Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Finances locales

Recul inédit en 30 ans de l’investissement des collectivités territoriales

Publié le 22/10/2014 • Par Pierre Cheminade • dans : A la une, A la Une finances, Actu experts finances, France

BquePostale
La Banque Postale
Année électorale oblige, les investissements des collectivités territoriales seront en repli en 2014. Néanmoins, c’est l’ampleur de ce phénomène qui interpelle puisqu’avec une baisse de 7,4 % sur un an, selon La Banque Postale, ce repli sera l’un des plus importants constatés depuis 30 ans. En 2015 le recul sera, a minima, le même. La baisse de l'épargne brute des collectivités est, elle-aussi, inédite depuis 1982.

Après de premières estimations présentées au début du mois, La Banque Postale a publié, mercredi 22 octobre, l’intégralité de sa note de conjoncture sur les finances locales. Pour l’ensemble des collectivités, les dépenses d’investissement reculeront de 7,4 %, à 53,5 milliards d’euros, mais les communes (-10,2 %) et les intercommunalités (-5,6 %) seront davantage concernées que les départements et les régions (-3,4 %). Un repli de cette importance est quasi-inédit depuis une trentaine d’années, à l’exception des années 1993 et 2010.

« Ce qui frappe c’est l’ampleur de ce recul et le fait que, face au coup de frein logique du bloc communal liés aux élections municipales, les régions et les départements ne jouent pas un rôle contracyclique », observe Thomas Rougier, le directeur des études secteur local de l’établissement bancaire.

Détérioration sans précédent de l’épargne brute – Parallèlement, la capacité d’autofinancement des collectivités locales devrait également diminuer de 5,6 % en 2014.
C’est la première fois depuis les premières lois de décentralisation de 1982 que l’épargne brute recule ainsi trois années de suite et la tendance des années suivantes ne laisse pas entrevoir d’inversion à court terme. Sans les recettes nouvelles attribuées aux départements – via la possibilité d’augmenter le plafond les DMTO – le recul de l’autofinancement atteindrait même 10 %.
« Ce n’est pas forcément catastrophique, mais c’est symptomatique de la situation actuelle des collectivités », considère Thomas Rougier.

Cette dégradation est liée à « l’atonie » des ressources des collectivités en raison de la pause fiscale et de la première baisse des dotations de l’Etat de 1,5 milliard d’euros.
Cette faible évolution des ressources fiscales s’explique à la fois par « la très faible utilisation du levier fiscal, même pour une année électorale, et la stagnation de ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion

Cet article est en relation avec le dossier

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Recul inédit en 30 ans de l’investissement des collectivités territoriales

Votre e-mail ne sera pas publié

Philippe LAURENT

23/10/2014 06h08

Cette analyse est pertinente, mais elle me semble en-deça de ce qui risque de se passer pour l’avenir. C’est en effet bel et bien un effondrement de l’investissement local qui nous attend, compte tenu de la brutalité des prélèvements opérés sur les collectivités territoriales et singulièrement le bloc local. Nous le disons depuis des mois. La réponse du gouvernement est une légère augmentation – due – du taux du FCTVA. Dont acte. Mais la pantalonnade du recyclage des ex FDPTP doit être dénoncée : il s’agit de sommes déjà dues aux collectivités, sur l’utilisation desquelles le gouvernement – et le Parlement – envisagent d’augmenter encore les contraintes, tout en présentant cela comme un progrès ! C’est véritablement un nouveau camouflet que le pouvoir central nous inflige ainsi.

Chérel Paul

23/10/2014 03h20

Je n’ai pas cherché à en savoir plus que la lecture de l’article. La raison ? Tant que l’on ne précisera pas ce que l’on entend par INVESTISSEMENT dans les collectivités, il subsiste un doute permanent entre investissement et fonctionnement. Merci à la gazette d’éclairer le bon peuple ! Et sur l’investissement, il faut en plus distinguer deux aspects : l’investissement à fonds perdus (pu presque ( le nouveau bâtiment du CG ou du CR ), de celui qui donne lieu a des retours d’investissement (financiers ou en terme de santé et sécurité publique. La France à tous niveaux manque de BONS gestionnaires et de bons comptables. Paul Chérel

X.Nelson

24/10/2014 05h19

Quel scoop ! C’est bien sûr prévisible et prévu depuis l’annonce des mesures de baisse de la DGF. Et ce sera durable… Pourquoi ? Parce que l’illusion qui est à la base de ces décisions est que les collectivités gaspillent et jettent l’argent par les fenêtres au niveau du fonctionnement. La Cour des Comptes vient même d’ajouter une campagne honteuse aux déjà nombreuses manipulations de l’opinion orchestrées pour désigner les collectivités territoriales comme lieux de gabegies généralisées.
En fait il est toujours possible de trouver des économies de fonctionnement, mais à la marge, et il est toujours possible de présenter des cas de gaspillages dans les collectivités … A côté des gouffres béants gérés par l’Etat, ces gabegies restent des broutilles. Mais surtout, cette illusion, à laquelle commentateurs et gouvernants finissent par croire, ne produit qu’une énorme contribution à la récession économique et non une quelconque « participation à l’effort national » …
Quant à la Banque Postale, sa contribution à cette récession est remarquable : contrôlée par l’Etat, elle ne finance plus les collectivités que sur des critères de « santé financière » plus contraignants que les banques privées, en produisant des analyses d’une incompétence notoire. En arrière, marchons !

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X