Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Sport

Maigre compensation pour les villes organisatrices de l’Euro 2016 de football

Publié le 31/10/2014 • Par Pascal Weil • dans : France

Les dix villes accueillantes de l’Euro 2016 de football recevront de l’Union européenne des associations de football (UEFA) 20 millions d’euros pour financer les équipements sportifs de proximité. Un versement inédit dont se réjouissent les élus des villes concernées, mais qui reste très faible au regard des bénéfices générés par l’UEFA.

En guise d’héritage, les dix collectivités hôtes des 51 rencontres de football de l’Euro 2016 se partageront une petite enveloppe de 20 millions d’euros, qui leur sera versée par l’UEFA. Chaque ville bénéficiera de 2 millions d’euros. Cette décision inédite a été annoncée par Michel Platini, président de l’UEFA, à Alain Juppé, maire de Bordeaux et président du Club des sites d’accueil de l’Euro 2016, lors d’un comité de pilotage Euro 2016 qui s’est déroulé dans sa ville, le 23 octobre.

La contrepartie de 428 millions d’investissements – Il s’agit de l’aboutissement d’une négociation entre ce Club, qui regroupe depuis 2012 les dix collectivités hôtes, et l’instance européenne sur « l’acceptabilité sociale de l’évènement ». En d’autres termes, les villes souhaitaient obtenir la rétrocession pour leurs territoire et population d’une part des bénéfices – estimés à 900 millions d’euros – que réalisera l’UEFA. Ce montant ne représente donc que 2,2% du gâteau de l’UEFA.

Un retour financier qu’elles estiment légitime compte tenu des coûts importants pesant sur elles pour l’organisation d’une compétition qui se déroulera dans des stades flambants neufs. Car à y regarder de près, les investissements sont lourds pour les villes, si l’on considère uniquement ceux consacrés à la rénovation et la construction des dix stades : 428 millions d’euros à leur charge sur les 1,65 milliards d’investissements, financés par ailleurs par l’État et le secteur privé.

Laisser une trace durable – La décision de l’UEFA est accueillie avec satisfaction du côté des élus des villes concernées. « L’UEFA a accédé à une demande des villes. C’est une vraie bonne nouvelle car un grand évènement sportif de ce type doit laisser une trace durable en investissements et équipements sur nos territoires », indique Jean-François Martins, adjoint à la maire de Paris, chargé des sports.

Laurence Arribagé, adjointe au maire de Toulouse, chargée de la politique des sports, des manifestations sportives et des grands évènements sportifs, s’est également réjouit de cette initiative de l’UEFA, alors que cette contrepartie peut sembler dérisoire. « Dire cela, c’est comme se plaindre qu’une équipe ne gagne que par 1-0, alors qu’elle aurait pu perdre ! C’est la première fois que l’UEFA consent à un tel geste, et en soi c’est déjà remarquable. Ne boudons pas notre plaisir et utilisons cet argent à bon escient », affirme l’adjointe au maire.

Même état d’esprit à Nice, dont l’Allianz Riviera de 35 000 places accueillera notamment une rencontre de 8ème de finale. « À deux ans de l’évènement, c’est une première de recevoir une telle enveloppe financière. C’est une grande satisfaction et une fierté pour notre ville, après un travail de longue haleine mené au sein du Club des sites », précise José Cobos, adjoint au maire de Nice, chargé de l’évènementiel sportif, et ancien joueur professionnel de football.

Des bénéficies qui échappent à l’impôt – Outre sa faiblesse, d’autres points invitent à relativiser cette somme Ce qui est donné d’un côté, semble être compensé de l’autre. « La suppression de la taxe sur les spectacles génère également une économie de 25 à 30 millions d’euros pour l’UEFA organisatrice de l’Euro 2016. Donc au final, dans la négociation, l’Euro 2016 reste gagnant », indique Patrick Bayeux, consultant et rédacteur en chef du magazine « Acteurs du Sport ».

C’est encore plus vrai si l’on prend en considération l’économie générale de la manifestation et le régime fiscal avantageux dont bénéficie l’organisateur. « Il faut savoir que l’Euro 2016 bénéficie d’un rescrit fiscal signé par le précédent gouvernement qui lui permet d’échapper à l’impôt sur les sociétés en France alors que l’évènement va générer un résultat de 800 millions d’euros à 1 milliard d’Euros ! Très franchement, je préférais l’organisation de la Coupe du monde de 1998 avec la création du fonds Fernand Sastre financé par les bénéfices de la manifestation et destinés aux projets du territoire. Entre le milliard investi – en subvention ou en emprunt – par les pouvoirs publics pour le financement des stades, le milliard en termes de résultat que va encaisser l’Euro 2016 sans verser d’impôts, en tant que citoyen, j’ai du mal à me satisfaire des 20 millions d’euros d’héritage », explique Patrick Bayeux.

Équipements de proximité –  Ces 2 millions d’euros financeront des équipements de proximité dédiés au sport. « Les sommes allouées serviront au financement d’équipements sportifs pour les clubs amateurs de football et iront vers les populations les plus défavorisées », précise Laurence Arribagé, faisant également référence aux 20 millions d’euros que recevra, par ailleurs, la Fédération française de football (FFF) de l’UEFA, pour subventionner l’amélioration des infrastructures de 1500 clubs amateurs sur l’ensemble du territoire.

Construction de « city stades », rénovation de pelouses et de vestiaires, les projets locaux ne manquent pas dans l’optique « d’une compétition au service du sport », selon Jean-François Martins. « C’est important que les habitants voient que nos investissements pour cet évènement se font au bénéfice de tous. Nous allons faire progresser la pratique de tous les footballs. Cette somme bénéficiera au final aux populations qui seront peut-être plus éloignées géographiquement et économiquement de la compétition », affirme l’élu.

Un montant record, selon l’UEFA – La dotation sera versée aux collectivités en deux fois. « 10 millions d’euros sont mis dès maintenant à la disposition des sites-hôtes », a indiqué le comité de pilotage. La seconde part sera versée après la compétition. L’UEFA et le Club des sites, en relation avec la Fédération français de football (FFF), arrêteront prochainement les modalités de sélection des projets financés et d’affectation des crédits.

Plus de 30 millions viendront s’ajouter à cette dotation. Les villes organisatrices recevront 21 millions d’euros au titre de la location des stades, 3,5 millions de participation au pavoisement et à la décoration des villes pendant la compétition et 7 millions pour le financement des grands écrans et des installations techniques au sein des « fans zones ». Dans ces villages spécialement aménagés pour la retransmission des matchs, l’animation et la restauration, les villes pourront d’ailleurs retirer des recettes de la vente d’espaces publicitaires à quatre partenaires économiques locaux. Ce qui fait dire à l’UEFA que plus de 50 millions d’euros pour les villes hôtes est « un chiffre jamais atteint au cours des tournois précédents ».

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Maigre compensation pour les villes organisatrices de l’Euro 2016 de football

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X