Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Politique

Les présidents de région sur la ligne « Valls »

Publié le 09/10/2014 • Par Jean-Baptiste Forray • dans : France

Les présidents de région socialistes font leur la priorité accordée à la compétitivité. Leur leader, Alain Rousset juge même l’opposition gauche-droite moins importante que le clivage entre girondins et jacobins.

« Nous ne sommes pas des frondeurs » : tel est le cri cœur des présidents de région PS à l’occasion de leur congrès, ce 9 octobre 2014 à Toulouse. Nombre d’entre eux ont salué l’ardeur réformatrice du Premier ministre, Manuel Valls.

Pour les régions qui, fortes de leurs prérogatives économiques, entretiennent des liens étroits avec les chefs d’entreprise, la priorité accordée à la compétitivité relève de l’évidence. « C’est cela notre job », dit même le patron de l’Association des régions de France, Alain Rousset (PS).

L’emploi public dans le viseur – Le président de l’Aquitaine s’en prend, au passage, aux syndicats de fonctionnaires qui manifestent devant l’enceinte du congrès : « On ne peut plus confondre emploi public et service public ».
Son collègue de Midi-Pyrénées, Martin Malvy déplore, dans la même veine : « Nous sommes les champions en terme de chômage et de dérapage des comptes publics. »

Selon Alain Rousset, François Hollande et Manuel Valls enraient cette mécanique infernale : « Ils font bouger les lignes. » « Pour réformer, il faut déséquilibrer le système. C’est en créant de nouvelles régions que l’on rendra les régions plus puissantes », juge-t-il. A ses yeux, la réforme territoriale reste « la mère des réformes ». Et Alain Rousset de conclure sa première allocution toulousaine, par une étonnante confession : « Je me demande si le clivage Girondin/Jacobin n’est pas plus important que le clivage gauche-droite… »

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les présidents de région sur la ligne « Valls »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X