Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Logement

A Limoges, le nouveau maire UMP veut abaisser le parc HLM de 28 à 20%

Publié le 21/10/2014 • Par Julie Carnis • dans : Régions

La municipalité limougeaude s’est opposée au plan local de l’habitat portée par Limoges-Métropole, la communauté de communes restée à gauche, arguant que “le logement social ne joue plus son rôle” dans la configuration locale.

Le 30 septembre, le conseil municipal de Limoges a voté une délibération qui remet en cause le plan local de l’habitat (PLH) porté par Limoges-Métropole, restée à gauche après les municipales. La nouvelle majorité UMP a annoncé sa volonté d’abaisser son parc HLM de 28 à 20%.

Le PLH 2012-2018 de la communauté de communes Limoges-Métropole préconisait de réaliser à Limoges 800 logements neufs par an, dont 20 % d’habitat social, soit 160 logements.  Or, la nouvelle majorité est formelle, depuis 2012, la ville a gagné en moyenne 300 logements neufs par an, dont un tiers de logement sociaux. « En résonnant en flux, on peut considérer que la ville construit 33% de logements sociaux par an, alors que le parc atteint déjà 28% ! argumente Patrick Bouchardon, directeur général des services. Pour cette raison, le conseil municipal sollicite la révision du PLH  « le plus rapidement possible. »

65 % des HLM – Pour le maire, Emile-Roger Lombertie, « il n’est pas normal que notre ville soit la seule du département à se plier aux exigences de la loi SRU. » En effet, la capitale régionale est la seule commune du département à atteindre et dépasser les 20%. Quand les plus ambitieuses telles Feytiat ou Panazol flirtent avec les 18%. Sur un volume d’un peu plus de 20000 logements sociaux répartis sur les 19 communes de l’agglomération, Limoges, dont la population représente presque 65% du total, apporte 65 % des HLM.

Le maire qui revendique la dimension politique de sa décision estime que cela pose un double problème de « concentration des populations en difficulté dans des secteurs bien précis » et « de sur-offre locative qui vient entraver le marché privé puisque 10% du parc HLM est vide. »

« Nous ne sommes pas contre le logement social, mais contre ce type de logements qui sont inadaptés. Aujourd’hui à Limoges le marché est tellement détendu que les loyers du privé et du social sont identiques ! Moralité, le logement social ne joue plus son rôle » développe Patrick Bouchardon.

« 4500 personnes sur liste d’attente » – Argument que Limoges-Habitat, opérateur principal vient tempérer. « Oui, nous avons sur nos 13000 logements, environ 10% de vides. Mais l’essentiel l’est car ils vont faire l’objet de rénovations. » Selon cette conseillère souhaitant garder l’anonymat, « la demande est réelle, nous avons actuellement à Limoges 4500 personnes sur liste d’attente. » Ce qui corrobore l’approche de Limoges Métropole qui estime que « près de 70 % des ménages de l’agglomération sont éligibles à un logement social. »

Il n’empêche, selon le premier magistrat de la ville, « depuis trois ans l’intégration sociale ne marche plus. Nous sommes confrontés à des poudrières, les Limougeauds qui peuvent partir boudent désormais ces quartiers aggravant l’absence de mixité, et les Limougeauds qui n’ont pas le choix restent, mais avec un sentiment d’abandon. » Pour « reconstruire le bien-vivre ensemble » le maire entend mener plusieurs actions telles que « vendre ou détruire une partie du parc et investir prioritairement sur des petits ensembles et maisons individuelles. »

« Pourtant, il ne faut pas oublier que le logement est une compétence d’État, et qu’en la matière, aucune décision ne peut être prise sans l’accord du préfet » rappelle Benoît Prévost-Révol, chef du service urbanisme et logement à la DDT.

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

A Limoges, le nouveau maire UMP veut abaisser le parc HLM de 28 à 20%

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X