Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Insertion

La CUS étend son dispositif de peines alternatives à la prison

Publié le 29/01/2010 • Par Didier Bonnet • dans : Régions

Initiée voici dix ans par Roland Ries, le système d’accueil de peines alternatives est renforcé grâce à deux conventions, signées le 28 janvier.

Le dispositif strasbourgeois n’a pas d’équivalent en France, souligne Olivier Bitz, adjoint délégué à la sécurité. En dix ans, les services des sports, des écoles, des espaces verts, etc. ont participé à plus de 1 000 travaux d’intérêt général (TIG) représentant près de 100 000 heures, décrit-il.
Concrètement, il s’agit d’appliquer des peines alternatives dans le cadre des services de la Communauté urbaine, où 49 postes sont dédiés à accueillir une personne dans ce cas. Au programme : effacer des tags, tondre des pelouses, nettoyer une piscine, préparer des repas dans les cantines, etc.

Pour Roland Ries, le fait que la ville soit un acteur majeur permet de lutter concrètement contre le sentiment d’impunité, notamment sur la petite délinquance. La convention signée le 28 janvier renforce l’implication de la CUS vis-à-vis de ses partenaires, l’administration pénitentiaire, la protection judiciaire de la jeunesse et la Préfecture.

En 2009, 154 personnes ont pu éviter la prison tout en purgeant leur peine au service de la société. Grâce à ce dispositif, le condamné remplit aussi ses obligations familiales et sociales, souligne Roland Ries.

Thèmes abordés

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

La CUS étend son dispositif de peines alternatives à la prison

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X