Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Rémunérations

Le supplément familial de traitement à nouveau en débat

Publié le 24/10/2014 • Par avec l'AFP Agathe Vovard • dans : Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Les syndicats et le ministère de la Fonction publique plancheront bientôt sur le supplément familial de traitement (SFT). La précision vient de Marylise Lebranchu, pour répondre aux critiques sur cet « avantage » que certains voudraient voir supprimé, dans le contexte de réforme des allocations familiales. Pour les syndicats, ce n'est pas un scoop.

« Nous ne sommes pas du tout opposés à une réforme. Le dispositif est certes inégalitaire en ce qu’il comprend une part fixe et une part variable fonction du salaire », explique Didier Bourgoin (Snuclias-FSU). La CFDT cite un exemple : pour quatre enfants, le SFT peut varier de 310,87 à 484,60 euros par mois.

« Nous ne sommes pas pour le statu quo, confirme Christophe Couderc (CGT Services publics). Nous demandons une revalorisation du montant pour le premier enfant – actuellement moins de 3 euros par mois –, car c’est à ce moment que les dépenses sont les plus élevées, ainsi que pour le 3e enfant. »

Forfait – « Les annonces, nous les attendons depuis des années. Les propositions portées par les syndicats lors de la dernière négociation de 2012 – qui n’avait pas abouti – visaient un montant forfaitaire quel que soit le niveau de salaire », rappelle le représentant.

« Il faut comparer ce qui est comparable, a pour sa part estimé Laurence Rossignol, secrétaire d’Etat à la Famille, le 23 octobre sur Sud Radio. La question qui se pose, c’est plutôt l’intégration du supplément dans le salaire. »

« Nous sommes favorables à une véritable discussion, à condition de d’évoquer également l’intégration du régime indemnitaire », souligne aussi Bruno Collignon (FA-FPT). « Je suis partisan d’une réforme mais une suppression serait scandaleuse. Pour de nombreux agents, il s’agit d’un vrai complément de rémunération », insisteAnge Helmrich (Unsa-territoriaux).

Des efforts depuis de nombreuses années – La secrétaire d’Etat elle-même repousse tout parallèle entre les allocations familiales et le SFT. Il s’agit, rappelle-t-elle, d’un « élément de salaire, pas d’un élément de la politique familiale ». « Le supplément familial n’est pas versé par les caisses d’allocations familiales », a-t-elle souligné.
« Dire qu’il faut supprimer le supplément familial chez les fonctionnaires, ça revient à dire qu’il faut baisser le salaire des fonctionnaires ! Je ne le dirai pas, car je ne pense pas qu’il faille baisser le salaire des agents qui font déjà, du point de vue de leur salaire, des efforts depuis de nombreuses années », a-t-elle dit.

Avec la modulation des allocations familiales – qui touchera pareillement salariés du privé et fonctionnaires – « les salariés du privé ne voient pas pour autant leur salaires baisser ! » a insisté la secrétaire d’Etat à la Famille et aux personnes âgées.

Pertinence de la corrélation diplôme/catégorie – Les organisations syndicales et la DGAFP ont aussi entamé les discussions sur l’avenir de la fonction publique, mercredi 22 octobre. Le premier thème abordé – qui mobilisera quatre réunions – est la rénovation et la simplification de l’architecture statutaire.
La rencontre de mercredi a porté spécifiquement sur « le classement hiérarchique des corps et des cadres d’emplois ». Les partenaires sociaux sont invités à réfléchir sur la pertinence de la corrélation diplôme/catégorie, et sur les niveaux hiérarchiques (leur suppression est-elle envisageable ? faut-il redéfinir de nouveaux niveaux hiérarchiques ? doit-on envisager la création d’un plus grand nombre de niveaux ?)

La prochaine séance de la négociation est fixée au 5 novembre.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Le supplément familial de traitement à nouveau en débat

Votre e-mail ne sera pas publié

yenamarre

27/10/2014 10h44

En parlant d’inégalité, il est certain que quand on a qu’un enfant, on a l’impression de ne pas exister… Pas d’allocation familiale pour 1 enfant. Il n’existe pas… Quant au SFT, il est de 2.29 € par mois… Depuis que j’ai eu ma fille qui a 20 ans maintenant (je ne touche donc plus le SFT), il a toujours été de 2.29 € par mois. De l’aumône….
J’ai la rage quand j’entends parler d’inégalité à la télé ou ailleurs, quant au versement des allocations familiales en fonction du salaire, car il n’est jamais évoqué le fait que pour un enfant il n’y a aucune allocation. C’est comme s’il n’existait pas. Et pourtant cet enfant il faut bien le nourrir, l’habiller, le chausser, lui acheter ses fournitures scolaires quand il va à l’école…etc…etc… (Qu’on ne me dise pas que nous n’avions qu’à en faire un 2ème, car personne n’a le droit de juger pourquoi on a eu qu’un enfant)…. Et ce n’est pas normal que ce sujet soit toujours ignoré lorsqu’on parle de revalorisation des allocations familiales ou du SFT. Les allocations familiales devraient être versées dès le 1er enfant, en tenant compte des revenus pourquoi pas, mais dès le 1er enfant…Et le SFT devrait être revalorisé pour un enfant comme pour les autres enfants…
Pour moi maintenant la question ne se pose plus, mais si on veut parler d’égalité, ce sujet mérite d’être abordé et revu.
A bon entendeur, salut…

jean Ali

27/10/2014 03h09

Mais c’est quoi cette histoire… nos politiques ne savent pas que le SFT a un plancher et un plafond, et donc ce n’est pas vraiment en fonction du salaire.. Tenez par exemple, ma situation avec 3 enfants, en théorie nous avons un SFT de 8% de salaire, mais le smicard reçoit 140 euros (le plancher) et les hauts salaires reçoivent seulement 280 euros (le plafond), même si leur salaire dépasse les 10000 euros… On en a vraiment marre de payer toujours plus et recevoir toujours moins… il y a eu le coefficient familial, puis les allocations familiales, puis maintenant le SFT… ça suffit, raz le bol, raz le bol, raz le bol…

toutestpris

20/05/2015 04h51

Effectivement c’est 2,29€ par mois pour un enfant quelque soit le salaire. Par contre à partir de deux enfants le SFT peut atteindre 110€ par mois mais pour indice élevé donc… pour les chefs. En toute franchise on a vraiment envie de les envoyer balader…
Supprimons ce SFT et les allocs pour les plus de un enfant, c’est fini l’après guerre. Peut-on enfin considérer que lorsqu’on a plus d’un enfant c’est qu’on a les moyens de les élever ? Faisons de vraies économies !

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X