Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Lecture publique

Réforme territoriale et bibliothèques : « Penser macro, appliquer micro »

Publié le 03/10/2014 • Par Hélène Girard • dans : France

Réunie le 23 septembre 2014 à Bordeaux (Gironde), l’Association des directeurs des bibliothèques municipales et des groupements intercommunaux des villes (ADBGV) a entamé sa réflexion sur la réforme territoriale en cours. Sa présidente, Juliette Lenoir, livre à la Gazette ce qu’il faut retenir de cette journée.

photo Est Républicain (3)

Que retenez-vous de cette journée ?

En premier lieu, elle a confirmé le souhait des directeurs et directrices de bibliothèques des villes et des groupements intercommunaux de débattre de la réforme territoriale. De plus, il faut noter la volonté d’avoir cette approche en lien avec des professions cousines, comme les archivistes ou les conservateurs de musées. C’est pourquoi notamment le président de l’AGCCPF, Eric Blanchegorge, a participé à nos débats.

En second lieu, je constate que les professionnels des bibliothèques abordent la réforme avec sérénité. Je pense que cet état d’esprit s’explique par le fait que depuis une vingtaine d’années, le monde des bibliothèques est habitué à vivre des bouleversements : il fait face à la révolution numérique, à l’émergence de l’ubiquité de l’information etc.
De ce fait, nous avons ont adopté des réflexes d’adaptation et de prospective. Alors, nous nous disons, que, finalement, la réforme territoriale est une bonne opportunité pour gagner en souplesse d’organisation, au moment où, par ailleurs, notre profession vit un bouleversement de son essence. De plus, la révolution numérique nous fait comprendre que si nos missions changent en profondeur, elles n’en restent pas moins fondamentales.

Par quoi la réflexion sur la gouvernance de la lecture publique doit-elle commencer ?

Nous devons d’abord nous demander à quelles politiques publiques nous participons. Ce qui renvoie à la réflexion sur la transversalité de nos missions : nous luttons contre les déterminismes sociaux, nous contribuons à la valorisation du territoire, au travail de mémoire, d’inclusion sociale, de formation professionnelle, etc., sans oublier bien sûr tout ce qui à trait à l’épanouissement culturel et artistique. En deux mots, il s’agit de nous demander à quoi nous servons dans le cadre des politiques publiques. Ensuite, en fonction du contexte territorial, nous pourrons décliner les façons de contribuer à ces politiques.

Quels sont les points d’articulation de cette réflexion dans le nouveau contexte qui s’annonce ?

Nous devons parvenir à une définition générale de nos missions qui prenne en compte à la fois les impératifs de l’égalité territoriale et ceux de l’adaptation aux territoires sur lesquels nous intervenons. Il s’agit de penser « macro » et appliquer « micro ».
Penser « macro » veut dire avoir une vision générale – d’ailleurs je constate que nous avons parlé de schémas régionaux – qui permet d’appliquer une forme de péréquation.
Appliquer « micro » signifie trouver une déclinaison adaptée, territoire par territoire. Ce qui veut dire que nous devons veiller à préserver ce qui marche déjà, en matière de partenariats et d’articulation entre ville et intercommunalités. Travailler partout avec un schéma uniforme peut être tentant pour se rassurer et avoir la satisfaction intellectuelle d’avoir trouvé un système logique. Mais nous devons lutter contre cette tentation, car nous risquerions de fragiliser de belles réussites locales, qui pourraient justement nous inspirer.

Quel doit être le rôle de l’ADBGV dans cette réflexion ?

Elle doit d’abord créer les occasions de dialogue en son sein, et avec les associations des professions cousines. C’est exactement ce que nous avons fait à Bordeaux. Elle doit ensuite nourrir la réflexion. Même si au sein de l’association, les situations professionnelles sont très diverses, elle doit parvenir à faire la synthèse. A ce stade de la réforme territoriale, nous ne cherchons pas encore à la trouver, car la réflexion est en cours.
Par exemple, sur le passage de la lecture publique en intercommunalité, il n’y a pas un point de vue unanime parmi nous. Certes, nous sommes tous convaincus qu’il faut réfléchir sur un bassin plus large que le seul territoire communal. Mais il ne faut surtout pas casser les organisations qui fonctionnement bien localement. En matière de lecture publique, nous allons donc vers une position en faveur d’une intercommunalité optionnelle. C’est d’ailleurs ce qu’a montré la journée que nous avions organisée sur le sujet, en 2013, à Roubaix.

A trop privilégier les réponses au cas par cas, y a-t-il un risque de s’écarter du cadre de référence définissant une bibliothèque ? C’est ce que semblent craindre ceux qui, lors de la journée de Bordeaux, ont rappelé la nécessité de préserver des standards ou des normes.

Pour limiter ce risque, notre association répond qu’il est indispensable de confier les bibliothèques à des professionnels formés.

Cet article est en relation avec le dossier

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Réforme territoriale et bibliothèques : « Penser macro, appliquer micro »

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X