Fermer

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

Menu

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
  • Accueil
  • Actualité
  • France
  • Réforme des rythmes scolaires : allégement des procédures et nouveaux financements à la rentrée

Education

Réforme des rythmes scolaires : allégement des procédures et nouveaux financements à la rentrée

Publié le 17/07/2014 • Par Michèle Foin • dans : France

La commission d’action sociale de la Cnaf s’est prononcée ce mardi 15 juillet 2014 pour un allégement des procédures de gestion de la réforme des rythmes scolaires et n’est pas hostile à une augmentation des financements.

Les maires ont de quoi se réjouir. Et Jacques Pélissard, président de l’Association des maires de France (AMF), ne s’en est pas privé, selon le président du Conseil d’administration de la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), Jean-Louis Deroussen, qui l’a rencontré ce mercredi 16 juillet. La commission d’action sociale de la Cnaf, qui s’était réunie la veille, a en effet décidé de poursuivre l’accompagnement financier de la réforme des rythmes scolaires à la rentrée 2014, de simplifier les procédures de gestion, et d’abonder le volet pilotage du contrat enfance jeunesse (CEJ) :

Le financement des ALSH à taux allégé est prolongé

En janvier 2014, la Cnaf avait accepté, de manière transitoire, de financer les accueils de loisirs sans hébergement (ALSH) des communes passées aux nouveaux rythmes, même si elles alignaient leur taux d’encadrement sur celui des temps d’activités périscolaires (TAP), issues de la loi Peillon, que le décret du 2 août 2013 avait permis d’alléger (1). Cette mesure est donc prolongée pour l’année scolaire 2014/2015, pour toutes les communes. L’accompagnement de la Cnaf se concrétisera donc par le soutien à tous les ALSH déclarés auprès des services de la jeunesse et des sports. « Le retour du questionnaire conjoint AMF/Cnaf envoyé à 24 000 communes nous a permis d’y voir clair, et a rassuré les administrateurs sur le sérieux des organisateurs, admet Jean-Louis Deroussen. Nous pouvons faire confiance aux collectivités, elles assument leurs responsabilités. » Les résultats ont en effet montré qu’à peine 20% des collectivités engagées dans la réforme des rythmes avaient allégé l’encadrement en 2013/2014.

Les procédures de gestion sont simplifiées

Jusqu’à maintenant, les collectivités devaient signer trois types de convention avec leur CAF : une pour les temps d’activité périscolaire (TAP), une pour les heures périscolaires qui pouvaient avoir lieu dans la continuité des TAP, et une pour les heures extra-scolaires le mercredi après-midi. « Or pour ces trois temps, il s’agit bien souvent des mêmes animateurs, et des mêmes enfants, convient Jean-Louis Deroussen. Dorénavant, le gestionnaire n’aura plus qu’une seule convention à signer. » Ce qui correspond à une demande très forte des collectivités, qui déplorent les délais très importants pour débloquer les fonds. « Beaucoup de dossiers sont encore dans les piles des CAF, en attente d’une pièce, ou d’une signature manquante », explique Jean-Louis Deroussen. De son côté, la Cnaf, dans un communiqué, promet de diminuer le nombre de pièces justificatives, de simplifier le comptage des heures, et d’effectuer les paiements plus rapidement. De quoi réjouir les gestionnaires !

Les contrats enfance jeunesse sont partiellement débloqués

La convention d’objectif et de gestion (COG) signée l’an dernier avait prévu, par mesure de prudence budgétaire, que plus aucun CEJ ne pourrait être signé jusqu’en 2015. La commission d’action sociale est en partie revenue sur cette règle, et a décidé de débloquer la partie « pilotage » des nouveaux CEJ. « Le retour des questionnaires a montré que la réforme des rythmes avait mieux fonctionné dans les collectivités qui avaient mis en place une coordination, témoigne Jean-Louis Deroussen. Nous avons donc décidé d’abonder le pilotage des activités péri et extra-scolaires pour les communes qui en feront la demande. A condition bien sûr qu’un projet éducatif territorial (PEdT) ait été signé ». En janvier 2015, la Cnaf examinera ce qui pourra être fait pour dégeler totalement la signature de nouveaux CEJ.

Le financement des TAP pourrait passer de 50 à 52 centimes par heure et par enfant

Jean-Louis Deroussen s’est montré prudent sur cette décision qui n’est pas encore totalement validée, mais le taux d’intervention de 50 centimes par heure et par enfant pour les TAP pourrait passer à 52 centimes. « Le taux de retour exceptionnel des questionnaires (30%) nous a permis d’établir des projections financières fiables. La Cnaf sera en mesure de financer la réforme des rythmes scolaires dans l’enveloppe impartie par la COG », assure-t-il. De quoi combler la sous-consommation du Fonds national d’action sociale de 243 millions d’euros en 2013 ? « En augmentant notre capacité d’intervention, nous avons plus de chance de consommer le Fnas, et si cela peut aider davantage les collectivités… », admet Jean-Louis Deroussen. Voilà de quoi conforter l’AMF, qui demandait le 2 juillet « que les crédits non consommés de la CNAF restent affectés au financement de la petite enfance et de la réforme des rythmes scolaires ».

 

 

Cet article est en relation avec le dossier

Thèmes abordés

Notes

Note 01 Le décret n° 2013-707 du 2 août 2013 relatif au projet éducatif territorial et portant expérimentation relative à l'encadrement des enfants scolarisés bénéficiant d'activités périscolaires dans ce cadre, porte le taux d’encadrement à un animateur pour 14 enfants (au lieu de 10) de moins de 6 ans, et un animateur pour 18 enfants (au lieu de 14) de plus de 6 ans. Cette dérogation est accordée pour trois ans. Retour au texte

3 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur les clubs experts gazette

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Fournisseurs public expo Public Expo

Commentaires

Réforme des rythmes scolaires : allégement des procédures et nouveaux financements à la rentrée

Votre e-mail ne sera pas publié

eliott

19/07/2014 03h19

incroyable ! comme il reste des fonds , il faut les dépenser ! et puis que vient faire la CNAF dans l’organisation périscolaire ??? si un solde existe , on le reporte sur l’année suivante et on réduit les cotisations assurant cette caisse .

bravo à ces gestionnaires de pacotille.

figolu

29/07/2014 03h01

ou on désendette la CNAF!

moi74

26/08/2014 08h59

la CNAF dans le périscolaire?!!! cela vous étonne!!? la CNAF a toujours financé les temps périscolaires dans le cadre de la prestation de service et dans le cadre du contrat enfance jeunesse. sans l’aide financière de la CNAF beaucoup de petites et moyennes communes (et des grandes également) ne pourraient mettre en place des structures d’accueil des enfant durant le temps périscolaire. et cela depuis bien longtemps. sans cette aide financière les tarifs de garderie, de la pause méridienne, et des accueils de loisirs serient bien plus élévé. en contre partie les municipalité s’engage à mettre en place des activités de qualité, avec du personnel formé (formation que la cnaf finance également) , dans des locaux sécurisé et agréable à vicre ( subvention de fonctionnement et d’investissement par la cnaf également)
alors ne vous offusquez pas si la CNAF participe aux temps périscolaires et se sont des financements publics utilisés à bon escient. dans la région où je travail, ce sont les services de la caf qui ont mis en place des réunions de travail sur les temps périscolaires. plusieurs communes étaient regroupées une fois tous les 3 mois, pour travailler ensemble et échanger sur les différentes façons de mettre en place ces TAP . Réunions constructives qui nous permettent de vivre la rentrée scolaire sereinement.
voilà j’espère vous avoir suffisamment fait comprendre pourquoi la CNAF participe aux temps périscolaires.

Commenter

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X