Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Contrôle sanitaire

Cinq laboratoires publics s’associent dans l’Ouest

Publié le 07/01/2010 • Par Jacques Le-Brigand • dans : Régions

Quatre départements et la communauté urbaine de Brest mutualiseront des services face à une concurrence de plus en plus importante du secteur privé.

Cinq laboratoires publics de l’Ouest ont décidé de se rapprocher au sein d’une association baptisée Laboratoires publics de l’Ouest associés (LPOA). Elle regroupe  :

  • les établissements départementaux de Loire-Atlantique (Idac), 
  • d’Ille-et-Vilaine (Isae), 
  • des Côtes d’Armor (LDA 22), 
  • du Finistère 
  • et celui de la communauté urbaine de Brest (Idhesa). 

L’ensemble au sein duquel domine l’Idac (200 personnes) compte près de 600 salariés pour un chiffre d’affaires cumulé de 30 millions d’euros. Leur objectif est de pouvoir faire face «à une concurrence de plus en plus importante», y compris sur les analyses officielles qui auparavant leur étaient réservées.

La loi Lema du 30 décembre 2006 qui avait ouvert la possibilité aux acteurs privés d’assurer le contrôle sanitaire des eaux potables et des eaux de baignade a déjà conduit plusieurs structures départementales à stopper leur activité hydrologie. En 2010, les analyses sur l’alimentation humaine et animale seront également susceptibles de leur échapper. L’association vise à trouver des économies d’échelles sur la fonction commerciale, de coordonner la recherche et développement ainsi que les investissements, et la mutualisation de certaines fonctions support. Les laboratoires de Vendée et du Maine-et-Loire n’ont pas souhaité rejoindre l’association alors que celui du Morbihan en étudie l’éventualité.

1 Réagir à cet article

Sur le même sujet

  • Le dossier de presse du conseil général de Loire-Atlantique sur les Laboratoires publics de l'Ouest associés

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Cinq laboratoires publics s’associent dans l’Ouest

Votre e-mail ne sera pas publié

gege

09/02/2010 10h33

concurence ou pas, le service public n’est pas fait pour réaliser des analyses relevant de la sphère privée. Lorsque l’on voit tous les impôts que doit payer le privé, et d’un autre côté le public qui s’équipe de matériels les plus performants et qui sont inutilisés. Le scandale ne s’arrête pas là, je pourrais vous en raconter jusqu’à point d’heure. Vive le service public et surtout pourvu que le contribuable puisse payer longtemps. Ma rage ne passe pas

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X