Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sécurité nucléaire

Nucléaire : les CLI critiquent le mutisme de l’Etat sur l’affaire des drones

Publié le 05/11/2014 • Par Olivier Schneid • dans : A la une, France

drone-une
Flickr by CC Mauricio Lima
Le conseil d’administration de l’ANCCLI, réuni mardi 4 novembre à Téteghem (Nord), a décidé d’interpeller par écrit les ministres de la Défense et de l’Intérieur sur les survols de centrales nucléaires par de petits drones. Les commissions locales d’information (CLI) déplorent l’absence de communication de l’Etat alors que l’affaire dure depuis déjà un mois. Elles s’interrogent aussi sur la capacité des pouvoirs publics à faire face à la situation. Le président de l’ANCCLI, Jean-Claude Delalonde, s’en explique à La Gazette.

Depuis un mois, 13 des dix-neuf centrales nucléaires du pays ont été survolées par des drones, or, on n’a jusqu’ici pas entendu l’ANCCLI (1) s’exprimer. Que savez-vous de leur origine ?

Nous n’avons aucune information sur ce sujet. Et ce n’est pas faute d’avoir questionné les autorités de l’Etat. A chaque fois qu’un drone a survolé une installation nucléaire, le président de la commission locale d’information (CLI) concernée, en général un élu, en a, spontanément et immédiatement, été informé par EDF – ce qui, soit dit en passant, montre que l’exploitant est inquiet. Mais ça s’est arrêté là. Nous avons interrogé l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) : elle nous a – d’ailleurs à juste titre – indiqué que le sujet n’est pas de son ressort, car elle s’occupe des incidents techniques dans les centrales, pas de la surveillance, qui relève de la compétence des ministères de la Défense et de l’Intérieur. Et lorsque nous nous sommes adressés aux préfets et aux ministères concernés, on a eu le sentiment de s’entendre dire : « On s’en occupe, circulez y’a rien à voir, secret Défense. »

Une réponse qui ne vous satisfait évidemment pas…

Plus que cela, cela nous inquiète terriblement qu’un mois après les premiers survols de centrales par des drones, l’Etat ne soit pas capable de fournir des explications sur ce qui se cache derrière cette histoire. Notre conseil d’administration, réuni mardi 4 novembre, m’a donc chargé d’interpeller par courrier les ministres de la Défense et de l’Intérieur, également celle de l’Energie – même si Mme Royal a jusqu’ici botté en touche en disant que son ministère n’est pas directement concerné – ainsi que l’ASN, qui doit connaître notre position. Il y a unanimité au sein de l’ANCCLI pour déplorer cette absence d’information : au niveau des collèges (syndicats, élus, associations, experts) et par-delà les clivages entre pro et antinucléaires. Des maires sont interrogés par les habitants et des représentants syndicaux, par les salariés des centrales, et ils ne savent pas quoi leur répondre.

Le gouvernement a fait part, via un communiqué du Secrétariat général à la Défense et à la Sécurité nationale (SGDSN), de la mobilisation de « l’ensemble des services de l’Etat », et il a aussi insisté sur la « confidentialité, une condition de l’efficacité ». Cet argument ne vous convainc-t-il pas ?

On peut comprendre que le secret Défense soit invoqué et on ne réclame pas forcément des détails. Mais on veut au moins savoir si l’Etat a trouvé quelque chose… ou pas. Or, jusqu’ici, les autorités ne disent rien, et c’est cela qui est inquiétant. Personne parmi nous n’a vu ces drones ni ne connaît quelqu’un qui en a vus. Certains prétendent qu’ils font un mètre de diamètre, d’autres disent 2 mètres. Certes, ce sont de petits appareils qui ne sont pas susceptibles de faire exploser un dôme de bâtiment réacteur. Mais une charge d’explosifs larguée sur une piscine ou des disjoncteurs, ça peut occasionner des dégâts…

La députée européenne écologiste (EELV) Michèle Rivasi doute de la capacité des autorités à « identifier les auteurs des survols », et elle envisage même qu’il s’agisse « d’opérations orchestrées par les services de renseignement pour tester la capacité de réaction ». Qu’en pensez-vous ?

Nous nous sommes nous-mêmes posé ce genre de question. Greenpeace affirme ne pas être à l’origine de ces drones, de même que Sortir du nucléaire. Peut-on imaginer une opération orchestrée par des jeunes qui auraient les compétences et la capacité de faire voler des petits drones sur toute la France et seraient connectés par les réseaux sociaux ? Ou alors, justement, à l’instar de Greenpeace qui a réussi à passer les barrières de différentes centrales, une action menée par les services de renseignement pour tester la sécurité ? Le film qui se déroule sous nos yeux est en tous les cas inquiétant. Et en n’apportant pas de réponse, on alimente cette inquiétude. Or, nous aimerions être rassurés pour pouvoir ensuite rassurer la population.

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 Association nationale des comités et commissions locales d'information Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Nucléaire : les CLI critiquent le mutisme de l’Etat sur l’affaire des drones

Votre e-mail ne sera pas publié

pauvre citoyen

07/11/2014 07h44

Il y a des gens qui n’ont vraiment pas grand chose à faire….

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X