Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club prévention sécurité

Aide sociale à l'enfance

Les professionnels de l’enfance en danger réagissent à un documentaire à charge

Publié le 22/09/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : Actu prévention sécurité, France

Documentaire diffusé le mardi 16 septembre par France 5
Documentaire diffusé le mardi 16 septembre par France 5 France 5
« Enfants en souffrance... La honte ! » ! Tel était l'intitulé de la soirée proposée par France 5, mardi 16 septembre,, autour d'un documentaire et d'un débat. Le documentaire, en particulier, porte de lourdes accusations à l'encontre de l'Aide sociale à l'enfance : placements abusifs, absence de contrôle des dépenses des établissements, communication défaillante entre les conseils généraux et le tissu associatif… A la suite de sa diffusion, les professionnels tiennent à faire connaître leur réalité, loin de tout sensationnalisme.

Dès le lendemain de la diffusion du programme, mercredi 17 septembre, la fédération des associations de protection de l’enfant, la Cnape, a tenu à faire savoir son indignation, estimant les professionnels « salis, sonnés par ce déluge de critiques et d’amalgames pour ne pas dire de calomnies auxquelles aucune contradiction n’est jamais apportée ».

Il est vrai que la charge est rude : avant même la fin de la première minute du documentaire, le téléspectateur est attiré par l’expression « détournement de fonds ». L’heure qui suit est du même acabit, enchaînant les cas de dérives financières de responsables d’établissement malhonnêtes, de familles d’accueil maltraitantes, d’encadrants ayant mis en danger la vie de jeunes pensionnaires…
Des cas avérés, certes, mais qui, par leur accumulation, laissent peu de place à la contextualisation et donnent une vision réductrice de la situation générale.

Réactions à double niveau – Antoine Guillet, représentant de l’ Association nationale des assistants de service social souligne l’aspect « simpliste » du document : « on est toujours sur la même ligne : « un drame, une émotion, un coupable ». Néanmoins, il ajoute qu’en pointant la faible qualité d’accueil de certains établissements, le document donne l’occasion de réfléchir au problème des structures incitées à réduire leurs coûts pour remporter des appels d’offre.

Il aurait aimé qu’en abordant le sujet de la protection de l’enfance, le document mette en lumière, clairement, le manque de moyens donnés au départements « pour remplir de nombreuses missions dont l’Etat s’est déchargé ». Il insiste : « bien entendu que les professionnels réfléchissent longuement avant de décider d’une mesure de placement, se remettent en cause, s’interrogent sur le maintien des liens familiaux à tout prix, sont conscients des faiblesses du système ».

La Cnape développe la même idée : « Présenté sous un autre angle, le reportage aurait pu utilement inciter à la réflexion sur les dysfonctionnements, les insuffisances, voire les manquements que les acteurs de la protection de l’enfance ne peuvent nier et auxquels il importe impérativement de remédier ».

Les risques du média TV –  Jean-Marie Vauchez, président de l’Organisation nationale des éducateurs spécialisés, exprime la position la plus nuancée, notamment parce qu’il connait le travail « sérieux » de fond des auteurs du documentaire(1). « Simplement, le média TV ne se prête pas à ce genre de sujet et inversement. Il n’y avait qu’à voir la bande-annonce du documentaire, extrêmement racoleuse ! ».

Il souligne que la charge est particulièrement lourde envers les départements, sur leurs difficultés à travailler sur le champs de la protection de l’enfance avec les associations qui gèrent les établissements d’accueil. « Les professionnels des départements et ceux du secteur associatif ont des cultures, des pratiques très différentes. C’est un vrai fossé qui les sépare qu’il faudrait combler pour gagner en qualité », estime-t-il.

Les départements dans le viseur – Pour Jean-Marie Vauchez, le documentaire a le mérite, en abordant le cas d’un éducateur qui s’est suicidé en 2011, à Dunkerque (2) pour dénoncer ses conditions de travail, de lever le voile sur les difficultés rencontrées par les professionnels dans l’exercice de leur mission.

Manque à ces différentes réactions celle de l’Assemblée des départements de France, alors même que les départements sont particulièrement dans le viseur du documentaire. L’ADF pourrait s’exprimer dans les jours à venir.

Références

Notes

Note 01 « Enfants en souffrance... La honte ! », de Alexandra Riguet, Bernard Laine et Pauline Legrand. La publication du livre « « Enfants en souffrance... La honte, le livre noir de la Protection de l'enfance », des mêmes auteurs est prévu, fin septembre 2014, aux éditions Fayard,. Retour au texte

Note 02 L'éducateur en question, Fabrice Hrycak, a officiellement été reconnu comme victime du travail par la commission de recours amiable de la CPAM Flandres. Retour au texte

1 Réagir à cet article Vous avez une question ? Posez-la à notre juriste

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club prévention-sécurité

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Les professionnels de l’enfance en danger réagissent à un documentaire à charge

Votre e-mail ne sera pas publié

hs

23/09/2014 09h01

bonjour
pour avoir été parent d’enfant dans le système, je ne peux rien dire sur les malversations mais par contre affirmer que les structures de la protection de l’enfance sont parfaitement inadaptées avec des temps de réponse qui ne sont pas ceux des enfants, une départementalisation qui paralyse les initiatives, un secteur angélique qui attend toujours la bonne volonté des enfants ou des parents
résultat, un gamin de 14 ans en errance dans les rues et à 16 ans en prison

Commenter
Club prévention sécurité

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X