Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • A la une
  • Les suppressions de postes et les réformes de l’Etat mobilisent toutes les fonctions publiques, le 21 janvier

Mouvement social

Les suppressions de postes et les réformes de l’Etat mobilisent toutes les fonctions publiques, le 21 janvier

Publié le 20/01/2010 • Par avec l'AFP Romain Mazon • dans : A la une, France

Manifestation education nationale
PHOVOIR
La journée d'actions et de grèves des fonctionnaires contre les suppressions de postes et les réformes de l'Etat en cours, provoquera jeudi 21 janvier des perturbations dans l'enseignement, les hôpitaux, à l'équipement ou dans les services des collectivités locales, selon les syndicats.

Environ cinq millions de fonctionnaires sont appelés à une grève nationale par la CGT, Solidaires et la FSU, la CFDT et l’Unsa ne se joignant à eux que dans l’enseignement et l’Equipement.
Environ 120 manifestations sont organisées, le plus souvent le matin en province, dont trois grandes à Paris, Lille et Toulouse, a déclaré Jean-Marc Canon, secrétaire général des fonctionnaires CGT.
Le pouvoir d’achat des fonctionnaires a perdu 8% en dix ans et sur l’emploi, le gouvernement refuse de négocier, a dit M. Canon.

Fonction publique territoriale et RGPP
La fonction publique territoriale sera mobilisée contre les projets visant à limiter les recrutements des communes à des personnes sans statut de fonctionnaire, vulnérables aux pressions des élus, a souligné la CGT.
Les réformes en cours, qui verront les DDE, DDASS et autres services départementaux de l’Etat regroupés partout en deux ou trois grandes directions inquiètent tout particulièrement à l’Equipement et à la Répression des fraudes. A Pôle Emploi, les agents franciliens sont appelés à la grève.

Education Nationale et SMA
Les appels à la grève seront nombreux dans l’éducation, avec même un préavis national de la CFDT pour le privé. Dans le primaire public, près de 20% des enseignants (selon le ministère) et 33% (selon la FSU) entendent faire grève.

Dans un communiqué, le syndicat prévoit des grèves fortes dans les Alpes-Maritimes (62 %), en Lozère et Pyrénées-Atlantiques (60 % dans ces deux départements), dans la Creuse, la Meurthe-et-Moselle, le Tarn, la Loire-Atlantique, la Nièvre ou les Yvelines (50 % dans chacun de ces départements).
Les estimations émanant des 54 départements représentent 58 % de la profession, précise le SNUipp.

Le ministre de l’Education Luc Chatel a affirmé que moins de 20 % des enseignants des écoles devraient être en grève, sur la base des déclarations préalables de grève rendues obligatoires par la loi sur le service minimum d’accueil.
Lors de la précédente journée de grève dans le primaire, le 24 novembre 2009, M. Chatel avait annoncé la veille que 20 % des enseignants des écoles s’étaient déclarés en grève. Le ministère avait établi le jour même un taux de 13,39 % de grévistes. Le SNUipp-FSU en avait alors prévu 31 %.

Fonction publique hospitalière
De son côté, la fonction publique hospitalière va s’exprimer alors que les pétitions contre les suppressions de postes se multiplient, que des hôpitaux, ont connu de longues grèves et qu’une manifestation est prévue le 26 janvier contre la création d’un ordre infirmier, selon M. Canon.

Réduction des effectifs : « on ne peut pas faire autrement » selon Eric Woerth

Le ministre de la Fonction publique Eric Woerth a reconnu devant l’Assemblée nationale le 20 janvier que 100.000 emplois de fonctionnaires ont disparu depuis 2007, mais cité des administrations d’autres pays fonctionnant avec moins de fonctionnaires, avec une bonne qualité de service public.
Le ministre de la Fonction publique Eric Woerth a affirmé le 19 janvier ne pas pouvoir faire autrement que de réduire les effectifs de la Fonction publique, qui ont diminué de 100.000 depuis 2007, ajoutant qu’il fallait conserver notre service public et réformer notre service public. Il doit être à la fois moins coûteux et plus performant.
Il y a trois organisations syndicales sur huit qui appellent à la grève. Elles estiment qu’il y a des problèmes d’emplois dans la Fonction publique, nous on estime qu’il faut diminuer les effectifs de la Fonction publique, avait expliqué le ministre sur France 2 le 19 janvier.
Selon lui, on négocie sans arrêt avec les organisations syndicales. On négocie et plus que ça, on transforme la Fonction publique, a insisté M. Woerth, précisant que les organisations syndicales ne sont pas toujours d’accord, mais le dialogue social est extrêmement important et dense.

Des propos contestés par l’Union syndicale solidaires, le 19 janvier. Il n’y a jamais de négociation sur les suppressions d’emplois et sur les réformes qui mettent en danger les missions et l’exercice de ces missions de services publics, a déclaré le syndicat dans un communiqué.
Le ministre prétend négocier et dialoguer, mais les annonces sur le nombre de suppressions d’emplois sont connues au moment de la sortie du projet de loi de finances et nul retour en arrière n’est envisagé, a-t-il affirmé.
Les dossiers de réformes sont présentés, certes à l’occasion de multiples réunions en tout genre, mais tout est déjà cadré et un retour en arrière présenté comme quasi-impossible, est-il ajouté dans le texte.

Cet article est en relation avec le dossier

4 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les suppressions de postes et les réformes de l’Etat mobilisent toutes les fonctions publiques, le 21 janvier

Votre e-mail ne sera pas publié

fonctionnaire

20/01/2010 10h46

Des grèves stupides car l’INSEE vient de nous annoncer que les espérances de vie avaient augmenté.
Désormais comme Mme Aubry l’a annoncé l’âge légal de la retraite sera de 61 ou 62 ans et sans doute plus pour nous les jeunes.
Alors PAS de grêve aujourd’hui car il faut être adulte.
Les syndicalistes ont peur de se mettre au travail, il est pour eux vital d’organiser des grèves dans le bon pays de France.
Les syndicats coutent chers aux Français car les jours de grève perturbent l’économie qui est en ce temps de crise très fragile et surtout très dépendante des autres pays.

Marc

20/01/2010 10h57

Le projet actuel, s’il vise à faire (légitimement) des économies est de fait une hérésie. On saigne la fonction d’Etat en ne remplaçant plus deux fonctionnaires sur trois à l’occasion de leur départ à la retraite, et on laisse en parallèle les collectivités recruter toujours plus. Le poids financier pour l’Etat reste fort, les compétences entre les niveaux (Ministériel, régional, départemental, intercommunal, local) ne font pas assez l’objet d’une clarification suffisante (décentralisation inachevée) . Les missions ministérielles ne faiblissent pas et ne sont pas décentralisées, et les moyens humains et financiers s’amenuisent année après année : exemple certains services sont plus affectés que d’autres par les départs à la retraite .La pyramide des âges étant différent d’un service à l’autre et d’une région à l’autre, certains service devront bientôt fermer quand d’autres pourront encore fonctionner sans gain de productivité. Une réforme dictée par la seule considération financière sans souci des missions de l’Etat (que fait on, que décentralise t’on, que privatise t’on) : c’est une mauvaise réforme que Philippe Séguin n’avait pas manqué de critiquer à ce sujet. En outre cette désorganisation aura un coût en matière de santé au travail car la dégradation des conditions est déjà effective. Les exemples actuels pour ne citer que les anciens services publics (Pôle Emploi et France Télécom) laissent à penser que c’est toute la collectivité qui devra payer pendant longtemps l’incurie des décisions prises sous la seule considération financière…Mais c’est toujours l’effet d’affichage qui l’emporte et cela est semble-t-il plus rémunérateur électoralement….jusqu’ à quand ?

cadre c

21/01/2010 02h13

Peut-être faudrait-il arreter d’embaucher des cadres de catégorie A, cadres dont le salaire coûte trés cher aux différents organismes,
cadres qui généralement bénéficient d’avantages (appartements de fonction,véhicules de fonction etc…), faire un peu plus confiance aux « petits » ouvriers sur le terrain. Si il est impossible d’augmenter les petits salaires, peut-être pourrions nous baisser les gros ???
Un peu plus d’égalité et de justice pourrait remettre le pays dans le sens de la marche .

dominique

22/01/2010 09h39

en tout cas, pas assez de monde pour faire changer d’avis notre président. deux millions de français dans la rue ne l’avaient pas ému, alors là….
les frustrés réagiront peut être par le bulletin de vote

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X