Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Hôpital

Menace sur le centre IVG d’Orléans

Publié le 27/01/2010 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Régions

Faute d’accord avec le conseil général, les interruptions volontaires de grossesse pourraient être interrompues à l’hôpital à partir du 5 février prochain.

Le Centre de planification et d’éducation familiale (CPEF) installé à l’hôpital d’Orléans dans le centre-ville pourrait fermer ses portes le 5 février 2010. Le conseil général du Loiret n’a en effet pas renouvelé la convention de financement qui le liait au CPEF. A la suite d’un appel d’offre, c’est le Mouvement français pour le planning familial, non installé dans les murs de l’hôpital, qui doit désormais remplir cette mission d’information et d’accueil des femmes désirant avorter.
Mais un centre d’IVG ne peut fonctionner qu’avec un CPEF qui assure des prestations de conseil familial. La fermeture du centre actuel devrait donc aboutir à l’interruption des IVG (1400 par an à Orléans) avec l’envoi des patientes vers les centres d’IVG de Tours ou Blois, les autres centres du département (Montargis, Pithiviers et Gien) étant jugés incapables d’absorber les « surplus ».

La présence du centre d’IVG au sein de l’hôpital n’est pas négociable, explique le directeur général adjoint du centre hospitalier régional, c’est pourquoi nous souhaitons négocier avec le conseil général. Le litige porte notamment sur le financement de 1,5 poste de conseillère conjugale. Une demande refusée par Jean-Noël Cardoux, vice président en charge des affaires sociales au conseil général : cette question déclare-t-il relève seulement de la compétence du CHRO et des autorités de tutelle à qui il revient peut-être de rappeler au CHRO ses obligations légales pour assurer le service public auprès des populations concernées. Un comité de soutien composé de médecins, d’élus et de syndicalistes a été créé et une pétition lancée pour demander le maintien du CPEF et sa collaboration avec le Planning familial sous peine de remettre en cause la loi Veil 35 ans après et le droit des femmes.

Thèmes abordés

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Menace sur le centre IVG d’Orléans

Votre e-mail ne sera pas publié

SOISIK59

28/01/2010 09h00

C’est épouvantable ! on se rend bien compte que c’est une politique qui s’installe – ce que les femmes de ma génération ont obtenu de haute lutte est en grand danger – les jeunes réveillez-vous ! c’est vous qui étes en danger et vos droits !

Curieux ...

31/01/2010 02h15

On peut se poser la question de la complicité de fait du Planning avec le Conseil Géneral par le biais d’un appel d’offre moins disant de 70 000 €. selon M.Cardoux .Ou comment par légèreté , volonté égémonique, incompétence , ou manque d’analyse politique on sabote soit même sa politique de 50 ans .

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X