Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Gestion

Dons et legs : bien évaluer les risques pris par la collectivité

Publié le 27/10/2014 • Par Claire Chevrier • dans : Actu experts finances, Bonnes pratiques finances

Le parc Bordelais a té légué à la mairie de Bordeaux en 1881.
Le parc Bordelais a té légué à la mairie de Bordeaux en 1881. T. Sanson
Pour une collectivité, hériter d’un gros patrimoine ne signifie pas forcément gagner au Loto. En effet, avant de l’accepter, mieux vaut évaluer les charges qui y sont liées et vérifier sa capacité à respecter les volontés du défunt.

Des communes héritant de plusieurs centaines de milliers d’euros font régulièrement la une des journaux. Cependant ces legs, relativement rares, sont souvent assortis d’obligations comme la construction d’une maison de retraite, baptiser une rue du nom du donateur, entretenir sa tombe… « Lorsqu’une collectivité accepte un legs, elle hérite d’un patrimoine mais aussi des dettes et des charges qui vont avec, rappelle Paul Melot, maire de Rouez-en-Champagne (800 hab., Sarthe), commune qui a hérité de près de 40 millions d’euros en 2008. Si nous n’avions pas été prévenus avant des intentions du défunt et s’il ne m’avait pas, pendant dix ans, initié, cela aurait été très difficile pour nous de nous prononcer. Nous avions un inventaire précis, nous connaissions l’état des bâtiments, les charges futures et les revenus générés par ce patrimoine… »

Ne pas hésiter à refuser – Une décision lourde de conséquences pour Rouez-en-Champagne car la commune, dont le budget annuel est de 600 ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Dons et legs : bien évaluer les risques pris par la collectivité

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X