Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Emploi

L’Ecotaxe, une longue série de désillusions pour l’agglomération messine

Publié le 20/10/2014 • Par Pascale Braun • dans : Régions

A Metz, le gel, puis l’ajournement de l’Ecotaxe a empêché la création de 190 emplois promis dans le cadre de la compensation des restructurations militaires et menace directement les 157 salariés en poste à Ecomouv. La collectivité ne cache pas son désarroi, en dépit de la volonté d’apaisement affichée par la préfecture de Lorraine.

Depuis l’annonce, le 9 octobre 2014, de la suspension de l’Ecotaxe, élus messins et salariés de l’entreprise Ecomouv chargée de la collecter sont passés de l’expectative au désarroi. « Ségolène Royal a balayé d’un revers de la main une taxe votée à l’unanimité, mais aussi les promesses que l’agglomération messine avait obtenu suite aux restructurations de la Défense qui lui ont fait perdre 5 000 militaires. Les élus lorrains envisageaient d’instaurer une taxe régionale pour le transit des poids lourds, mais cette éventualité paraît aujourd’hui compromise par l’annonce du remplacement de l’Ecotaxe par une taxe sur le gasoil. Nous sommes dans un tel flou que nous ne savons plus comment réagir », se désole Jean-Luc Bohl, président de Metz Métropole et mairede Montigny-les-Metz.

Pas de plan social… jusqu’à quand ? – Le 14 octobre 2014, Nacer Meddah, préfet de Lorraine, a tenté de rassurer les salariés d’Ecoumouv dont il a reçu les représentants durant une heure. Ces derniers étaient arrivés porteurs d’une lettre de revendication, ainsi que d’une pétition signée par 90 % des 130 douaniers nommés à Metz pour recouvrir l’Ecotaxe. Le préfet a assuré qu’aucun plan social n’était à l’ordre du jour et que le versement des salaires, dont la direction d’Ecoumouv disait qu’ils n’étaient garantis que pour les deux prochains mois, n’était pas mis en cause. Mais les 157 salariés sont invités à ne plus venir travailler qu’une semaine par mois.

« Après l’annonce brutale et mal préparée de Ségolène Royal, nous  avons perçu une volonté de calmer le jeu et d’essayer de trouver une solution pour sécuriser le site, au moins à moyen terme », témoigne Jacques Stirn, secrétaire général adjoint de la CFDT Lorraine en charge de la culture et de la communication.

Un contrat pour 10 ans – Prise de court par l’annonce de Ségolène Royal, alors même que l’entreprise venait de finaliser les derniers essais techniques validant le fonctionnement des portails de l’Ecotaxe, la direction d’Ecoumouv s’arc-boute sur le caractère juridique du contrat qui la lie à l’Etat français pour une durée de 10 ans renouvelable une fois. « Le caractère protecteur de ce contrat a conduit de nombreux salariés à quitter leur emploi pour intégrer Ecoumouv. Les candidats étaient également séduits par les primes de langues – les salariés parlent 8 langues -, qui constituaient un complément de salaire appréciable, mais qui n’ont pas été mises en œuvre faute de démarrage de l’Ecotaxe », poursuit Jacques Stirn. Une clause d’exclusivité lui interdit pour l’heure de nouer tout autre partenariat. Or, une écotaxe régionale qui permettrait de réguler le trafic international de poids lourds en Alsace et en Lorraine figure parmi les pistes de travail des élus régionaux.

300000 euros engloutis en formation – Sur le plan social, Ecoumouv s’est traduit en Lorraine par une longue série de désillusion depuis son implantation à Metz-Frescaty en 2012. Annoncée dans le cadre des compensations aux restructurations militaires qui ont fait perdre 5 000 habitants à l’agglomération messine en 2008, l’implantation d’Ecoumouv devait créer 350 emplois.  Désireux de prouver sa réactivité, le conseil régional de Lorraine avait engagé 300 000 euros dans un plan de formation conçu en partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie de Moselle et Pôle emploi. Mais 40 CDD embauchés en 2012 n’ont pas été reconduits, 60 stagiaires ont vu leur promesse d’embauche s’envoler et 80 personnes présélectionnées pour intégrer la formation ont subi la même désillusion.

Régions

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

L’Ecotaxe, une longue série de désillusions pour l’agglomération messine

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X