Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Sécurité civile

« Des sapeurs-pompiers volontaires encadreront les centres de secours » s’inquiète Sébastien Delavoux (CGT)

Publié le 21/10/2014 • Par Martine Doriac • dans : Actu prévention sécurité, France

sebastien delavoux
Caroline Delavoux
Dans un entretien au Club Prévention-Sécurité, l’animateur du collectif CGT des agents des Services départementaux d’incendie et de secours (Sdis), Sébastien Delavoux, fait le point sur la réforme de la filière, l’évolution statutaire ou encore la réforme territoriale.

Les sapeurs-pompiers CGT étaient absents du congrès de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) qui s’est déroulé début octobre à Avignon. Pourquoi ?

Des sapeurs-pompiers adhérents de la CGT étaient présents. Mais nous n’avions pas de stand.

Nous avons un litige avec la Fédération des sapeurs pompiers. Nous lui reconnaissons son rôle social mais pas son rôle politique. Elle prétend représenter tous les sapeurs-pompiers. Or, pour nous, elle n’est pas représentative et joue sur une ambiguïté. Elle affirme officiellement représenter les sapeurs-pompiers volontaires tout en disant qu’elle représente l’ensemble des sapeurs-pompiers urbains et ruraux. C’est une difficulté car nombre d’intérêts divergent.

Quel bilan tirez-vous de la réforme de la filière ?

Nous avons dénoncé le protocole de 2012 car il était signé par la FNSPF. C’est la première fois qu’une association signait pour l’ensemble des sapeurs-pompiers professionnels.

Sur le fond de la réforme, notre opinion n’a pas changé. Quatre ans de négociation se sont conclus par un avis défavorable du Conseil supérieur de la fonction publique territoriale. C’est la filière la plus contestée. Avant même la publication des décrets, Yves Rome, le président de la Conférence nationale des services d’incendie et de secours, proposait une clause de revoyure.

Certains départements ont transposé la réforme. D’autres se demandent comment faire avec les mesures transitoires.

Quelles difficultés soulève cette évolution statutaire ?

Certains postes étaient assurés par des agents de maitrise principaux qui étaient adjudants, au dernier grade de la catégorie C. Ces postes doivent maintenant être occupés par des officiers de catégorie B. D’ici au 1er janvier 2020, il faudrait donc transformer certains postes d’adjudant en postes de lieutenant. Or les Sdis ne savent pas comment les trouver.

Des agents de catégorie C qui pouvaient espérer rapidement être sergents, c’est-à-dire sous-officiers, voient aujourd’hui ces possibilités s’éloigner. Maintenant il faut être adjudant pour être chef d’agrès. Et là où il fallait 3 à 4 personnes pour faire partir une ambulance, il en faut 6 à 8. Des agents qui exerçaient par exemple des fonctions de chef d’agrès incendie ne pourront plus avoir ces responsabilités s’ils ne sont pas adjudants.

La filière ne permet pas à tous de progresser. Or demain, des sapeurs-pompiers volontaires encadreront en partie les centres de secours. Selon leur ancienneté, ils pourront encadrer les sapeurs-pompiers professionnels. Leur durée d’engagement diminue. On a donc favorisé leur déroulement de carrière pour qu’à terme les fourgons incendie puissent partir à 6 personnes.

Un sapeur-pompier volontaire avec moins d’ancienneté qu’un professionnel a ainsi plus facilement accès aux grades d’encadrement alors que les professionnels sont, eux, soumis à des quotas. Connaissez-vous d’autres métiers ou des personnes à temps partiel ont plus de facilités que celles à temps plein ? Les syndicats et la fédération qui ont signé la réforme ne l’ont pas mis en avant.

Sur le secours à personne, que pensez-vous du récent rapport d’Evaluation de l’application du référentiel d’organisation du secours à personne et de l’aide médicale urgente publié en juin par l’Inspection générale des affaires sociales ?

Le rapport énonce un certain nombre d’effets sans s’attaquer aux causes. Il ne parle pas du manque de médecins de ville pour voir certaines personnes que l’on est obligé de transporter aux urgences. Des missions qui relèvent d’urgences relatives devraient trouver des réponses avec la médecine de ville. Quand des lits ou des structures de proximité sont fermées, le transport est par ailleurs rallongé. Il faut trouver des débouchés souvent plus loin.

Il arrive aussi que faute de personnel dans l’hôpital de proximité, on ne puisse pas utiliser un équipement sur place, ce qui nous oblige à transporter la personne ailleurs. Or nous ne sommes jamais consultés sur la fermeture de lits de proximité. Et nous nous retrouvons avec des missions, par exemple pour les personnes en état d’ivresse sur la voie publique, qui devraient être traitées par d’autres services.

Quelle est votre position sur la réforme territoriale ?

La vraie difficulté c’est le maillage territorial. La pénurie de services publics est réelle. Comment accepter qu’un service ne soit rendu que par intermittence ? Ou que le risque soit plus grand quand on va à la campagne ? Le nombre d’interventions augmente de 1 % par an et le nombre de sapeurs pompiers volontaires diminue lui de 1 000 par an.

Avec le vieillissement de la population, les nombreux relevages de personnes âgées que l’on assure et qui leur permettent de rester plus longtemps chez elles, il faut davantage de sapeurs pompiers professionnels. Une luxation d’épaule prise en charge dans l’heure n’aura aucun impact sur le budget de la sécurité sociale. Si elle ne l’est pas, un an de traitements suivront.

2 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Des sapeurs-pompiers volontaires encadreront les centres de secours » s’inquiète Sébastien Delavoux (CGT)

Votre e-mail ne sera pas publié

Prédiction

22/10/2014 06h02

Depuis fort longtemps on a compris que le système allait changer . En effet qu’une association ou Fédération (SEULE !!) puisse dicter les règles au Ministère de l’intérieur et que l’on rejette les avis des syndicats qui à mon avis sont les seuls à pouvoir représenter les SPP puisqu’ils sont issus des urnes, cela jette le trouble sur la légalité des décisions.
Que les volontaires soient payés c’est bien ! sans charges et sans impôts est scandaleux puisque le gouvernement les traite comme des travailleurs mais des travailleurs au noir ! le travail dont le gouvernement veut faire la chasse alors qu’il est aujourd’hui le plus grand employeur.
Pour moi et devant la cour de Bruxelles l’Etat français est hors jeu et il le sait mais ne veut rien savoir car ça l’arrange. Il ne discute qu’avec la Fédération des Sapeurs Pompiers qui ne dépend pas d’élection ! Il fait en sorte de favoriser le volontariat ! On ne parle pas de Bénévolat mais de volontariat. Et en remerciement pour services rendus les responsables de la Fédération (tous colonels d’ailleurs!) sont nommés préfet de sécurité ou de région. J’ai honte de cette façon dont le gouvernement a organisé les choses alors que sur le terrain se sont les syndicats qui en prennent plein la tête alors que le ministre de l’intérieur ne les reçoit que pour la paix sociale mais ne tient pas compte de leur avis.Mais il faut être stupide pour maintenir cet état de fait, car bientôt les pompiers ne seront plus professionnels et lorsque les dérapages et accidents arriveront on étouffera les affaires mais peut-être qu’il y aura des morts et on se retournera contre qui : La Fédération ? (qui dirige) le ministre de l’intérieur? (qui dicte la mise en application) les Sapeurs Volontaires? (pas suffisamment formés) le préfet ? (responsable de la sécurité à l’échelon régional)ou le directeur départemental ? (qui réalise les recrutements) ou contre tout le monde à la fois ?

Curieux

22/10/2014 09h20

Le titre de votre article n’est pas très en phase avec le texte.
Que la CGT soit rassurée, la situation où des Chefs de centre SPV dirigent des SPP existe déjà dans de nombreux départements et de centres de secours.
« L’apartheid » auquel se livre bon nombre de sapeurs-pompiers professionnels est lamentable. Rappelez-vous seulement qu’il y a en France en moyenne 8 sapeurs-pompiers volontaires (dans mon Dpt 9) pour 1 sapeur-pompier professionnel.
je laisse la CGT vérifier!

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X