Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Edito

Un quart des collectivités entend encore recruter

Publié le 07/11/2014 • Par Cédric Néau • dans : Billets finances

Curriculum vitae, chômage, pôle emploi
Fotolia
Malgré la baisse des dotations, les collectivités sont plus nombreuses à vouloir recruter que l’inverse. Paradoxal ?

Indécrottables collectivités ? Selon le baromètre « Ressources humaines des collectivités locales 2014 », publié par Randstad, un quart des collectivités territoriales interrogées prévoyaient de recruter au cours de l’année 2014, malgré la baisse de dotations de l’Etat et l’effet de ciseaux lié à la hausse continue des dépenses et à la raréfaction des ressources. Cette proportion est en hausse puisqu’elles n’étaient que 21 % l’an dernier à anticiper une hausse des effectifs.
Parallèlement, seulement 20 % des collectivités prévoient de diminuer leurs effectifs. Une part qui n’était que de 15 % en 2013.

Une attitude paradoxale – Ces réponses semblent d’autant plus paradoxales que les collectivités ont conscience de leur environnement. Près de neuf collectivités sur dix (86%) indiquent que la réduction des dotations va influencer leur politique de recrutement et de gestion des ressources humaines.
Logiquement, elles placent donc la maîtrise de la masse salariale en tête des priorités pour 66% des communes, 60% des intercommunalités et 51% des conseils généraux et régionaux. Elles doivent donc passer « de la parole aux actes », constate Abdel Aïssou, directeur général de Randstad France.

« Maîtriser ne veut pas toujours dire réduire ou stabiliser la masse salariale » objecte Philippe Laurent, maire de Sceaux et président de la commission des finances de l’AMF qui préconise entre autre, le retour du jour de carence, un contrôle plus strict des arrêts maladies ou une augmentation du temps de travail en contrepartie d’un déblocage de l’évolution du point d’indice.

Autre explication : les collectivités doivent faire face à une rigidité des charges, voire de leur augmentation provenant « d’une demande sociale accrue, illustrée par exemple par la réforme des rythmes scolaires », souligne l’étude.
Pour Abdel Aïssou, la seule solution qui se présente à ces collectivités qui envisage d’augmenter ses effectifs est de passer soit « par la hausse de la fiscalité locale, soit par un recours accru à l’endettement ». Un comportement qui ajouterait du paradoxe au paradoxe.

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Un quart des collectivités entend encore recruter

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X