Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Conjoncture

La baisse des investissements plus forte que prévue

Publié le 07/10/2014 • Par Fabienne Proux • dans : Actu experts finances

Une
La Banque Postale, septembre 2014
En 2014, la contraction de l’épargne brute des collectivités devrait avoisiner les 5 %, restreignant davantage que prévu les dépenses d’investissement, selon les premières estimations de la Banque postale. Les interrogations portent désormais sur l’ampleur de ce phénomène en 2015.

Le millésime 2014 restera marqué dans les collectivités locales comme étant la première année de baisse des dotations de l’Etat à hauteur de 1,5 milliard d’euros. Parmi les faits marquants de cet exercice 2014 « stratégique », le premier est la « pause fiscale à tous les échelons ».
« Pour la 4e année consécutive, nous constatons une très faible utilisation du levier fiscal », observe Thomas Rougier, directeur des études à la Banque postale. Les taux de foncier bâti ont très peu augmenté dans les départements. Quant au bloc communal, même si l’effet de cycle a joué, « le niveau nous semble être extrêmement faible par rapport aux années précédentes et notamment les années d’élections », souligne le banquier.

En ce qui concerne les DMTO, la légère augmentation probable du produit (600 millions d’euros) en fin d’année sera liée essentiellement à l’utilisation par 90 départements de la possibilité d’augmenter les taux de 3,8 % à 4,5 %. « Sans cette hausse de taux, le produit des DMTO aurait ...

Article réservé aux abonnés Club finances
i

Contenu réservé aux abonnés

  • Club finances

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club finances

Cet article n’est pas disponible dans l’offre d’essai du club. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

Votre offre d’essai est arrivée à terme. Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au au Club finances

S'abonner PROFITEZ DE L’OFFRE 30 JOURS GRATUITS Déjà abonné ? connexion
Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La baisse des investissements plus forte que prévue

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X