Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Revue de médias

A lire ailleurs cette semaine

Publié le 31/10/2014 • Par La Rédaction • dans : France

Retrouvez un florilège des articles qui nous ont marqués cette semaine.

Airbnb encadré à San Francisco

Si libéraux que ça les Américains ? San Francisco, la ville où est né Airbnb, encadre désormais ce service de location d’appartements entre particuliers. « Nous refusons “l’hôtellisation” de notre parc immobilier, a résumé le conseiller municipal Scott Wiener. Nous voulons que les gens aient des voisins. », rapporte Le Monde. Emblème de “l’économie du partage”, Airbnb l’est aussi de ses dérives, où le partage est surtout celui de l’argent, où tout devient potentiellement monétisable. En France, le site est aussi dans le collimateur mais le PLF 2015 n’a pas réglé son sort lors du débat sur la taxe de séjour.

A lire sur Le Monde et Le Parisien

Sivens, symptôme du déficit de débat public

Dans une tribune cinglante comme son titre, “Les luttes écologiques sont révélatrices de la décrépitude de nos institutions démocratiques”, le philosophe Dominique Bourg, proche de Nicolas Hulot, revient sur le drame de Sivens, en criticant les élus  : “Là où la démocratie est sourcilleuse, on ne fait pas passer au parlement un traité constitutionnel refusé par référendum, on ne se fait pas élire sur un programme au rebours de son action publique, les élus sont plus nombreux et reflètent mieux la diversité de la société, et enfin on prend la décision à la bonne échelle, au plus près de ceux qui seront acteurs et concernés.”

A lire sur Le Monde

La Cour des comptes épingle le TGV… et se fait épingler en retour

S’improvisant spécialiste de la question ferroviaire, la Cour des comptes s’est érigée en censeur et prescripteur des “bonnes” politiques publiques. Le rapport sur les trains à grande vitesse publié par les “Sages” de la rue Cambon, qui ont “outrepassé leur mission de contrôle”, n’a visiblement pas plu à Mediapart.

Après une critique en règle du TGV — qui n’est ni une réussite industrielle, ni un outil de l’aménagement du territoire ou du développement économique, ni un mode de transport performant, ni même moins polluant — la Cour des comptes dénonce la hausse des prix de la SNCF et la baisse de la fréquentation qu’elle a enregistrée en 2013. Peu importe que la compagnie y soit contrainte par les péages réclamés par RFF, bien plus gourmand depuis l’envolée des coûts de construction des lignes à grande vitesse (passés de 5 à 20 millions d’euros le kilomètre en 30 ans) comme le fait remarquer le site internet d’investigation.

Passant sous silence l’oligopole et les ententes entre majors du BTP pour se partager les partenariats publics-privés de LGV, la Cour des comptes fait porter le chapeau aux élus locaux, il est vrai en partie responsables. Obnubilés par l’aménagement du territoire, le développement économique ou le service aux citoyens, ils mettraient à mal la rentabilité de la SNCF avec leur lobbying pour obtenir une gare TGV chez eux. Selon Mediapart, ce rapport ponctué d’arguments d’autorité jamais démontrés par la très libérale Cour des comptes a un objectif clair : justifier que la grande vitesse ne doit plus relever du service public.

A lire sur Mediapart (payant)

Placemeter, flippant outil d’aide à la décision pour urbanistes

L’application Placemeter tire de précieuses données des vidéos filmées par ses utilisateurs avec leurs utilisateurs avec un vieux smartphone, de leur fenêtre, raconte The Guardian : nombre de personnes dans la rue, de véhicules et leur type – voiture, vélo, camion -, vitesse des déplacements. Ces informations sont très utiles pour les commerçants et les urbanistes, à condition de mettre sous un chapeau les questions concernant la vie privée et la sécurité des données.
.

A lire sur The Guardian

Réforme territoriale, complexe simplification du millefeuille

Alors que le redécoupage des régions est toujours loin de faire l’unanimité, la suppression annoncée des départements a été largement édulcorée. Quant à la date des prochaines élections départementales et régionales, il a fallu attendre des semaines avant qu’une décision soit prise. Retour sur six mois d’allers et venues sur FranceTVinfo.

A lire sur FranceTVinfo

L’égalité hommes-femmes c’est quand ?

Pas avant 2095 selon les Echos qui cite une étude du WEF (Forum économique mondial). Ce rapport qui couvre 142 pays, montre que les inégalités entre les femmes et les hommes ont très nettement reculé dans les secteurs de la santé et de l’éducation seulement. Outre le monde du travail, les inégalités en matière de participation à la vie politique restent très importantes. Les femmes comptent pour seulement 21% des décideurs politiques dans le monde, note ainsi le rapport.
A lire sur Les Echos

Morale ou politique, choisissez votre approche de la gentrification

Que faut-il penser de l’embourgeoisement des quartiers populaires, phénomène également appelé « gentrification » par la communauté scientifique ? Doit-on s’en réjouir et l’encourager au prétexte qu’il est synonyme de renouvellement urbain, de revalorisation du patrimoine, de mixité sociale, bref, d’opportunités à saisir pour les acteurs politiques et administratifs ? A contrario, faut-il se méfier et réguler l’arrivée massive de populations riches dans un quartier défavorisé, du fait des violences sociales (éviction d’habitants ou de commerces populaires, financements d’équipements en décalage avec les demandes citoyennes, etc) que ce processus implique pour les populations locales ?

Aucun doute possible, pour Mathieu Van Criekingen et Anne Clerval, auteure de « Paris sans le peuple » : en privilégiant une lecture morale mais dépolitisée de la gentrification, responsables politiques et autres aménageurs se trompent lourdement. Leurs choix ne feraient qu’accompagner le développement inégal de la ville capitaliste. Qui plus est, le sort des classes populaires encore présentes dans les métropoles car embauchées non plus dans des usines mais des entreprises de services, ne serait plus pensé et déboucherait sur une paupérisation croissante de leurs conditions de vies, puisqu’elles se feraient imposer leur façon de vivre par des populations désormais plus aisées.

Que le débat soit.

A lire sur Métropolitiques

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

A lire ailleurs cette semaine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X