Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Fonction publique

« La réforme territoriale ne devrait pas être qu’un débat entre élus et gouvernement» – Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU

Publié le 08/09/2014 • Par Agathe Vovard • dans : A la une emploi, A la Une RH, Actu Emploi, France, Toute l'actu RH

Silhouettes avec attaché-case en contre-jour
PHOVOIR
Interview de Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, qui publie, le 11 septembre 2014 aux Editions de l’atelier, « En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique ».

Pourquoi écrire un livre sur les idées fausses au sujet des fonctionnaires(1) ?

En raison de l’absence de discours gouvernemental sur la fonction publique. Nous avons bien une ministre qui s’exprime, mais pas de vision d’avenir. Alors que, pour sortir de la crise, le gouvernement se focalise sur le rôle des entreprises, la fonction publique devrait être au cœur des débats.

On entend aussi toujours de la part de certains un dénigrement très fort des fonctionnaires. J’ai été surprise de lire, dans certains grands quotidiens ces derniers jours, un tel acharnement. De l’idée que le système éducatif peine à réduire les inégalités, etc., on passe très vite à : « C’est la faute des fonctionnaires. » Le raisonnement est souvent le suivant : « Il y a des difficultés ; la fonction publique ne sait pas faire ; c’est la faute des fonctionnaires. »

Nous souhaitons affirmer que la fonction publique n’est pas poussiéreuse, qu’elle sait se réformer : éducation, révision générale des politiques publiques, modernisation de l’action publique…

La réforme territoriale devrait être l’occasion pour le gouvernement de mettre dans le débat la question des services publics dont nous avons besoin, de voir ce qui relève du service public, et comment ce service doit être rendu.

Avec ce livre, le but est également de rétablir quelques vérités notamment sur la sécurité de l’emploi et le coût des services publics. Les dépenses des collectivités par exemple, sont-elles superflues ou nécessaires pour que les Français vivent à peu près normalement ?

Le « fonctionnaire bashing » que vous dénoncez vient-il aussi de la majorité ?

Dans un contexte de finances publiques contraintes, je parlerais plutôt de concurrence entre ministères. Chaque fois qu’on parle de la fonction publique, c’est pour dire qu’il faut réduire les dépenses et le nombre de fonctionnaires. Cela renvoie l’image d’une fonction publique qui n’est pas forcément nécessaire. Or la France a besoin des services publics et de la fonction publique. Miser sur ça, c’est investir pour l’avenir, préparer la société de demain. Nous ne laisserons pas le gouvernement tranquille : nous voulons qu’il énonce son projet pour la fonction publique.

La campagne pour les élections professionnelles débute. Comment abordez-vous ce scrutin ?

Notre préoccupation numéro 1, c’est le taux de participation. Dans l’opinion publique, les syndicats sont désormais souvent mis dans le même bateau que les partis politiques. Nous devons à nouveau expliquer à quoi sert le dialogue social et marteler notre attachement à la fonction publique. Sans les agents, il n’y aurait pas des services publics qui fonctionnent bien.

Avez-vous un message pour les agents particulièrement inquiets avec la réforme territoriale ?

Il est important de s’intéresser aux territoriaux, qui entendent des remarques pas très justes sur les questions de doublons, etc. La réforme territoriale, ils la vivent de l’intérieur. Il y a de l’inquiétude mais aussi de la souffrance. Le gouvernement devrait s’appuyer sur leur expérience, écouter un peu mieux ce qui se dit sur le terrain. La réforme territoriale ne devrait pas être un débat entre élus et gouvernement uniquement.

Notes

Note 01 « En finir avec les idées fausses sur les fonctionnaires et la fonction publique », Les Editions de l’atelier, sortie le 11 septembre. Retour au texte

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

« La réforme territoriale ne devrait pas être qu’un débat entre élus et gouvernement» – Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU

Votre e-mail ne sera pas publié

Henri Tanson

09/09/2014 11h34

Bonjour.
Cet article semble avoir été écrit à une autre époque? Avant que nous n’entrions dans l’Union Européenne et ses traités, Maastrich et Lisbonne en particulier. Ce traité annonce, noir sur blanc et dans les détails, le faire-part de décès des Services publics français! Et vous pouvez entendre tous les politiques français de tous bords, mais aussi européens comme Angela Merkel, dire que nos dépenses publiques sont excessives et qu’il faut faire des économies! Ils semblent tous pro-européens mais oublient qu’ils doivent d’abord servir les intérêts de leur pays, la France. Dans les textes il est écrit que tous les Services publics qui appartiennent à des secteurs économiques concurrentiels doivent être ouverts à la concurrence, afin de faire baisser leur coût… Sans qu’aucune étude sérieuse ne se soit penchée réellement sur leur vrai coût. C’est signer la mort de notre modèle français dont nous sommes si fiers… Ne soyez pas naïfs, c’est vers cela que tendent toutes les réformes, à terme. Si vous voulez vous battre pour défendre ces Services Publics, battez-vous contre les traités européens et donc, contre notre appartenance à cette association toxique de 28 pays d’Europe qui cherche un nivèlement par le bas. Les autres pays de l’Union n’ont pas notre richesse et notre Histoire. Comprenez que toutes les autres actions sont des égarements et des pertes de temps: soyez lucides. Merci. Je vous aime quand même!

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X