Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

L'actualité des marchés

Quelles perspectives pour la dette locale

Publié le 13/01/2010 • Par Jacques Paquier Matthieu Collette • dans : A la une, Actualité Club finances, France

L'actualité des marchés - janvier 2010
D.R.
La question de la dette locale va se poser en 2010 alors que l'effet de ciseaux auquel les collectivités sont confrontées reste une réalité, avec une progression des recettes estimée à 3% contre une croissance de 5% pour les dépenses... Dans ce contexte, les charges d'intérêt devraient progresser en 2010. La dette restera un outil de recherche de marges de manoeuvre, devant bénéficier de la période de taux d'intérêt favorables, sans pour autant être surestimé.

2 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Quelles perspectives pour la dette locale

Votre e-mail ne sera pas publié

Cassandre

13/01/2010 10h48

Il serait temps pour les collectivités territoriales de pratiquer le juste prix en répercutant les prix de revient réel en matière de services comme les piscines, les crêches, les repas des cantines … et d’abandonner des politiques trop dispendieuses (éclairage à recentrer sur les hyper-centres ; politique culturelle trop couteuse ; etc.).

danata

14/01/2010 10h21

oui et non
oui pour les activités societales non vitales comme le sport (ou ceux qui ne vont pas au stade paient une partie du prix du billet,non pour les activités vitales comme les creches cantines …car c est une necessité sociale (certains enfants mangent à la cantine leur vrai repas de la journée) ( c est comme le logement social, trés social,pc, etc…)

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X