Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Editorial] Baromètre Bien-être au travail 2014

Mal-être au travail, le spectre de la contagion

Publié le 20/10/2014 • Par Emmanuelle Quémard • dans : Dossiers Emploi, France

Pour la troisième année, le baromètre « Bien-être au travail » réalisé par « La Gazette » et le cabinet conseil CaTTalyse et avec le soutien d’Intériale mutuelle, vient donner une image inédite de l’état d’esprit des fonctionnaires territoriaux dans l’exercice de leurs missions de service public. Pour ce baromètre 2014, 6400 agents des collectivités territoriales ont répondu, exprimant un regain de satisfaction globale, vite annulé par des inquiétudes croissantes.

Sept territoriaux sur dix se disent heureux au travail… « C’est une bonne nouvelle ! » se rassure Marylise Lebranchu, ministre de la Fonction publique, à la lecture du troisième baromètre national 2014 « La Gazette – CaTTalyse ». A l’heure où s’abat sur les fonctionnaires une pluie de critiques, cet attachement viscéral au service public et à la satisfaction des usagers est revigorant…

Lire : Baromètre Bien-être au travail 2014 : Heureux malgré tout de travailler dans la FPT

Variable d’ajustement pour les uns, charge improductive pour les autres, les territoriaux tentent de garder le cap sur leur horizon professionnel. Un horizon pourtant bouché par quatre ans de gel du point d’indice, la pression constante sur les effectifs et les réorganisations induites par la réforme territoriale.

Lire : Baromètre Bien-être au travail 2014 : des réformes collectivement rejetées

Des lézardes se dessinent déjà dans la maison FPT si l’on en croit notre baromètre puisque 70 % des 6 400 répondants ne croient plus en l’avenir du statut de la fonction publique territoriale. Un pourcentage en chute libre (- 11 points) par rapport à 2013.

Lire : Baromètre Bien-être au travail 2014 : La confiance en l’avenir pulvérisée

Lacunes managériales – Marylise Lebranchu, qui a entamé avec les syndicats une négociation sur les parcours professionnels, les carrières et les rémunérations ainsi que sur la qualité de vie au travail, peine à apporter aux fonctionnaires des réponses tangibles. Même si un effort financier a déjà été consenti en faveur des agents de la catégorie C, composant le gros des bataillons.

En outre, le ressort de la reconnaissance par la hiérarchie semble, plus que jamais, distendu. Près de 60 % des agents interrogés, quelle que soit leur catégorie, s’estiment, en effet, insatisfaits. Un chiffre qui inquiète la ministre de la Fonction publique. Face aux lacunes managériales pointées du doigt au travers des réponses apportées, cette dernière se déclare d’ailleurs favorable à davantage de formation.

Fierté – Alors que les employeurs publics subissent de plein fouet les restrictions budgétaires, le moral des troupes chavire. Entraînant une hausse préoccupante de l’absentéisme et une montée en puissance des risques psychosociaux… Selon ce même baromètre, huit territoriaux sur dix se sentent « nerveusement fatigués » et sept sur dix « physiquement fatigués ». Une tendance renforcée par rapport à 2013.

Lire : Baromètre Bien-être au travail 2014 : une grande fatigue au signe avant-coureur

Face à ces résultats d’où émergent aussi de nombreux paradoxes, l’heure n’est-elle pas venue de définir enfin – ce qui était le postulat de base de la ministre -les véritables missions du service public local, nourries aussi des attentes des citoyens ? Une vision ambitieuse et réaliste qui redonnerait aux territoriaux une raison d’espérer en l’avenir. Et raviverait la fierté d’être fonctionnaire.

Lire : Baromètre Bien-être au travail 2014 : les collectivités ou il fait bon travailler… et les autres !

 

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Mal-être au travail, le spectre de la contagion

Votre e-mail ne sera pas publié

TansonHenri

22/10/2014 01h34

Mon petit sondage personnel sur la Fonction publique territoriale.

Le constat: un malaise aux causes multiples.

La FPT, territoire de toutes les injustices. La Déclaration des droits de l’Homme bafouée en permanent: à travail égal, salaire égal…. L’employeur étant tenu d’offrir à chaque agent la même chance de progresser dans sa carrière. Zone de non-droit où les agents sont en permanence traités comme des pions et non pas comme des êtres humains. Les élections qui voient arriver de nouveaux élus souvent sans connaissance de fonctionnement d’une entreprise, qui désorganisent des structures opérationnelles pour des raisons idéologiques. (« Toute structure a une durée de vie »: alors, on change tout)… Des élus au personnel sans compétences qui ne jouent pas leur rôle.
La préférence à l’embauche, par les élus, au copinage plutôt qu’en rapport avec les qualifications des candidats.
La très mauvaise qualité du management… À cause de l’avancement à l’ancienneté, on retrouve à des postes de management, des agents complètement dépassés par les questions de gestion de personnel. On se retrouve avec des Directeurs qui sont censés connaître le potentiel de leurs agents et qui ne les défendent pas et acceptent que des opérations soient traitées en dehors des structures territoriales, par le privé alors que les compétences en interne sont là. Ces mêmes directeurs qui ne cherchent pas l’intérêt public mais l’intérêt des élus, et le leur par la même occasion…
La possibilité d’employer des agents à des postes qui ne correspondent pas à leurs qualifications.
La déficience du rôle des DRH. Aucun suivi des carrières. Aucune volonté de s’intéresser aux conditions de travail des agents en vue de dépister les risques d’épuisement psychologique… Et autres. 
La non-reconnaissance des compétences des agents.
La déficience totale et l’asservissement des Médecins du travail aux décisions des élus en cas de malaises au travail des agents.
La défaillance des structures syndicales qui défendent trop souvent les décisions des employeurs plutôt que l’intérêt des agents.
Le manque de compréhension de l’encadrement et des élus qui ne connaissent rien de ce que vivent les agents dans leur quotidien.
La critique permanente de l’opinion publique et des médias qui a très souvent une mauvaise opinion des fonctionnaires territoriaux.
Le manque de perspectives d’avenir avec un salaire bloqué, avec de plus en plus d’embauches en contrat CDD.
La rémunération en chute libre.
L’Union Européenne et son désintérêt pour le modèle social français pour qui les Services publics sont essentiels. Avec le risque qu’une grande quantité de secteurs de la Fonction publique basculent dans le Privé pour des raisons de libre concurrence imposée par les traités européens.

Voilà quelques résultats de mon dernier sondage d’opinion effectué ces dernières années sur le terrain et constaté de visu. 
Ce sondage là vaut le vôtre effectué sur internet par des volontaires…! 
Je m’arrête là, j’aurais peur d’en écrire encore…

moi74

22/10/2014 05h51

je suis tout à fait d’accord avec vous TansonHenri !!! je viens de vivre un conflit avec l’élue adjoint à mon service. j’en suis la responsable cat B+. elle est fraichement élue se sent pousser des ailes et une autorité autoritaire envers moi! oh là!!! on se calme.
je ne suis pas sa chose et je ne suis si peu payée pour assouvir tous ses désirs le doigt sur la couture!! il y a des règles dans une FPT!! le CGCT devrait être donné à tous les élus avec obligation de le lire!! le pire c’est que l’ on aime son travail et le public pour le quel on travaille, supporter ces réflexions, ces brimades, …mais jusqu’à quand?

TansonHenri

22/10/2014 10h08

Je réalise, en vous lisant, que j’ai essentiellement parlé de tout ce qui explique, de mon point de vue, le malaise. J’ai mis de côté tout ce qui est positif.
Le fait que les agents aiment leur boulot, en général, ainsi que de pouvoir être au service du public, rendent encore plus pénibles à supporter toutes les causes de ce malaise dont vous nous donnez un exemple.
Et encore, je n’ai pas évoqué les problèmes liés à la corruption ou le simple non-respect de réglementations en vigueur; parfois le Maire ou son premier adjoint se sentent au-dessus des lois… « Je m’en arrange de la réglementation » quand il faudrait respecter le Code des Marchés publics… J’ai connu cela aussi dans mon « sondage personnel ».

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X