, comme l’a souligné l’un des témoins, « le développement social, il y a ceux qui en font sans le savoir et ceux qui en parlent sans en faire ». Maud Gallay a précisé les obstacles qui viennent freiner le déploiement de cette nouvelle approche : le politique qui affiche encore trop « timidement » ce choix, un management pas encore adapté, une « confusion » entre la notion de développement social et celle d’action collective, la première ne se résumant pas à la seconde. Note plus positive : le développement social est de plus en plus fréquemment inscrit dans des cadres d’action, comme les schémas départementaux d’action sociale et les agendas 21.
Pistes de travail – En s’appuyant sur les premiers résultats de cette recherche-action, l’Odas définit les conditions favorables au passage de la théorie à la pratique :

  • Orienter l’observation sociale dans une optique de développement social , soit, « donner une finalité concrète à l’observation », a commenté Didier Lesueur.
  • Mettre en place un management qui « allège les circuits de décision, qui laisse du temps, en particulier aux cadres intermédiaires, de s’investir dans l’innovation sociale ».
  • Fonder la gouvernance sur la transversalité et la coopération, « notamment en associant des acteurs qui ne font pas partie du champ social ».
  • Mettre en place une éthique de la participation, qui effraie encore les travailleurs sociaux et qui se résume souvent à une simple consultation du public, atteignant rarement la co-construction.

La conclusion à cette implication des départements, qui sonne comme un « peu mieux faire », est sans surprise, mais s’imposait : « Reste à savoir si la réforme territoriale ne va pas stopper ces dynamiques ? », a interrogé Didier Lesueur. Sous-entendu : quel avenir pour l’action sociale si les départements disparaissent ?

Recherche action : la méthode

En 2012, l’Odas a proposé aux départements de se porter candidat pour participer à l’expérience. Dix-huit ont répondu à l’appel, de toutes tailles et de toutes configurations, représentant environ 15 millions d’habitants. Depuis, les départements ont été convié à des rencontres nationales et à se constituer en sous-groupe thématiques, comme « Comment accompagner l’évolution du travail social ». Ils ont reçu, pour certains à plusieurs reprises, la visite d’équipes d’observateurs, constituées de représentants de l’Odas, de départements co-participants et de partenaires nationaux, dont le CNFPT et la Direction générale de la cohésion sociale, « dans l’objectif de croiser les regards ».

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Développement social local : « peut mieux faire »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X