Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement

icon Club RH

Social

Conférence sociale : vers la création d’un Conseil national des services publics ?

Publié le 04/07/2014 • Par Martine Doriac • dans : A la une, A la Une RH, France

Alors que le Medef et la CGPME, mais aussi la CGT et FO, menacent de boycotter la conférence sociale prévue lundi 7 et mardi 8 juillet, la table-ronde sur « le dialogue social dans le processus de réforme de l’action publique » pourrait se traduire par la création d’un « Conseil national des services publics » présidé par le Premier ministre et d’une formation spécialisée au Conseil commun de la fonction publique.

Format plus restreint pour la conférence sociale cette année : si lors des deux précédentes éditions, les tables-rondes présidées par Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, s’intéressaient sur deux jours à la modernisation de l’action publique « avec ses agents » en 2012 et à « conforter notre modèle de service public » en 2013, le dialogue social s’inscrit en 2014 « dans le processus de réforme de l’action publique » selon un volet « enjeux de la réforme de l’organisation territoriale de la République » et un autre de « concertation avec les partenaires sociaux ».

La réforme territoriale sera donc au centre des débats de la table-ronde numéro 7, en présence de la ministre et de Thierry Mandon, secrétaire d’État à la réforme de l’État et à la simplification, auprès du Premier ministre. Le gouvernement pourrait annoncer à cette occasion la création d’un « Conseil national des services publics » présidé par le premier ministre, Manuel Valls, où aurait lieu la concertation avec les partenaires sociaux sur les services publics, à partir de conférences régionales. Une formation spécialisée serait en outre créée au sein du conseil commun de la fonction publique.

Siègeront des représentants des organisations patronales (Medef, CGPME, UPA et UDES) aux côtés des représentants des associations d’employeurs publics locaux (AMF, ADF, ARF) et de fonctionnaires notamment territoriaux (CGT, CFDT, FO, CFTC, CGC, FSU, Unsa, FA-FPT), sans Solidaires qui a confirmé son boycott.

Menaces de boycott – La situation des personnels ne sera abordée qu’en fin de table-ronde. Les termes de compétitivité ou de performances des territoires, largement employés en 2013 par les représentants du Medef et de l’Union professionnelle artisanale, qui avaient fait grincer des dents les organisations syndicales de fonctionnaires, pourraient bien revenir sur le devant de la scène, si le Medef et la CGPME ne décident pas, lundi, de boycotter la conférence. Dans leur « appel au président de la République et au Premier ministre », le 29 juin dans Le Journal du dimanche, huit organisations patronales (Medef, UPA, CGPME, Afep, CroissancePlus, Asmep-ETI, FNSEA et UNAPL) ont fait part de leurs attentes : déréglementations et baisses de charges dans les entreprises et donc sur les territoires pour stimuler l’emploi et la croissance… 

orage

La CFDT fâchée contre le Premier ministre – Si l’idée que les partenaires sociaux du privé – salariés et employeurs – puissent se prononcer sur la réforme des régions paraît normale à Claire Le Calonnec, secrétaire nationale de l’Interco-CFDT, l’adhésion des agents du service public, en tant qu’acteurs des politiques publiques, lui paraît essentielle. «  Il y a méfiance, il faut dialoguer. Pour que la réforme réussisse, il faut une négociation préalable, que les personnels soient associés au changement qui les attend. S’il y a fusion de régions, il ne paraît pas possible de réunir des agents qui ne seraient pas rémunérés de la même façon » estime la secrétaire nationale de l’Interco-CFDT, qui se dit fâchée elle aussi avec le gouvernement, après les annonces du premier ministre, Manuel Valls, sur le report du compte pénibilité.

FO et la CGT assisteront au discours d’ouverture du Président – Hormis Solidaires, deux autres organisations syndicales pourraient boycotter les tables-rondes qui se dérouleront mardi sur une seule séance. FO réserve sa position jusqu’à lundi soir tout en annonçant, comme la CGT, que Jean-ses responsables assisteront au discours d’ouverture du président de la République lundi à 17h30, par « devoir républicain », selon Yves Kottelat, secrétaire général de la branche territoriale de FO service publics et de santé qui doute cependant de la volonté d’un dialogue social « réel » de la part du gouvernement. « Quand je vois les documents fournis pour la table ronde n°7,  j’ai du mal à en saisir l’objet réel. Je ne vois pas quelle est la place des employeurs privés autour de la table. On va peut-être nous l’expliquer » lance le secrétaire général.

Quelle place pour les organisations patronales ? – Inquiétude aussi à la FSU face à un dialogue qui ressemble, selon ses représentants,  à un monologue, « même si Marylise Lebranchu arrive à raccrocher des wagons avec les discussions sur les parcours professionnels qui se sont ouvertes le 1er juillet » estime Didier Bourgoin, secrétaire général du Snuclias-FSU. Participant lui aussi à la table-ronde numéro 7, il se dit « pas opposé sur le principe à des échanges avec la CGPME ou le Medef sur les services publics, mais juge « dérangeant » la place accordée aux organisations patronales dans cette table-ronde. « Il y a un risque que les organisations patronales du secteur privé viennent dicter les orientations du secteur public, avec les externalisations en cours. Or ce n’est pas à la CGPME ou au Medef, qui représentent le secteur concurrentiel, de dire ce qui doit se passer dans le secteur public. Les usagers du service public sont en outre absents, alors que nous avions demandé qu’ils soient représentés » observe Didier Bourgoin.

Un dialogue spécial spécifique – La FA-FPT sera assise à la table des discussions quoi qu’il arrive, comme elle l’a fait récemment en plénière du Conseil supérieur de la FPT. « Avec le récent boycott des séances du CSFPT, nous avons été privés d’un débat de qualité sur les enjeux de la réforme pour les agents » regrette Bruno Collignon, président de la FA-FPT. Du point de vue de cette organisation, le dialogue social territorial doit cependant se faire avant tout entre représentants du secteur public. « Sa spécificité justifie un dialogue social spécifique à la fonction publique. Quand on touche à des enjeux de service public, l’éducation, les soins notamment, les prérogatives ne sont pas les mêmes. On ne peut pas tout mélanger ! » estime ce représentant syndical qui siégera quoi qu’il arrive.

 

1 Réagir à cet article

Nos offres d'emploi

Plus de 1000 offres d'emploi !

TOUTES LES OFFRES D'EMPLOI

Aujourd'hui sur le Club RH

Nos services

Prépa concours

CAP

Évènements

Gazette

Formations

Gazette

Commentaires

Conférence sociale : vers la création d’un Conseil national des services publics ?

Votre e-mail ne sera pas publié

Miroir aux alouettes

07/07/2014 01h36

Manuel Valls est très adroit et prend les Français pour des ignares. En effet il applique le dialogue social mais annonce que ce qui a été annoncé sera voté ! Alors quel dialogue ? Quand la ministre de la culture et le premier ministre annonce aux intermittents que si les festivals se passent bien ils auront une fenêtre d’expression et les discussions reprendront à l’automne. A l’automne les chênes perdent les glands…
Enfin histoire de faire rester les syndicats autour de la table il annonce que les cas des salariés sera discuté en fin de journée mardi.
Regardez les députés frondeurs, ils font du bruit mais au lieu de voter selon les idées qu’ils défendent ils votent selon la demande du premier ministre . Pourquoi ? ils s’imaginent que les Français se souviendront qu’ils étaient « frondeurs » afin de pouvoir être réélus. Non le dialogue social ce n’est pas y aller par la force ou en disant que sa porte est ouverte mais que tout restera en l’état. Le dialogue social s’est aussi prendre en compte la souffrance des travailleurs mais ils ne suffit pas d’avoir de la compassion il faut faire changer les choses et en avoir l’envie et le pouvoir et le fait de vouloir réduire encore les droits des travailleurs avec une modification profonde du code du travail que vous y arriverez.
Votre méthode ressemble fort à la mise en place d’une dictature sans dire le nom. Il ne vous reste plus que vous abolissiez les élections de 2017.

Commenter
Club RH

Déjà inscrit(e) ?

Mot de passe oublié ?

Identifiant et/ou mot de passe non valides

Nous n’avons pas reconnu votre email, veuillez indiquer un email valide, utilisé lors de la création de votre compte.

Un message avec vos codes d'accès vous a été envoyé par mail.

Pas encore inscrit(e) ?

Inscrivez-vous pour accéder aux services de LaGazette.fr et à la gestion de vos Newsletters et Alertes.

M'inscrire gratuitement
 
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des services et offres adaptés à vos centres d'intérêt. OK En savoir plus X