Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Non classé
  • Aix-Marseille métropole : les élus locaux tentent une dernière fronde

Réforme territoriale

Aix-Marseille métropole : les élus locaux tentent une dernière fronde

Publié le 17/10/2014 • Par Caroline Garcia • dans : Régions

Services de l’Etat et élus locaux se réunissent ce vendredi 17 octobre 2014, à Marseille, pour avancer sur les contours du projet métropolitain. Les maires sont toujours décidés à préserver leurs .

Le second conseil paritaire territorial de projet, organe de préfiguration des contours d’Aix-Marseille métropole, se tient vendredi 17 octobre 2014, à Marseille. Cette nouvelle réunion qui rassemble les services de l’Etat et les élus locaux doit notamment permettre à ces derniers de proposer des amendements à l’article 42 de la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (Maptam), qui crée la métropole marseillaise. Cette fenêtre de négociation ouverte par la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marylise Lebranchu, lors de l’installation de ce conseil paritaire conduit nombre d’élus à enterrer la métropole, du moins dans sa version gouvernementale. Confortés dans leur position par les résultats des élections municipales, puis sénatoriales, défavorables aux partisans d’Aix-Marseille métropole, les maires se montrent bien décidés à préserver leurs compétences. Les principaux points d’achoppement demeurent la fiscalité et le droit des sols que le texte prévoit de confier à la métropole.

« Les grosses machines ne fonctionnent pas ! » – « La métropole ne se fera pas ! », martèle à nouveau la maire UMP d’Aix-en-Provence, Maryse Joissains-Masini. « C’est un projet imbécile ! Nous allons proposer des amendements pour revenir à la création d’un pôle métropolitain qui faisait déjà l’unanimité en 2012 ». L’édile avait pourtant légèrement infléchi sa position avant l’été, acceptant « une solidarité avec Marseille ». « Les grosses machines ne fonctionnent pas !, poursuit-elle. On ne veut pas quitter la tranquillité de nos villes et confier 48 compétences à une même entité où les élus marseillais seront pléthoriques ».

Pour le président de Marseille Provence métropole, l’UMP Guy Teissier, initialement favorable à la création de la métropole telle que prévue par le gouvernement, « on avance vers quelque chose de différent de ce que prévoit la loi. Réunir au sein d’un même ensemble 12 000 agents, 240 conseillers, les compétences actuelles des communes ajoutées aux nouvelles, confiées par la loi, revient à construire une usine à gaz ! L’organisation mettrait un à deux ans à se mettre en place et pendant ce temps, les collectivités subiraient une thrombose ! ». Guy Teissier suggère donc de progresser vers la mise en œuvre d’une métropole en 2020 en confiant d’abord les quatre compétences consensuelles (transports, environnement, développement économique et enseignement/recherche) à un nouvel établissement. Les autres s’ajouteraient au fur et à mesure, « sans casse à l’intérieur des communes ». Et de conclure : « Mieux vaut avancer au pas de sénateur que pas du tout ! ». Le président de l’Union des maires des Bouches-du-Rhône, Georges Cristiani, observe de son côté le Grand Paris : « Nous aurons à peu près la même chose pour Marseille », revendique-t-il.

Des ajustements marginaux – Des positions qui ne trouvent pas d’écho auprès des services de l’Etat pour qui la donne n’a pas changé : « La loi sera améliorée, il y aura des avancées, des adaptations aux revendications des collectivités, mais on ne fera pas autre chose que ce qui est prévu », assure le directeur du projet métropolitain, Vincent Fouchier. Les services de la ministre Lebranchu assènent également que les ajustements seront marginaux et qu’il n’est pas question de revenir sur les fondamentaux.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Aix-Marseille métropole : les élus locaux tentent une dernière fronde

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X