Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Décentralisation

Force Ouvrière tire à boulets rouges sur la réforme territoriale

Publié le 15/10/2014 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France, Toute l'actu RH

A la veille des élections professionnelles dans la fonction publique, FO surfe sur la vague d'hostilité que suscitent les métropoles et les super-régions. La confédération met en avant les risques pesant sur l’implantation et le statut des agents.

Au sein du paisible conseil général du Haut-Rhin, on prenait volontiers le tract tendu à la sortie du travail. Mais l’engagement s’arrêtait souvent là. Un temps révolu. Depuis son combat, à l’hiver dernier, contre la fusion avec le Bas-Rhin et la région Alsace, la section Force Ouvrière enregistre une hausse record du nombre de ses adhérents : de l’ordre de 30 %, d’après son secrétaire général Christophe Odermatt. Le signe, selon la Confédération, d’une inquiétude croissante face au danger de changement d’implantation et de perte d’avantages acquis. En balance dans le Bas-Rhin : le treizième mois.

« Balkanisation » – « La décentralisation à la carte risque de créer des zones de non-droit. La balkanisation de la République est proche », prévient le secrétaire général de Force Ouvrière, Jean-Claude Mailly dans un opuscule (« Il faut sauver le service public » aux éditions Librio) publié avant les élections dans la fonction publique programmées le 4 décembre.

Un propos que les représentants de FO Territoriaux ont prolongé, lors d’une conférence de presse, le 15 octobre. Dans leur viseur : les grandes régions et, en particulier, l’ensemble « XXL » qui regroupera les treize départements du Languedoc-Roussillon et de Midi-Pyrénées. « Les personnels de Montpellier continueront-ils à travailler au bord du Lez ou seront-ils transférés au bord de la Garonne ? », s’alarme Hubert Fleury, chef de file de FO territoriaux au conseil général de l’Hérault.

La confédération ne figure pas parmi les adeptes de la dévitalisation des conseils généraux. « Certains départements n’entretiennent, d’ores et déjà, plus les routes qui seront transférées aux régions », note Christophe Odermatt. « Dans l’Hérault, le futur président de la métropole a bon appétit… Il veut faire grossir le tapis pour qu’il ne reste plus que quelques franges départementales », relève Hubert Fleury.

« Sauce lyonnaise » – Pour FO, les personnels des conseils généraux transférés aux métropoles « vont être mangés à la sauce lyonnaise ». Or, selon la Confédération, les choses se passent particulièrement mal au sein de la métropole de Lyon, où s’imposerait un nivellement par le bas. « Et les DGS des communautés urbaines concernés se retrouvent régulièrement pour imposer un copié-collé de ce qui se fait là-bas », indique-t-on à FO. « Mais nos agents ne sont pas sous sédatif, prévient Hubert Fleury On va ferrailler. En fonction de notre pouvoir d’influence, on peut remasteriser ce projet. »

Force Ouvrière entend, avant tout, défendre le service public communal et départemental de proximité. Aussi, le syndicat ne voit pas forcément d’un bon œil la loi de 1999 sur l’intercommunalité. « On se méfie, glisse Hubert Fleury, des pâtissiers de gauche qui, à chaque fois qu’ils veulent diminuer le millefeuille, ajoutent une couche. »

Cet article est en relation avec le dossier

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Force Ouvrière tire à boulets rouges sur la réforme territoriale

Votre e-mail ne sera pas publié

TansonHenri

16/10/2014 08h48

Les syndicats…
Donc, ils existent encore? J’en vois un qui bouge encore! Mais guère…
Qu’attendent-ils pour défiler dans la rue? Les agressions du gouvernement contre les conquêtes sociales ne sont pas encore totales? C’est ça?
Il y a vingt ans, ils étaient un peu plus chatouilleux et jouaient leur rôle de défense, protection, alerte…
C’est fini tout ça: ils ont vendu leur âme? À qui? Gouvernement? Finance?
Pathétique.
En fait, tout ce qui nous arrive n’est possible qu’avec leur complicité…
Et là, on bricole…
Si j’étais candidat au pouvoir, j’aurais dans mon programme la réforme et l’indépendance des syndicats… Avec quelques grands coups de balais contre ces profiteurs complices par intérêt personnel…. C’est dur? À vous de voir.
Je ne parle pas des syndicalistes de la base, pleins d’illusions…

JLG

16/10/2014 09h17

je suis bien d’accord que le nivellement se fait par le bas, il suffit de voir ce qui se fait à la métropole de Lyon.
Les Agents du Grand Lyon perdraient 2 jours de congés (25 au lieu de 27), 3 jours du président et travailleraient plus.
Concernant la prévoyance, le partenaire Harmonie Mutuelle/Mutex a confirmé les termes de l’accord pour une extension aux 4 000 agents issus du Département. Ils pourront donc bénéficier, à l’instar de leurs collègues du Grand Lyon, des avantages d’un contrat collectif de prévoyance très avantageux, notamment par ses conditions d’accès (sans condition d’âge ni de questionnaire de santé la 1ère année) »!!!!
la négociation du contrat avec ce partenaire n’a pas amené plus aux agents que ce qu’ils avaient déjà en étant que 4000.Un doublement des effectifs ne permettrait pas de peser un peu plus dans la négociation. ?Une société qui voit son chiffre d’affaires multiplié par deux sans faire trop d’efforts pour aller les chercher ne peut-elle pas dégager un peu de celui ci pour en faire bénéficier ses adhérents ?

Territorial du 62

17/10/2014 11h32

A la campagne aussi la réforme territoriale aura des conséquences néfastes.
Ce qui est à craindre avec les mutualisations, en plu sde la disparittion (recharchée par le gouvernement) de nombreux emplois, c’est l’éloignement des services publics.
On va vers des écarts de plu sen plus importants entre les terrioires « riches » et les autres. C’est l’égalité des citoyens devant la République qui est en jeu au trevaers du recul des services publics.
Concernant les syndicats, je suis sur qu’ils ne sont pas là pour changer radicalement le cours de nos vies, mais je ne connais pas d’autre outil à la disposition des salariés pour se défendre… c’est aussi l’histoire de notre pays, et elle se construit chaque jour!

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X