Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Bonnes pratiques

Evaluer son action à l’aune de l’égalité femmes-hommes

Publié le 23/10/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : Dossiers d'actualité

Des collectivités territoriales ont déjà entrepris, pour certaines bien avant l'instauration de la loi du 4 août 2014 pour l'égalité réelle entre les femmes et les hommes, de faire leur propre diagnostic, en interne comme en externe, de leurs différentes politiques publiques, et d'établir, en conséquence, un plan d'actions. Leur méthode : repositionner l'existant en introduisant l'objectif d'égalité. Une ville et un département témoignent.

Trois niveaux d’intervention à Saint-Herblain (Loire-Atlantique, 43 100 hab.)

« L’engagement de Saint-Herblain en faveur de l’égalité femmes-hommes remonte il y a une quinzaine d’années, avec, notamment, la création d’un réseau de citoyennes dans les quartiers », explique Ludovic Joyeux, responsable de la mission Observatoire, Prospective & Évaluation des politiques publiques à la ville.

Récemment, la collectivité a donné deux coups d’accélérateur à cette démarche. Tout d’abord, en signant, en 2013, la charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, et, en se lançant, la même année, dans une étude prospective, réalisée par ses propres services.
« Il s’agissait d’interroger nos différentes politiques au regard de la question de l’égalité pour produire un plan d’actions, que nous souhaitions ambitieux et global », précise Ludovic Joyeux.

41 mesures – Le plan, lancé dès 2014, compte 41 mesures, déjà enclenchées ou nouvelles, qui correspondent à trois niveaux d’intervention : « la ville comme employeur » via sa politique des ressources humaines, « la ville en tant qu’institution », en référence aux messages qu’elle peut véhiculer, et enfin,« la ville en tant que service au public », en particulier dans le champ de l’éducation.
Pour ce dernier axe, il s’agit, par exemple, de former les professionnels d’accueil et encadrants des enfants et des jeunes à l’analyse de genre.

Dans le dialogue qui s’instaure avec les familles et le public jeune, Ludovic Joyeux précise « qu’il ne s’agit pas d’imposer, de diffuser des idées toutes faites, mais de donner matière à réfléchir ».

 Si actions préexistantes et nouvelles s’entremêlent, c’est que Saint-Herblain a souhaité adopter une méthode « constructive ». Paul Gedeas, responsable démocratie participative de Ludovic Joyeux, explicite : « On n’efface pas tout ! Au contraire, on met en valeur l’existant. On donne un cadre qui permet, notamment, de rassembler des personnes qui travaillaient jusqu’alors de façon isolée. On revisite les différentes politiques en leur donnant un prolongement avec l’objectif de l’égalité femmes-hommes, on suscite la réflexion sur les postures professionnelles ».

Saint-Herblain, comparateur égalité femmes-hommes

Cliquez sur l’image pour obtenir des résultats pour votre commune.

Dans les futurs contrats de ville – Aujourd’hui, la ville, qui compte deux quartiers classés en ZUS, s’attaque au chantier des futurs contrats de ville qui intégreront cette question, « notamment à travers l’analyse de la configuration de l’espace public qui devrait permettre aux femmes de circuler en toute sécurité », précise Paul Gedeas.

Par ailleurs, la collectivité a fait le choix d’activer les trois axes simultanément car «on ne peut pas attendre d’être exemplaire en interne pour ensuite intervenir en externe. Le temps du changement des mentalités est extrêmement long, il faut donc s’y atteler de suite », commente Ludovic Joyeux.

La démarche, transversale, a associé toutes les directions. « On peut dire que 100 % des agents sont sensibilisés à la question et que plus de la moitié sont spécifiquement formés, selon leur domaine d’intervention », précise le responsable de mission.
« En introduisant l’objectif d’égalité, on élève la qualité du service public. Par exemple, les personnels d’accueil améliorent leur écoute, savent s’adapter à différents publics », estime-t-il.

“Interne et externe se nourrissent” au conseil général de l’Allier (342 800 hab.)

En signant en avril 2014 la charte européenne pour l’égalité des femmes et des hommes dans la vie locale, le département de l’Allier s’est engagé, comme les autres adhérents, à publier un plan d’action dans les deux ans.

« Actuellement, nous analysons l’existant pour nous engager encore plus avant. Nous allons tout d’abord réaliser un état des lieux en interne, puis nous mobiliserons nos partenaires pour agir en direction du public. Interne et externe se nourrissent, explique Marie-Jo Fillère, en charge du Développement social territorial et du vivre ensemble.

La collectivité ne part pas de zéro, loin de là, ayant déjà à son actif la mise en place du deuxième observatoire départemental des violences faites en femmes, après celui de la Seine-Saint-Denis, et le premier en milieu rural.

Prise de conscience – Marie-Françoise Lacarin, vice-présidente du conseil général en charge des solidarités, fait coïncider l’engagement de la collectivité avec une date symbolique, celle du 8 mars, Journée internationale pour les droits des femmes. « La première fois que j’ai eu à animer cet événement, en 2012, je me suis retrouvée avec une salle presque vide. Je me suis dit : que faire de cette journée ? Mon objectif a alors été de redonner du sens à la démarche, d’ouvrir un vrai débat », relate-t-elle.

Depuis deux ans, le département tente de mobiliser l’ensemble de ses partenaires à l’occasion de la journée du 8 mars, « les associations, les médiathèques, les centres sociaux… », détaille Marie-Jo Fillère, « avec le double objectif de multiplier les manifestations locales et de travailler au plus près des habitants ».

En complément, le département propose, tout au long de l’année, différents ressources : des « valises de l’égalité », utilisées par le périscolaire, des expositions itinérantes…
« Nous essayons de donner de la visibilité à la question en prenant comme support les manifestations que nous organisons, en particulier celles en direction de la jeunesse. Avec le public jeune, l’objectif d’égalité doit être travaillé très en amont, en partenariat avec le secteur de l’éducation. Ainsi, nous expérimentons une action de théâtre forum dans deux collèges pilotes », ajoute-t-elle. En interne, la collectivité a intégré de questions dites « sexuées » à son bilan social, comme celle de « Qui prend les congés enfants malades ? ».

Vigilance en période de crise – Pour porter ses fruits, la démarche « doit être à la fois très fortement portée politiquement et partagée en interne », analyse Marie-Françoise Lacarin ; « en tant qu’élue, je donne un cadre, mais les décisions sont à prendre avec l’avis des services ».

Pour convaincre, en interne comme avec les partenaires, de la pertinence de la démarche, « il faut aborder le thème de l’égalité comme une logique de développement, expliquer qu’en réduisant les inégalités, on améliore la vie de tous », conseille Marie-Jo Fillère.

L’élue et l’agent s’accordent pour dire de « ne pas relâcher les efforts ». En effet, plusieurs indicateurs les portent à une extrême vigilance. « Nous savons, par les acteurs de terrain, que les jeunes filles adoptent des comportements de dévalorisation. Je suis convaincue, qu’en période de crise, comme aujourd’hui, les femmes sont plus fortement impactées », analyse Marie-Jo Fillère.

« Sortir d’une vision militante » – Isabelle Gueguen, co-dirigeante de Perfégal, cabinet spécialisé en égalité professionnelle, qui accompagne des acteurs publics dans la réalisation de leur diagnostic, conseille aux collectivités qui souhaiteraient s’engager, sur l’exemple de Saint-Herblain et de l’Allier, de « sortir d’une vision sociétale, militante, du sujet pour l’aborder en termes d’attractivité du territoire, de stratégie du changement ».

Elle remarque que « s’il n’y a pas une excellente articulation entre l’élu et le DGS, si les ressources humaines ne sont pas mobilisées, alors la collectivité n’avance pas ». Son expérience lui prouve que les directions des ressources humaines peuvent être encore aujourd’hui frileuses sur la question, pensant, « à tort », que le statut du fonctionnaire protège des inégalités.
« Il faut regarder la réalité en face : les métiers de la FPT sont encore très sexués. La catégorie C, compte, en particulier dans les communes, beaucoup de femmes en situation de précarité. Il y a encore beaucoup à entreprendre ! », conclut-elle.

Références

Le comparateur Le Compas / La Gazette “Egalité femmes-hommes : où en est ma commune” ?

 

Réagir à cet article

Sur le même sujet

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Evaluer son action à l’aune de l’égalité femmes-hommes

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X