Routes et Mobilité

« Halte au route bashing ! » – Entretien avec Yves Krattinger, président de l’Idrrim

| Mis à jour le 22/04/2015
Par • Club : Club Techni.Cités

© L. Cheviet

Quelques jours avant l’ouverture du 2e congrès de l’Institut des Routes, des Rues et des Infrastructures pour la Mobilité (Idrrim), qui se déroulera à Lyon du 7 au 9 octobre, entretien avec son président Yves Krattinger sur le modèle routier français, mais aussi le financement des transports, les transferts de compétences territoriales, le péage de transit...

cet article fait partie du dossier

La route entame sa mue

L’un des thèmes du congrès de l’Idrrim est l’innovation. Ne doit-on pas revoir nos ambitions en la matière, au vu de la baisse des ressources financières ? Ne faut-il pas concentrer les crédits sur la maintenance ?

Ce sont deux ambitions complémentaires, on doit les prendre en compte toutes les deux. La première préoccupation, c’est de faire en sorte que la route dure, qu’elle soit solide et ne se dégrade pas. Les pays en Europe qui ont fait le mauvais pari de réduire l’entretien des infrastructures routières le payent ou le paieront au prix fort. L’Angleterre est championne d’Europe des nids de poule, l’Allemagne va bientôt la rattraper. Cette dernière a fait des choix d’économies consistant à beaucoup moins entretenir, mais quand on n’entretient pas une route ou un ouvrage d’art à la date à laquelle ils doivent être entretenus, cela coute beaucoup plus cher quand y revient plus tard. La dégradation des infrastructures ne suit pas une courbe régulière, elle s’accélère dès lors qu’on dépasse les limites de d’usure. Certains responsables, qui affichent un certain mépris vis-à-vis des routes, le paieront très cher s’ils sont encore aux affaire dans 10 ou 20 ans . On l’a vu avec le réseau ferroviaire, l’absence d’entretien régulier pendant plusieurs décennies a aujourd’hui des conséquences catastrophiques.

Je ne veux pas être celui qui fait la promotion de la faillite du dispositif routier.  Halte au route-bashing ! 85 % des déplacements des personnes et des marchandises ont lieu sur les routes ! La route a également une utilité ...

Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

Déjà abonné ? Identifiez-vous
+
Mot de passe oublié ?
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, profitez de l’offre découverte 30 jours gratuits !

Offre découverte
Article réservé aux abonnés

Contenu réservé aux abonnés

  • Club Techni.Cités

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous au Club Techni.Cités

ABONNEZ-VOUS
Références

Le 2ème Congrès de l'Idrrim est organisé du 7 au 9 octobre 2014 à Lyon-Eurexpo, sur le thème ""L'usager au cœur des réseaux d'infrastructures durables et innovantes", en même temps que le Salon Interoute & Ville.

Consultez le programme complet en ligne [PDF]

Dossier
Commentaires

1  |  réagir

06/10/2014 01h34 - TansonHenri

Bonjour: « nous n’avons plus de sous »…
Là, c’est pour entretenir nos routes. J’ai déjà entendu ce discours…
Il faut confier au privé ce service, pour faire des économies… C’est une façon de voir les choses, bien utile pour qui veut faire de l’argent sur un secteur qui appartient à l’Etat.
Les autoroutes ont été privatisées et les sociétés, au lieu de rendre le service moins onéreux, s’en mettent plein les poches..
Privatisons les nationales, elles seront meiux entretenues et ça coûtera moins cher aux usagers, bien sûr…
Ce point de vue est répétitif et nous l’entendrons encore et toujours, tant qu’il y aura quelque chose qui échappe encore au secteur marchand.
Nous n’avons plus d’argent pour entretenir nos Monuments historiques: vendons-les au privé!
Nous n’avons plus d’argent pour gérer nos barrages hydroélectriques? Partenariat public privé, puis cession complète… Etc…
Ce n’est pas ce pauvre Hollande « normal 1er » qui décide cela mais bien les traitês européens qui ont décidé et imposé par écrit aux États d’abandonner tout les secteurs publics au privé, à la libre concurrence… On met en avant des économies, vu notre pauvre état financier? Pas du tout… Les économies ne sont pas recherchées; elles ne servent que de prétexte!
C’est toujours le même procédé; j’ai l’impression que ça va finir par se voir, non?

Signaler un abus

Ajouter un commentaire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Ce champ est obligatoire

Conformément à la loi "Informatique et libertés" du 6 janvier 1978, vous pouvez accéder aux informations vous concernant, les rectifier ou vous opposer à leur traitement et à leur transmission éventuelle à des tiers en écrivant à : Groupe Moniteur - Antony Parc 2, 10 place du Général de Gaulle, La Croix de Berny – BP 20156, 92 186 Antony Cedex ou en cliquant ici.

L'actu Technique

Offre découverte 30 jours gratuits !

dernières offres d’emploi

services

Thèmes abordés

Retrouvez tous nos produits sur La plateforme de mise en relation entre professionnels de la commande publique et fournisseurs

menu menu

Club Techni.Cités : l'information pour les techniciens de la FP
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X