Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club finances

EDITO

Bras de fer blanc

Publié le 25/07/2014 • Par Cédric Néau • dans : Billets finances

Le Comité des finances locales (CFL) joue l’affrontement avec le gouvernement. Mais en a-t-il vraiment les moyens et les soutiens ?

L’art de la guerre plutôt que celui du compromis ? Le CFL a choisi d’engager un bras de fer avec le gouvernement pour obtenir une révision de la baisse de 11 milliards d’euros des concours financiers de l’Etat entre 2015 et 2017. Difficile partie dans laquelle s’engage André Laignel, son président, qui n’a pas obtenu, de surcroît, l’unanimité pour la mener lors de la séance plénière du 16 juillet.

« Le gros risque c’est de laisser d’autres personnes décider à notre place », a ainsi objecté la députée Christine Pirès-Beaune (PS, Puy-de-Dôme), membre du CFL, qui s’est abstenue lors du vote comme 4 autres de ses collègues (contre 8 votes favorables). Les élus sont en fait nombreux à ne plus croire à quelque inflexion que ce soit de la part du gouvernement en matière de dotations.
Quel rapport de force ? – Ceux-là sont d’ailleurs passés à l’étape suivante : ils taillent à la hache dans leurs investissements, se lancent dans des schémas de mutualisation, réaménagent leur dette, etc. Plutôt que de « perdre leur temps », ils préfèreraient plus sûrement utiliser leur énergie à rendre les coupes budgétaires les plus indolores possible en travaillant sur les modalités de la répartition de la baisse afin de maîtriser encore un tant soit peu le destin de leur collectivité, sinon leur déclin.

Le rapport de force ne semble donc pas vraiment favorable aux partisans de l’affrontement qui n’ont pour eux qu’une posture de fermeté mais dans les faits aucune marge de manoeuvre. Ce bras de fer déséquilibré avec, d’un côté, l’acier d’un Etat trempé aux exigences bruxelloises et de l’autre le fer blanc des associations d’élus, n’est pourtant pas joué d’avance.

A force d’éviter le dialogue, le gouvernement pourrait bien pousser les plus modérés à rejoindre le camp des insurgés. A cet égard, le comportement de Serge Morvan, le directeur général des collectivités locales, qui, au lieu d’aborder le sujet de la baisse des dotations, a lu durant 90 minutes les 38 pages du bilan de la répartition de la dotation globale de fonctionnement (DGF) pour 2014, devant un comité du CFL médusé, puis franchement agacé, est le signe d’un exécutif, au mieux louvoyant, au pire méprisant.

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club finances

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Bras de fer blanc

Votre e-mail ne sera pas publié

Philippe LAURENT

17/08/2014 06h30

L’argument des élus qui refusent le « bras de fer » ne tient pas. Chacun doit prendre ses responsabilités. le Parlement fixera la répartition de la spoliation que l’Etat veut imposer aux pouvoirs locaux. Et les élus locaux apprécieront la responsabilité que prendront justement les parlementaires. Dans un avenir où les élus locaux, et notamment les maires, ne seront plus parlementaires, il sera intéressant de savoir qui recueillera le mieux la confiance te le soutien des Français : la force aveugle de la loi, ou le bon sens et la proximité des élus locaux.

Commenter
Club finances

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X