Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

[Opinion] Grand Paris

Grand Paris : encore plus d’inégalités sans métropole

Publié le 14/10/2014 • Par Auteur associé • dans : France, Opinions

Valéry Molet

Valéry Molet

DGS du conseil général de la Seine-Saint-Denis

A l’heure où la réforme territoriale s’attache aux modes de gouvernance des grandes aires urbaines, l’agglomération parisienne tarde à avancer dans sa construction métropolitaine. Quantité de collectivités et de syndicats s’y partagent l’exercice des responsabilités (transport, logement…). Quand d’autres collectivités se battent pour obtenir un statut métropolitain, l’agglomération parisienne hésite à s’atteler au chantier de la clarification des rôles de chacun. Métropole mondiale et européenne, est-elle si singulière qu’elle ne mérite pas de disposer des leviers d’action que lui procurerait une gouvernance puissante ?

Echappant en grande partie aux processus de mutualisation, un tiers des communes de la zone dense ne s’est pas engagé dans une intercommunalité. Le retard pris pour construire une structure de gouvernance risque, hélas, de laisser l’agglomération la plus dense, dynamique et riche de France à l’écart de la réforme territoriale.

Ce retard empêche de réfléchir à l’évolution des départements de la petite couronne. C’est pourtant là que la réforme devrait consacrer le plus d’attention car une organisation administrative plus efficace est possible.

Quelle gouvernance ? – Il empêche aussi d’envisager de futurs transferts de compétences, notamment sociales, entre conseils généraux et métropole. Au cœur de cette agglomération inégalitaire, et tout particulièrement en Seine-Saint-Denis, une réflexion sur l’exercice du social mériterait d’être engagée de manière prioritaire. Aussi ne faudrait-il pas que le chantier métropolitain soit différé, car à terme c’est un ultime délai sur l’exercice et l’articulation de nombreuses politiques publiques qui sera subi.

Le département attend aujourd’hui la métropole pour concevoir puis mettre en œuvre sa transformation. Pour cette raison, il doit être davantage associé aux discussions relatives à la gouvernance métropolitaine. Sa connaissance des territoires, son expérience du travail en réseau comme sa spécialisation en matière de politiques de solidarité apporteront une contribution indispensable. Sans métropole, le risque est grand de cristalliser encore pendant plusieurs années les inégalités sociales et territoriales en figeant une répartition inégale des ressources.

Cet article est en relation avec les dossiers

Thèmes abordés

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette
LeMoniteur
EDF expose son nouveau visage au Simi

EDF expose son nouveau visage au Simi

Le Grand Paris compte toujours plus de bureaux

Le Grand Paris compte toujours plus de bureaux

Grand Paris Express : pourquoi les élus votent contre le budget provisoire 2018 de la Société du Grand Paris

Grand Paris Express : pourquoi les élus votent contre le budget provisoire 2018 de la Société du Grand Paris

Commentaires

Grand Paris : encore plus d’inégalités sans métropole

Votre e-mail ne sera pas publié

Georges

15/10/2014 10h09

la ville de paris a un projet ambitieux au niveau de la création de logements, c’est tout à son honneur. néanmoins il lui manque une donnée fondamentale c’est du foncier.
l’hypothèse de surélever les bâtiments existants n’est pas une solution durable. le fait d’avoir dans certains quartiers des immeubles de trois à quatre niveaux donne une « respiration à la ville », et rappelle son histoire. tout uniformisé ne semble pas être une bonne solution urbaine.

la politique du logement ambitieuse de la ville de Paris devra se réaliser sur les territoires de la petite couronne. Valéry Molet, DGS du conseil général de la Seine-Saint-Denis, a contrairement à sa voisine, un foncier encore généreux.

en pensant le territoire en tant que métropole, la grande majorité des investissements se feront dans son département et dans les deux autres qui complètent le territoire de la capitale Française. une péréquation des richesses est indispensable, le véritable moteur est le foncier, ce qui n’est pas le point fort de la ville de Paris. la métropole apportera plus d’égalité aux spécificité des territoires.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X