Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget 2010

Communauté urbaine de Bordeaux : un budget pour retrouver des marges de crédit

Publié le 21/01/2010 • Par Claudia Courtois • dans : Actualité Club finances, Régions

La Communauté urbaine de Bordeaux (714 727 habitants) a voté, le 18 décembre 2009, son budget primitif 2010, d’un montant de 1 034 millions d’euros, en hausse de 1,83% par rapport à 2009 (1 016 millions).

Dépenses
Les dépenses de fonctionnement – 620,1 millions – sont quasi identiques à celles de 2009 (- 0,1%). Les charges de personnel qui représentent moins de 11% du total des dépenses générales du budget et 18,2% environ des dépenses de fonctionnement, s’élèvent à 112,9 millions (+ 4,36% par rapport à 2009).
En revanche, les autres dépenses de fonctionnement, hors intérêts de la dette (25,9 millions) s’élèvent à 481,3 millions, presque identiques à celles de 2009 (+0,27%).

Il s’agit, pour les postes les plus lourds, de la charge du réseau transports, désormais géré par Kéolis (160,1 millions, en hausse de 8,48%), des reversements effectués par la CUB (attribution de compensation/DSC/FDPTP) soit 87,9 millions, en baisse de 5,74%, de la contribution au SDIS (53,9 millions), et de diverses autres charges courantes et d’entretien (135,2 millions, – 3,78%).

Investissements
Les dépenses d’investissement se poursuivent encore à la hausse : 414 millions soit plus 4,92%, dont 360 millions au titre des dépenses directes (310 millions d’euros) et indirectes (50 millions) d’équipement. Une année faste : parmi les sept priorités, la voirie (113 millions), les transports (65 millions), l’urbanisme et l’habitat (64 millions), l’assainissement (59 millions), l’administration générale (21,2 millions), l’environnement ( 16), le développement économique (11 millions). Le PPI des quatre prochaines années (2010-2014) affiche un investissement de près de deux milliards (1 953 millions).

Recettes
Les recettes totales de fonctionnement doivent rapporter 874,8 millions d’euros en 2010 (+1,64%). L’EPCI a décidé d’augmenter modérément la fiscalité directe : la TP demeure le premier poste en montant avec 356,4 millions (+ 2%). Le versement transport doit rapporter, lui, 123,8 millions, en hausse de 1,5%. La troisième fiscalité importante – la TEOM – doit rapporter 70,4 millions (+ 2%). Ce poste impôts et taxes (550,7millions) représente 53,2% des recettes générales totales et 63% des recettes de fonctionnement.

Les deux autres postes sont les dotations globales de l’Etat pour 19% des recettes, avec 196,4 millions, presque en stagnation par rapport à 2009, et les produits d’exploitation à 127,7 millions, soit 12,3% des recettes. Parmi elles, les recettes du réseau transports (55,6 millions, en hausse de 14,4%).
En 2009, le FCTVA a rapporté 24,7 millions. Renouvelé, il sera de 23,8 millions en 2010.

Emprunts et endettement
L’annuité de la dette s’établit à 75,6 millions, en baisse de 11,72%, dont 49,7 millions de capital (66% de la dette) et 25,9 millions d’intérêts (34%). Ces derniers diminuent de 20,81% et représentent 3% environ des recettes de fonctionnement.
Au 1er janvier 2010, l’encours de la dette s’élevait à 570,8 millions, en diminution de 8,34% par rapport à 2009. La prévision d’emprunt s’élève à 91,4 millions pour 2010, soit, avec les restes à réaliser d’emprunts qui s’établissent à 225 millions à ce jour, un besoin prévisionnel global qui devrait s’élever cette année à 316 millions.

La capacité d’autofinancement augmente en 2010 : l’épargne brute s’établit à 254,7 millions contre 239,8 millions en 2009, soit 29% des recettes de fonctionnement. L’épargne nette représente, elle, 205 millions (186,9 millions en 2009).

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Communauté urbaine de Bordeaux : un budget pour retrouver des marges de crédit

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X