Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Chômage des jeunes

Service civique : les collectivités désignées pour mettre la main à la poche

Publié le 17/07/2014 • Par Sophie Le Gall • dans : France

En plus des 100 millions d'euros de crédits sur trois ans promis par l'Etat, l'Agence du service civique aimerait pouvoir compter, entre autres partenaires, sur les collectivités territoriales afin d'atteindre ses objectifs de développement.

En visite, mercredi 16 juillet 2014, à Paris, auprès de jeunes en service civique au sein de l’association des Petits frères des pauvres, François Hollande a réaffirmé, faisant suite à son allocution du 14 juillet, la volonté de l’Etat d’aider à la montée en charge du dispositif. Ainsi, pas moins de 100 millions d’euros de crédits devraient être alloués sur trois ans, « un effort exceptionnel » a souligné le chef de l’Etat. Actuellement, 35 000 jeunes bénéficient du dispositif, qui associe engagement citoyen et formation, alors que l’Agence du service civique vise, à la demande de l’Etat, les 100 000 « volontaires » d’ici 2017.

29 propositions pour assurer l’avenir – Dans son rapport « Liberté, égalité, citoyenneté : un service civique pour tous », remis au gouvernement le 11 juillet 2014, François Chérèque, président de l’Agence du service civique, fait diverses propositions qui visent à consolider son financement, actuellement presqu’entièrement supporté par le seul ministère de la Jeunesse :

– Créer un fonds interministériel, partant du principe que les volontaires participent à des politiques publiques diverses (accompagnement des personnes âgées, Education nationale…)

– Mobiliser des fonds privés « en cohérence avec les objectifs et l’esprit du service civique ».

– Se tourner vers les fonds européens. Trois pays en Europe ont mis en place un service civique : la France, l’Allemagne et l’Italie.

– « Abonder le budget du service civique par les crédits destinés à favoriser l’emploi des jeunes », comme les emplois d’avenir.

– Mettre en place « un co financement avec les opérateurs publics », dont les collectivités, là où actuellement ils participent à hauteur d’environ 100 euros pas mois sous forme de participation à l’indemnisation du volontaire (sur un total d’environ 450 euros).

Sur cette dernière proposition, le rapport précise qu’elle devra s’accompagner « d’un cadrage précis du type de mission », supposant que l’augmentation du coût du service civique « entraînera la recherche d’une plus grande « rentabilité » directe des volontaires » et nécessitera de « se reposer la question des missions éligibles pour assurer à la fois la question de l’adhésion des collectivités et le respect du cadrage du programme », sous-entendu de préserver la non-substitution à l’emploi.

Demande à la hausse – Depuis sa création, en 2010, le dispositif a concerné 60 000 jeunes de 16 à 25 ans, effectuant une mission d’intérêt général d’une durée de 6 à 12 mois, auprès de plus de 4 000 organismes agréés, associations, collectivités et autres structures à but non lucratif. Selon l’Agence du service civique, la mesure serait « victime de son succès », avec deux candidatures refusées sur trois. En mars 2013, un sondage TNS Sofres révélait que 75 % des bénéficiaires ont décroché, dans les six mois qui ont suivi leur temps d’engagement, un stage, une formation ou un poste. Actuellement, le dispositif concerne en majorité des jeunes diplômés et pour seulement un quart des cas des jeunes ayant un CAP, un BEP ou pas de diplôme. Lors de sa visite du 16 juillet 2014 auprès de jeunes engagés, François Hollande a déclaré : « Nous avons un objectif : les décrocheurs, ces jeunes qui quittent l’école trop tôt » , annonçant vouloir « doubler le nombre de jeunes accueillis en service civique qui sont des décrocheurs ».

 

Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Service civique : les collectivités désignées pour mettre la main à la poche

Votre e-mail ne sera pas publié

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X