Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Social

Etats généraux du travail social : stop ou encore ?

Publié le 18/07/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : France, Toute l'actu RH

Le Conseil supérieur du travail social qui se réunit ce 17 juillet 2014 doit se pencher sur l'avenir des Etats généraux du travail social, reportés à début 2015 sans qu'une date n'ait encore été fixée. Les remous du débat sur la réforme territoriale et la perspective des élections professionnelles sont venus s'ajouter aux critiques émanant du terrain.

Avant la pause estivale, les membres du Conseil supérieur du travail social qui se réunissent ce 17 juillet 2014 ont une lourde tâche : relancer la machine des Etats généraux du travail social (EGTS). Le projet avait pourtant été annoncé avec enthousiasme et ambition par le chef de l’Etat, début 2013, dans le prolongement du Plan pluriannuel contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale avec l’objectif de « refonder le travail social » au profit des publics fragiles et des travailleurs sociaux, toujours plus sollicités. Un projet semblable date de plus de trente ans, avec les travaux de Nicole Questiaux, (ministre de la Solidarité nationale en 1981-1982).

Report et critiques – Depuis, les difficultés se sont accumulées. La tenue des EGTS a été repoussée du printemps à l’automne 2014, puis à 2015, dans l’idée de laisser davantage de temps pour organiser des assises interrégionales préparatoires. Assises, à ce jour, presque toutes achevées (dans le Grand Est, à Mayotte et à la Martinique, les assises sont prévues pour la rentrée 2014), mais qui ont donné lieu à de nombreuses critiques de la part des associations de professionnels. L’Association nationale des assistants de service social ainsi dénoncé une organisation « à marche forcée » et un manque de concertation. Roland Giraud, président de l’Association nationale des directeurs d’action sociale et de santé des départements (Andass), souligne, lui aussi, un problème de méthode : « plutôt qu’une organisation gérée par les directions régionales de la Jeunesse, des Sports et de la Cohésion sociale (DRJSCS), nous aurions préféré un pilotage Etat-conseil généraux, sur appel à projets ». Le président de l’Andass ajoute : « J’ai des échos de réunions frustrantes , avec beaucoup de cadres et peu de professionnels de terrain, qui doivent trouver des pistes concrètes de refondation lors d’ateliers ne durant souvent pas plus de 40 minutes. Au final, ça sert à quoi ? » Il en conclut : « On a perdu de vue l’esprit du Plan national de lutte contre la pauvreté, transversal et rassembleur ». Et quand ces rencontres préparatoires n’ont pas été contestées, elles ont été purement annulées, comme le 27 juin à 2014 à Marseille, pour l’assise « Grand Sud », en raison d’une manifestation syndicale.

Difficultés en chaîne – Aujourd’hui, la tenue des EGTS est même devenue hypothétique tant le projet semble écrasé par le poids du débat sur la réforme territoriale, en particulier la question clé du sort des départements, chefs de file de l’action sociale. Sans oublier que la réflexion en cours sur la refonte des diplômes du travail social, orchestrée par la Direction générale de la cohésion sociale, crispent les professionnels qui craignent une homogénéisation de leurs formations. Roland Giraud voit même un autre obstacle à ajouter à cette longue liste de difficultés : « Les EGTS seront otages des élections professionnelles de décembre 2014 ». Face à ce bilan d’étape inquiétant, la secrétaire d’Etat en charge de la lutte contre l’exclusion, Ségolène Neuville, assure que le EGTS « poursuivent leur démarche » et qu’elle installe actuellement des groupes de travail nationaux qui seront chargés de synthétiser la production des rencontres régionales afin d’en tirer des préconisations.

 

Cet article est en relation avec les dossiers

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Etats généraux du travail social : stop ou encore ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X