Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Aménagement du territoire

Les CPER manquent de vision stratégique et d’efficacité, selon la Cour des comptes

Publié le 31/10/2014 • Par Caroline Garcia • dans : France

Une enquête menée par la Cour des comptes à la demande du Sénat montre les incohérences des contrats de projets Etat-région. Des travers pointés alors que la contractualisation des CPER, redevenus les contrats de plan, 2014-2020 se finalise.

Les contrats de projets Etat-région (CPER) sont mal coordonnés avec la stratégie nationale et les politiques sectorielles, trop focalisés sur l’attractivité et la compétitivité, pas assez clairement financés. C’est la conclusion que formule la Cour des comptes, qui a mené une enquête sur ces outils de planification régionale à la demande de la commission des Finances du Sénat.

Une tendance au « saupoudrage » et à « l’inefficacité » qui relève de la nature même de ces documents, initialement conçus en 1982 – ils s’appelaient alors contrats de plan Etat-région – : « La loi confiait aux CPER le rôle de mise en œuvre au niveau régional du Plan de la nation, relève le rapporteur général de la commission des Finances du Sénat, le sénateur UMP d’Eure-et-Loir, Albéric de Montgolfier. Mais le Plan ayant perdu son rôle pivot au cours des trente dernières années, avant de disparaître purement et simplement, ces contrats […] sont devenus des cadres de contractualisation des engagements financiers de l’État et des régions ». Sans que le parlement ne soit associé à leur définition.

Des CPER plus sélectifs – La Cour des comptes suggère que le gouvernement organise un débat au sein des assemblées « afin de fixer les orientations stratégiques de la politique nationale dans lesquelles les CPER devraient s’inscrire » puis qu’il veille à « articuler ses programmes nationaux sectoriels » avec ces contrats de projets.

Les magistrats considèrent que les autorités régionales doivent être plus « sélectives » dans le choix des opérations qu’elles inscrivent au CPER, en se concentrant sur des « thématiques structurantes », et en prévoyant « un échéancier de réalisation physique et financière, adossé à une étude préalable ».

L’évaluation, la révision à mi-parcours ainsi que le suivi financier des projets doivent également être améliorés. Des recommandations qui recoupent celles déjà formulées en… 2000 par le sénateur Pierre André dans un rapport d’information sur la troisième génération de CPER.

Pas de projets imposés d’en haut – Entendu par la commission des finances du Sénat, Gilles Mergy, le délégué général de l’Association des régions de France (ARF) se montre « en phase avec les préconisations de la Cour des comptes ».

« Les régions considèrent que les CPER sont utiles, notamment parce qu’il existe encore sur les territoires des compétences partagées par les régions et l’État », note Gilles Mergy qui regrette que les CPER 2007-2013 ressemblent à « un catalogue de projets, une liste de courses ».

« Pour que les CPER fonctionnent bien, il faut une stratégie nationale et une stratégie régionale distinctes. L’État déconcentré doit disposer de réelles marges de négociation, et les projets doivent être choisis dans une logique partenariale et non imposés d’en haut », ajoute-t-il. Les présidents de région souhaitent en outre voir les « modalités de financement clairement contractualisées ».

Compte tenu du calendrier, les principales préconisations de la Cour des comptes ne seront pas prises en compte pour les contrats de plan 2014-2020. Les mandats de négociation des préfets sont attendus dans les prochains jours pour ouvrir les négociations avec les présidents de région et parvenir à signer les CPER avant la fin de l’année.

Un calendrier qui pourrait être bousculé en Nord-Pas-de-Calais, en Auvergne ou en Rhône-Alpes où les présidents ont déjà manifesté leur mécontentement, essentiellement du fait de la baisse des enveloppes de financement proposées par l’Etat. La mise en œuvre des CPER est prévue au printemps.

 

Références

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Les CPER manquent de vision stratégique et d’efficacité, selon la Cour des comptes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X