Eau

Le barrage de Sivens a été mal étudié

| Mis à jour le 30/10/2014
Par • Club : Club Techni.Cités

Le rapport d'expertise commandé par la ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l’Énergie pour apaiser les tensions a rendu ses conclusions très critiques ce lundi 27 octobre. Porté par le conseil général du Tarn, le projet fait l'objet d'une forte opposition locale et nationale depuis plus d'un an. La collectivité va tenir compte des préconisations.

A Lisle-sur-le Tarn (Tarn), sur le site destiné à accueillir le controversé barrage de Sivens, le calme n’est pas revenu au lendemain de la présentation, le 27 octobre à la préfecture du Tarn à Albi, du rapport d’expertise demandé par Ségolène Royal, ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Énergie. C’est en effet au lendemain du décès d’un manifestant, survenu lors d’affrontements entre les forces de l’ordre et les opposants au projet de création d’une retenue d’eau de 1,5 million de m3 à la source du Tescou, que Nicolas Forray et Pierre Rathouis, les deux ingénieurs généraux des ponts, des eaux et des forêts diligentés par la ministre, ont donné leurs conclusions.

« Le projet de Sivens a deux finalités : tout d’abord, le soutien du débit d’étiage du Tescou, affluent du Tarn, ainsi que la dissolution des pollutions, puis, le soutien de l’agriculture. Les financements mobilisés n’ont donc pas vocation à permettre le développement de l’irrigation », a rappelé Nicolas Forray.

Besoins surévalués – Or, selon le rapport d’expertise, l’estimation des besoins a été surévaluée, le financement du projet, son affectation et les mesures compensatoires mal étudiés. Le rapport recommande ainsi notamment de « fixer le volume contractualisable de substitution à 448 000 m3 au lieu de 726 000 m3, soit un volume d’irrigation dans la retenue de Sivens de 560 000 m3 ».

Le conseil général du Tarn a pris acte des préconisations. « Le rapport a mis en évidence une sur-évaluation des besoins. Il met aussi en évidence la nécessité d’avoir des documents plus réactifs. Il demande, par exemple, que le plan de gestion soit révisé tous les cinq ans. Nous aurions peut-être mieux ajusté les besoins en eau si nous avions eu des documents de planification moins rigides », insiste Stéphane Mathieu, directeur de l’eau au conseil général du Tarn. En effet, le projet de barrage de Sivens s’appuie sur le plan de gestion des étiages, établi en 2004, puis sur le schéma directeur d’aménagement et de gestion des eaux Adour-Garonne (2009-2015). « Ces documents ont été définis avec les services de l’Etat. Le conseil général du Tarn n’avait pas compétence à faire des adaptations », poursuit-il.

Bien-fondé de l’ouvrage – Toutefois, considérant que le bien-fondé du projet n’est pas remis en cause, car il vise d’abord à « réaliser une ressource de substitution sur une vallée particulièrement touchée par une pénurie récurrente et sévère en eau », le conseil général va le modifier. Il retravaillera le projet en révisant la répartition entre les différents usages de l’eau, en améliorant les mesures compensatoires, en clarifiant les conditions de gestion et de tarification de l’ouvrage.

Pour l’heure, en attendant la vraie lumière sur les circonstances du décès du jeune manifestant survenu le 26 octobre, la Compagnie d’aménagement des coteaux de Gascogne (CACG), mandataire du conseil général du Tarn, a arrêté le chantier.

Sur le même sujet
Références
Commentaires

1  |  réagir

29/10/2014 08h41 - Yann

Et si on revoyait la procédure d’enquête publique de façon à ce que des projets ne soient plus déclarés d’utilité publique alors qu’une majorité d’avis négatifs a été donné durant l’enquête?

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

  • L’actu juridique de la semaine

    Notre sélection de jurisprudences et réponses ministérielles intéressant les cadres de la filière technique, publiées par le Club Techni.Cités et sur Lagazette.fr entre le 8 et le 14 décembre 2017. ...

  • Zones humides : connaitre les critères de définition et les obligations

    Dans le cadre des politiques d’aménagement conduites actuellement sur un territoire, les collectivités s’interrogent sur la notion de zones humides et sur les conséquences quant à l’aménagement du territoire. En effet, la direction départementale des ...

  • Malgré des soubresauts, Linky trouve son rythme de croisière

    Le déploiement du compteur communicant Linky respecte le calendrier prévu, a expliqué le distributeur Enedis, mercredi 13 décembre 2017, à Paris. Confrontée à des oppositions de communes en divers points du territoire, la filiale d’EDF explique privilégier le ...

  • Les pistes d’Elisabeth Borne pour réduire les fractures territoriales

    Si les Assises de la mobilité ont été l’occasion de phosphorer autour d’une multitude de sujets déjà bien identifiés, elles ont aussi mis en lumière des fractures territoriales jusqu’alors largement sous-traitées. La ministre des transports y consacre ...

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X