Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • « Nous affirmons le bien-fondé de l’articulation entre social et culture »

Culture

« Nous affirmons le bien-fondé de l’articulation entre social et culture »

Publié le 25/09/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : France

Laure Descamps, vice-présidente de Culture & Départements, qui rassemble les responsables des politiques culturelles des départements, nous présente la déclaration co-signée par son association et l'Association nationale des directeurs d'action sociale et de santé (Andass). Ce texte sera présenté en avant-première, ce vendredi 26 septembre 2014, aux journées techniques de l'Andass.

Quel est l’objectif premier de cette déclaration commune ?

Nous souhaitons affirmer le bien-fondé de l’articulation entre social et culture. Depuis le milieu des années 2000, avec une accélération à partir de 2010, les départements développent des actions culturelles en direction des publics fragiles. En février 2013, une étude express de Culture & Départements détaillait cette articulation, les modes d’action choisis, et identifiait les porteurs de ces dynamiques. L’Andass s’est alors rapprochée de nous et nous avons travaillé ensemble pour produire, aujourd’hui, cette contribution commune, « Une culture solidaire, des solidarités culturelles ».

Quels sont les bénéfices de ces actions culturelles pour le public concerné ?

Elles remobilisent, permettent l’acquisition de codes culturels nécessaires pour avancer et constituent un levier pour retrouver l’estime de soi, facteur clé de l’insertion sociale et professionnelle. Ces actions, qui raccourcissent la distance entre l’artiste et le public, permettent de vivre la culture, pas seulement d’en être spectateur. ça peut-être, par exemple, la participation à l’écriture d’une pièce de théâtre. De même, le bénéficiaire noue une nouvelle relation avec le professionnel. Il n’y a plus d’un côté, celui qui sait, et, de l’autre, celui qui ne sait pas, mais deux personnes qui partagent une expérience.

Et quels bénéfices pour les professionnels ?

Les travailleurs sociaux, qui se plaignent d’être écrasés par le poids de la gestion administrative des dispositifs, renouent avec leurs fondamentaux : l’accompagnement des publics fragiles. Ils disposent d’un nouvel outil pour faire avancer des situations bloquées.

Cette démarche est-elle reprise à l’échelon national ?

Différents dispositifs y font référence, comme Culture et Santé, politique conjointe des ARS et des Drac, qui vise à l’émergence d’une politique culturelle au sein des établissements de santé. Le développement de l’éducation artistique et culturelle, voulu par le ministère de la Culture, va également dans ce sens. Par contre, si le plan de lutte contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale mentionne cette piste de travail, elle n’est pas assez fortement affichée comme une priorité.

Votre déclaration commune n’est-elle pas, aussi, une façon de défendre les départements ?

Avant tout, nos deux associations professionnelles souhaitent attirer l’attention sur la nécessité de refonder les modèles d’interventions culturelles et sociales sur la base d’une réorganisation territoriale favorisant la proximité et l’engagement individuel. D’ailleurs, nous allons présenter ces expériences et leurs bénéfices lors des journées d’études 2014 de l’Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt, consacrées au rôle social des bibliothèques (1), des prochaines rencontres des Directions des affaires culturelles (2), et espérons, aussi, pouvoir les valoriser à l’occasion des futurs états généraux du travail social. Nous souhaitons que le savoir-faire accumulé à travers ces expériences, émanant des territoires, ne se perde pas, ce, quel que soit l’opérateur.

 

Références

"Une culture solidaire, des solidarités culturelles", texte cosigné par Culture & Départements et l'Andass et présenté le 26 septembre 2014

Cet article est en relation avec le dossier

Notes

Note 01 les 29, 30 septembre et 1er octobre 2014 à Montbrison (Loire Retour au texte

Note 02 les 9 et 10 octobre 2014 à Saint-Denis (Seine-saint-Denis) Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« Nous affirmons le bien-fondé de l’articulation entre social et culture »

Votre e-mail ne sera pas publié

yannick25

25/09/2014 08h28

La culture doit être initiée à l’échelle communale ou intercommunal et dans une vision prospective au niveau régional. Surtout pas au niveau départemental.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X