Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

Budget primitif 2010

La ville de Châteauroux adopte un budget prudent

Publié le 04/01/2010 • Par Jean-Jacques Talpin • dans : Actualité Club finances, Régions

La ville de Châteauroux (Indre) a adopté le 14 décembre 2009 son budget primitif 2010 qui s’élève à 87,7 millions d’euros (contre 82,8millions d’euros en 2009) dont 67,1 millions d’euros en fonctionnement et 20.6 millions d’euros en investissement.

Jean-François Mayet, le maire (UMP) de Châteauroux qui avait lancé l’an passé la chasse aux frais de fonctionnement obtient de premiers résultats tangibles. Les dépenses de fonctionnement affichent en effet une quasi-stabilité ( 62,5 millions d’euros contre 62,05 millions d’euros) qui résulte d’une maîtrise des charges de personnel (37,3 millions d’euros contre 36,8 millions d’euros) et de la stabilisation des charges de gestion courante et à caractère général.

Malgré tout les frais de personnel représentent encore plus de 59% des dépenses de fonctionnement. Mais les recettes de fonctionnement sont elles aussi proches de la stabilité (67,1 millions d’euros contre 66,5 millions d’euros) avec malgré tout une légère augmentation des recettes de fiscalité directe (24,3 millions d’euros contre 23,2 millions d’euros en 2009).

À l’inverse, les dotations, subventions et participation de l’Etat accusent une légère diminution de 200.000 euros avec en particulier un recul de 250.000 euros du montant de la DSU (dotation de solidarité urbaine). L’épargne disponible se maintient bien (4,6 millions d’euros) et progresse même de 100.000 euros à l’inverse du FCTVA qui perd 700.000 euros pour s’établir à un peu plus de deux millions d’euros.

De même, les intérêts de la dette qui dépassent les 50 millions d’euros sont contenus et même en légère baisse (2,5 millions d’euros contre 2,8 millions d’euros). Mais les dépenses d’investissement (20,6 millions d’euros, + 3,5%) demeurent bien orientées avec notamment des dépenses d’équipement en hausse sensible (14 millions d’euros contre 12,5 millions d’euros). Cela sera notamment possible grâce à un recours plus important à l’emprunt (10,6 millions d’euros contre 6,4 millions d’euros) qui permettra notamment d’apporter de premiers crédits à la création d’une école d’ingénieurs dans le centre ville.

Thèmes abordés

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

La ville de Châteauroux adopte un budget prudent

Votre e-mail ne sera pas publié

Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X